" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

U22 Jour J en U22...

 

Si dans les mémoires, parfois parcellaires des hockeyeurs, les finales entre Rouen et Amiens sont un classique du genre, en U22 depuis la refonte des championnats en 2006-2007 , une seule finale entre les deux formations se sera déroulée lors du carré final de cette même saison. Ce 29 avril 2007, après soixante minutes neutralisées à 2-2, Tristan Lemoine et Alexandre Sucré pour Rouen ayant répondu aux buts de Benjamin Dieudefauvel et Grégory Beron, c'est Mans Papaux durant la prolongation qui profitera, suite à une série de lancers amiénois, d'un rebond concédé par le portier rouennais, Guillaume Richard pour crucifier les Dragons. A cette époque des « carrés finaux », la finale se jouait sur un match, huit ans plus tard, Dragons et Gothiques auront deux matchs pour s'expliquer et se départager sur le glaçon du Coliséum.

 

Amiens dans le costume du favori...

Forts de leur saison régulière particulièrement véloce avec seize victoires pour deux défaites, c'est tout naturellement que les amiénois d'Olivier Duclos endosseront le costume de favoris de cette finale en deux temps. Champions de France en titre sur la glace de Saint-Gervais la saison dernière tandis que Rouen pour le match de la troisième place chapardait la médaille de bronze, les Gothiques sur leur glaçon se seront montrés intraitables avec neuf victoires en autant de rencontres. A l'instar des rouennais particulièrement à l'aise lorsqu'il s'agit de disputer le morceau de caoutchouc sur l'Ile Lacroix, Amiens dans son antre du Coliséum reste sur une série de douze victoires à la maison, le dernier revers picard en date restant un cinglant 10-1 reçu au mois de novembre 2013 face à … Rouen. Dominateurs également au classement des compteurs avec 52 points pour l'attaquant Axel Rioux et 49 pour son compère de ligne Fabien Kazarine. Il n'y a guère de statistiques qui ne soit favorable à l'équipe à la gargouille. Meilleur compteur (Axel Rioux 52 points), meilleur passeur (Axel Rioux 35 passes), meilleur buteur (Fabien Kazarine 22 buts) meilleur pourcentage en avantage numérique (28.6% contre 22.6 pour Rouen), deuxième pourcentage en infériorité numérique (85.4% contre 83.4% pour Rouen), 69% du temps de jeu où Amiens aura mené au score (contre 52.2% pour Rouen), 87% de victoire lorsqu'Amiens ouvre le score sans oublier bien évidement leur titre de meilleur équipe à domicile et de premier de la saison régulière. Autant de statistiques qui auraient de quoi faire froid dans le dos aux Dragons... Et pourtant...

 

Rouen et ses arguments....

Quoiqu'il en soit, en dépit de statistiques amiénoises favorables, les Dragons ne seront pas sans arguments valables. Alors qu'on leur promettait de la difficulté lors des play-offs face à Angers et surtout Hockey 74, les Dragons n'auront guère tressaillis. Vainqueurs d'Angers (5-1 et 5-5), face à Hockey 74, Rouen n'aura guère plus tremblé notamment au cours d'un premier match conclue sur une invraisemblable victoire jaune et noire 12-2. Si l'équipe de Hockey 74 se sera battue quasiment toute seule en passant violemment à travers, il n'en reste pas moins que les Dragons auront fait le plein de confiance durant ces derniers matchs, assumant son rôle de principal outsider à l'hégémonie amiénoise. « Nous avons connu un très bon premier match au cours duquel il était important de prendre de l'avance. Nous avons su être à la hauteur en prenant une marge de dix buts avant la deuxième rencontre. Si nous avons connu un petit relâchement pour le deuxième match (victoire 6-5), nous étions prêts pour jouer cette demi-finale même si je reste sous le choc d'un tel score surtout après les deux matchs de la saison régulière qui étaient plutôt serrés » résumera le gardien Rouennais Tom Aubrun à l'issue de cette double confrontation face à la montagne tandis que son compère d'en face, Guillaume Duquenne d'Amiens face à Anglet temporisait « Il fallait bien entamer notre demi-finale pour ne pas courir après le score ce qui a été fait avec une première victoire 6-2. Sur la deuxième rencontre, nous avons tourné à quatre lignes pour faire jouer tout le monde vu l'écart du premier match et pour économiser les forces. Finalement, nous nous en sortons avec un score cumulé de 13-5 en deux matchs et aucun blessé ».

 

Qui plus est, lors des confrontations individuelles entre Rouen et Amiens, la parité aura été de rigueur entre les deux équipes. Sur l'Ile Lacroix, bien que menés au score après l'ouverture du score de Quentin Fauchon, les Dragons en menant 4-1 au début de la troisième période auront fait montre d'une certaine force de frappe en retournant la situation pour une victoire finale 5-3, contestant ainsi la statistique de 87% de victoire amiénoise lorsque l'équipe picarde ouvre le score. Au retour, certes, le scénario de la rencontre s'inversera, Amiens menant 3-0 à la fin de la deuxième période, mais quoiqu'il en soit en dépit d'une défaite 5-2, jamais les Dragons se montreront hors du coup.

 

Duel dans les filets...

Anecdote dans l'histoire, dans le filet amiénois c'est un ancien rouennais Guillaume Duquenne (champion de France U15 avec Rouen en 2008, U18 en 2010 et 2011 et U22 en 2013) qui retrouvera ses anciens amis pour les défier en finale « J'aimerais bien dire que ça sera une finale normale comme toutes les autres. Sauf que jouer contre l'un de ses anciens clubs et ses amis cela fait beaucoup d'émotions. Mais voilà ses émotions resteront à la maison. Car ça reste le derby et une finale. Ensuite étant dans ma dernière année junior, je donnerais tout pour finir sur un titre. On dit souvent que le gardien est important dans une équipe, mais bon il ne va pas marquer les buts. Chacun est important, chacun a son rôle dans une équipe. En revanche vu les calibres de chaque équipe cela promet une très belle finale et donc un duel important et décisif entre les 2 gardiens. » soulignera l'ex portier rouennais qui aura en face de lui soit Quentin Papillon, soit Tom Aubrun « Sur le papier, nous aurons deux gros matchs à jouer, nous avons les qualités pour être champion même si Amiens à l'expérience des finales de l'année dernière avec une très grosse équipe où la moitié des joueurs jouent en équipe de France. Guillaume dans les buts d'Amiens est un atout pour eux, c'est un gardien très bon techniquement qui avait sorti deux gros matchs contre nous lors de la saison régulière » rappelle Tom Aubrun qui aura plaisir de retrouver son ancien colocataire sur la glace « Cela risque d'être une finale assez compliquée pour nous même si nous avons l'avantage de la glace pour jouer devant notre public. Même si Amiens en Ligue Magnus aura tout fait pour finir en trois matchs et arriver frais, cette semaine n'aura pas été de tout repos » de conclure Guillaume Duquenne en rappelant une heureuse problématique amiénoise, celle de ses Espoirs majoritairement et fortement intégrés et indispensables à l'équipe de Ligue Magnus. Une problématique que Rouen n'a pas... Malheureusement.



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :