" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

U22 Défaite surprise...

 

Avec un passage de huit à dix équipes à l'intersaison, le championnat Espoir Elite accueille en son sein deux nouvelles formations Anglet et Dijon. Deux promus dont l'un, Dijon qui avait l'occasion de débuter sa saison à domicile face aux Dragons de Rouen. Si Anglet dans les années 2000 était habitué aux joutes au sein du championnat Espoir Elite pour Dijon, ce 07 septembre restera comme la date du premier match de leur histoire au sein de son championnat. Avec son équipe cadet élite installée déjà depuis quelques années au sein de l'élite et la promotion de son équipe Espoir Elite, championne de France en titre Espoir Excellence, la formation dijonnaise se porte bien et poursuit son essor sous la houlette de l'ancien coach rouennais Jonathan Paredes, loin d'être étranger au développement du hockey mineur bourguignon.

 

Le moins que l'on puisse dire c'est que pour une première fois, les Dijonnais auront joué un sale tour aux Dragons en prenant les points de la victoire face aux rouennais, s'offrant ainsi la sensation de cette première journée. Pour autant, pour les rouennais, les affaires débutaient plutôt dans un sourire. Pour son baptême du feu, Ari Salo, le néo-coach rouennais pouvait esquisser un sourire après dix minute de jeu alors que Théo Lanvers était parvenu à ouvrir le score suite à un « one timer » de la bleue en pleine lucarne consécutif à un bon travail dans le coin de Johan Saint-André, relayé par Aurélien Dorey (0-1 à 10'04) Malheureusement pour le coach finlandais, ce but sera sans doute le seul motif de satisfaction de la période. En effet, une poignée de seconde plus tard, Nicolas Lacroix pour Dijon trouvait l'égalisation dans la confusion au milieu d'un cafouillage (1-1 à 11'13) avant de doubler sa mise personnelle quelques minutes plus tard sur la troisième séquence en avantage numérique de la période au rebond sur un lancer de Quentin Mahier (2-1 à 16'12). En moins de cinq minutes, Dijon était parvenu à inverser la tendance et le début de la deuxième période ne fera que confirmer cette tendance.

 

En effet, à la reprise même si les Dragons joueront une bien meilleure partition que lors du premier opus, c'est Louis Petit qui se chargeait de creuser l'écart pour les bourguignons (3-1 à 33'38) Egarant trop souvent le morceau de caoutchouc sur des pertes de palet, Rouen peinait en plus à convertir ses occasions. Certes, les Dragons se montraient plus véhéments à l'attaque en se procurant plusieurs opportunités de marquer sur la cage tenue par Julian Barrier sans parvenir à concrétiser. Finalement, il faudra patienter jusqu'à la tentative d'Aurélien Dorey en avantage numérique pour voir les rouennais de retour dans le vif du sujet. Travailleurs infatigables dans le coin, Johan Saint-André et Fabien Colloti parvenait à faire sortir le palet pour Aurélien Dorey qui d'un tir « malicieux » ras de glace parvenait à tromper le portier dijonnais en glissant le palet au ras du poteau gauche (3-2 à 36'13)

 

Toutefois, si les Dragons en revenant à 3-2 espéraient bien pouvoir raccrocher le bon wagon en troisième période, il n'en sera finalement rien. Se ruant à l'abordage pour égaliser, les Rouennais se faisait prendre à revers sur une contre-attaque rondement menée. En deux contre un, Quentin Mahier choisissait le tir plutôt que la passe, et bien lui en prenait puisque le palet s'en allait épouser la lucarne de la cage de Tom Aubrun (43'57) Et comme si cela ne suffisait pas deux minutes plus tard, sur un cafouillage devant la cage jaune et noire, Louis Roy profitait de l'embrouillamini général pour glisser le palet pour la cinquième fois de la rencontre au fond du filet jaune et noir. Cette fois, à 5-2, la messe était dite et les Rouennais ne reviendront pas en dépit d'un temps mort devenu crucial pour tenter de relancer la machine. Rien n'y fera, les Rouennais ne marqueront pas, les Dijonnais se contenteront de gérer et de savourer leur première victoire de la saison. Un revers fâcheux pour les Dragons avec une défaite d'entrée au goût amer qui ne les empêchera pas de prendre la route le week-end prochain avec l'ambition de prendre les points à Villard de Lans.

 

Sur les autres glaces...

Parmi les quatre demi-finalistes de la saison dernière, seul Rouen aura trébucher à Dijon. En effet, pour le compte des autres rencontres de cette première journée, Amiens, champion de France en titre, aura connu une rentrée tranquille face aux Basques d'Anglet. Bien que tardant à lancer la machine, c'est dans le deuxième tiers que les joueurs d'Olivier Duclos creuseront l'écart en menant 4-0 à 3 minutes de la deuxième sirène. Même si Anglet reviendra par deux fois avant l'issue de la période, ils ne parviendront pas empêcher les Gothiques de s'imposer sur leur glaçon 6-2. Une victoire picarde qui ne permet néanmoins pas aux amiénois de prendre la tête du championnat, Hockey 74, au bénéfice de son large succès acquis face à Villard de Lans (11-1) Un match à sens unique en dépit d'un premier tiers accroché soldé sur le sur le score de 2-1 à la faveur du vice-champion de France, où Hockey 74 prendra le large dans les deux dernières périodes en marquant respectivement cinq et quatre buts.

 

Plus difficile à Grenoble pour le dernier larron du quatuor de l'année dernière. Menés 2-0 par Angers, les Bruleurs de Loups parviendront à égaliser à 2-2 lors du tiers médian avant de s'imposer après 29 secondes dans la prolongation, perdant au passage un point. Enfin, dans le dernier match de cette première journée, Gap, sur son glaçon, aura trouvé la clef face à Reims pour s'imposer 3 buts à 2.

   
   

 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :