" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

EDF U18 Début en fanfare !

 

Après un match amical où les bleuets n'auront pas réussi à prendre le dessus sur la Norvège et une courte défaite 2-3, c'est face au Kazakhstan que l'Equipe de France U18 ouvrait son tournoi des championnats du monde en Hongrie. Un Kazakhstan de sinistre mémoire pour les bleuets qui s'étaient lourdement inclinés 4 buts à 1 la saison dernière concluant ainsi leur tournoi à une morose cinquième place. Changement de son cloche pour cette édition 2014-2015 avec une entrée en fanfare et un premier but rapidement marqué par le troisième trio tricolore orienté par la paire défensive Brieuc Houeix – Maxime Ritz à destination de Gabin Ville pour un Rudy habile au moment de conclure (1-0 à 04'59) Dans une première période équilibrée avec onze tirs pour les tricolores pour douze coté Kazakhs, les français euphoriques profitaient, paradoxalement, d'une séquence en infériorité numérique pour doubler la mise par Robin Colomban (2-0 à 10'54) 2-0 à la fin de la première période, un scénario rêvé pour les tricolores au moment de rentrer au vestiaire à la première pause.

 

Déjà impliqué dans le premier but tricolore, le troisième trio français remettait le couvert sitôt la deuxième période entamée toujours par ce même Rudy Matima pour un 3-0 excitant (3-0 à 23'08) Toutefois, bien que fortement malmené le Kazakhstan réagissait moins d'une minute plus tard en réduisant la marque (3-1 à 23'54) Pas de quoi calmer l'enthousiasme des bleuets qui retrouvaient de l'élan avant la mi-match par l'intermédiaire du rouennais Justin Addamo (29'44) Prenant peu à peu l'ascendant au nombre de lancers, c'est tout naturellement que le tableau d'affichage s'en ressentait et se colorait de plus en plus en bleu « marinière » Un cinquième but signé par Justin Addamo (36'39) semblait sonner le glas des espoirs kazakhs alors que la sirène du deuxième tiers retentissait.

 

Dès lors pour l'équipe du Kazakhstan, plus rien n'allait. Complètement électrisé par leur match, les bleuets saignaient la défense adverse. Ici Bastien Maia (50'22), la Justin Addamo (53'03) pour le hat -trick un large récital offensif qui permettait aux tricolores de prendre leurs aises en s'imposant à la sirène finale 7 buts à 1. Un succès large, précieux et encourageant pour l'équipe de France qui leur permettra d'aborder en toute sérénité leur deuxième match dès demain face à la Norvège.



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :