"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

U22 Rouen sacré !

 

Le 02 mai 1999, en bouclant son carré final sur une victoire face à Anglet 2-0, les minimes rouennais offraient au club de Rouen le premier titre de son histoire dans le hockey mineur français. 16 ans plus tard, les Espoirs rouennais au terme d'une finale épique face à Amiens apportentt au hockey mineur jaune et noir un 20ème titre , le 6ème en Espoir (palmarès)... Toute une histoire écrite en lettres d'or.

 

La malédiction du premier...

« Qui l'eût cru ? » résumait subtilement Théo Lanvers, l'un des défenseurs rouennais, champion de France 2015 à l'issue du deuxième match de la finale conclu sur le score de 4-4. En effet, face à l'ogre amiénois vainqueur de la saison régulière sans coup férir (lire ici), Rouen n'aura pas failli sur la glace du Coliséum en parvenant à conserver l'avantage acquis lors de la première confrontation (lire ici) Et de fait, c'est presque une malédiction qui touche le vainqueur de la saison régulière depuis trois saisons puisque depuis la saison 2011-2012 et le huitième titre grenoblois, aucun des champions de la saison régulière ne sera parvenu à confirmer en play-offs. En 2013, c'est Hockey 74 qui chutait en finale face à Rouen (3-5, 3-3, lire ici), en 2014, c'est Rouen qui connaissait une cruelle désillusion en laissant filer en demi-finale Amiens vers le titre (2-3, 3-4, lire ici) et on peut désormais rajouter Amiens en 2015, le « jamais deux sans trois », qui trébuche sur sa glace en dépit d'un deuxième match où le score aurait pu tourner en faveur des picards.

 

Du frisson de la défaite...

Là où la veille, il était parvenu à ouvrir le score après 2'50 de jeu, cette fois, Johan Saint-André, également en avantage numérique se montrait plus patient pour tromper la vigilance du portier amiénois, Corentin Cunsolo. Néanmoins, avant la barrière des cinq minutes, l'attaquant jaune et noir trouvait l'ouverture (0-1 à 04'13) pour donner aux Dragons un avantage désormais de trois buts au score cumulé. Toutefois, en dépit d'une bonne mise en route jaune et noire, enterrer trop vite l'équipe amiénoise aurait été un soupçon présomptueux. En effet, loin de renoncer, Amiens via Loïc Coulaud en désavantage numérique (11'00) puis Fabien Kazarine, cinq minutes plus tard (16'31) relançaient la machine picarde. A tel point qu'à la mi-match alors que Julien Guillaume venait d'inscrire le troisième but amiénois (32'26), les compteurs étaient remis à zéro avec un score cumulé à 5-5. Nécessairement troublés par ce retour en grâce samarien, les Dragons, face à une équipe amiénoise survoltée, devaient se contenter de faire le dos rond en attendant des minutes meilleurs et c'est en avantage numérique sur la fin de la deuxième période que le rayon de soleil Fabien Colotti transpercera la grisaille picarde pour ramener le score à 3-2 à la deuxième sirène (34'47) Avec un seul but d'avance au compteur l'étendard jaune et noir flottait, certes, mais restait fragilement accroché au toit de la patinoire du Coliséum. C'est le moment choisi pour les cadets rouennais pour faire basculer définitivement la série. Assurément, Amiens jetait ses dernières force dans la bataille en égalisant à 4-4 en désavantage numérique par Romain Carpentier (54'55) mais hélas pour l'escouade rouge et noire, le temps leur était compté dans cette partie et les Dragons ne cèderont pas et feront bloc jusqu'à la sirène finale, synonyme de délivrance et de 6ème titre pour Rouen non sans une dernière explication musclée pour l'anecdote.

 

Epilogue dans un sourire...

Les titres de champion de France ont cela de savoureux, ils apportent leur lot de joie incommensurable chez les uns, de détresse irrépressible chez les autres, de clins d'oeil, d'anecdotes, de souvenirs et bien sur de moments forts notamment pour les 93 qui bouclaient hier soir leurs années « hockey mineur » pour passer définitivement chez les « grands » De Thomas Saunier à Alexandre Lubin en passant par Xavier Boissel-Dombreval et Raphaël Faure, quatre rouennais recevaient hier l'hommage de leurs pairs pour célébrer leur fin de carrière Espoir, médaille d'or autour du cou. Un pan d'histoire pour cette génération 93 auquel il faut associer Guillaume Duquenne, le gardien amiénois qui aura porté avec fierté les couleurs du Dragon, qui aura participé à l'écriture des titres Minime en 2008, Cadet en 2010 et 2011, Espoir en 2013 et 2015. Merci et respect à ces joueurs là d'avoir fait honneur aux couleurs jaunes et noires tout au long de leur carrière dans le hockey mineur rouennais. Enfin, bien évidemment, félicitations à l'ensemble des joueurs pour ce titre fièrement acquis en Picardie.



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :