"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

CDM "Offrir du haut niveau"

 

A seulement 16 ans, Chloé Aurard va connaître son premier championnat du monde senior avec l' équipe de France féminine, qui se déroulera à Rouen en Avril. La plus jeune joueuse de l' effectif possède cependant une solide expérience, championne du monde avec l' équipe de France U18 à Vaujany en Janvier, avec un rendement impressionnant ( 2ème marqueur du tournoi en 2015 , 2ème "buteuse" en 2014). C'est donc pleine d' assurance, qu' elle s' apprête à fouler la glace Rouennaise, avec l' espoir d' écrire une nouvelle page du hockey féminin.

 

 

Bonjour Chloé, peux-tu nous présenter ton parcours ? 

J'ai débuté le hockey à Villard-de-Lans, j' avais alors 3 ans. J'ai toujours joué dans ce club jusqu' à cette saison où je suis partie avec ma sœur, Anaïs (gardienne de l' équipe de France féminine U18) aux États-Unis à la Vermont Academy. Nous rencontrons dans ce championnat d' autres « High School» du Nord-Est des États-Unis. Avec l' équipe de France, je vais connaître mes premiers championnats du monde senior au mois d' avril à Rouen, j' ai également participé à deux championnats du monde U18 dont celui du titre cet hiver à Vaujany.

 

Quelles sont les caractéristiques de l' effectif Français qui représentera la France à Rouen  ?

Nous avons une équipe jeune dans l' ensemble , avec notamment 4 joueuses issues de l'équipe de France U18. Cependant certains cadres tel que Marion Allemoz , la capitaine ou encore Laure Baudrit possèdent déjà une grosse expérience internationale, ces joueuses sont indéniablement les leaders sur la glace mais également dans le vestiaire. La gardienne Caroline Baldin est également un leader naturel dans le vestiaire, c' est un exemple pour tout le monde, notamment dans le domaine physique.

 

Tu seras la plus jeune fille de l' effectif, l' intégration sera t-elle difficile ?

Je ne suis pas intimidée, je compte rester moi-même et m'intégrer à ma façon dans l' équipe, pour le moment je n' ai participé qu' a un seul stage avec l' équipe senior ( tournoi des 4 nations en décembre à Budapest) et cela c' est bien passé. Je pense que le meilleur moyen de faire sa place dans l' équipe est de prouver ce que l'on vaut sur la glace, c'est par le jeu que je compte m' intégrer, la chance qui m' ait donnée d' évoluer en senior , ça me donne envie de dépasser mes limites, c' est un challenge très intéressant.

 

Quels sont les objectifs fixés par le staff ?

Je pense que la semaine de préparation avant les championnats du monde va nous permettre de savoir un peu mieux où on en est. Il faudra d' abord assurer le maintien rapidement, c' est le principal, après si l'on peut monter, on ne va pas se priver.

 

Que t'inspires le fait de jouer à domicile ?

Il y a forcément plus d' attente lorsque l' on joue devant notre public, mais je considère cela comme un avantage. On ressent encore plus de fierté et quitte à réaliser un grand tournoi, autant le faire en France, ce serait encore plus beau.

 

Quel regard portes-tu sur l' évolution du hockey féminin en France ?

Je pense que les derniers résultats sont très encourageants et les titres que l'on a remportés récemment, ça ne peut qu' inciter les jeunes filles à se mettre au hockey sur glace. Nos récentes performances prouvent que le hockey féminin peut offrir du spectacle de haut niveau et je pense que les hommes nous respectent davantage. Le fait que certaines filles s' expatrient dans les championnats étrangers permet de progresser rapidement et lorsque l 'on revient jouer pour l' équipe nationale, on se sert forcément de cette expérience. J' espère rester aux États-Unis par la suite.

 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :