... " Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015 ...

Du bronze sans gloire..

 

Sur la corde raide une bonne partie de la saison, alternant le chaud et le froid voire le glacial, les Cadets de cette édition 2014-2015 du championnat de France U18 Elite A boucleront leur saison sur une médaille de bronze, un soir de défaite sous la neige à la patinoire de Briançon, à leur place, au terme d'une saison où espoirs et déceptions se seront succédés. « Mini révolution » pour cette saison 2014-2015 avec une légère refonte du championnat ponctuée par deux promotions. Alors que depuis la saison 2009-2010, année de création de la catégorie U18 Elite A, l'unique poule de championnat comptait huit équipes, cette année, dix équipes viendront se disputer le titre de champion de France 2015 avec la montée de l'Elite B des équipes de Tours et de Villard de Lans.

 

Deux défaites pour débuter...

Pour les rouennais, à l'instar de la saison 2013-2014, c'est à Grenoble que les Dragons vivront leur premier déplacement de la saison à l'occasion de cette primo journée. Là où les rouennais s'étaient imposés la saison dernière 1-0 sur un but de défenseur Robin Merlin, c'est rempli de méfiance que les rouennais aborderont leur première sortie de l'année à l'image de leur capitaine Brieuc Houeix, plein de bon sens qui soulignait que « pour notre premier match de la saison, nous devons faire face à l'un des favoris pour le titre. La saison dernière, nous étions parvenus à nous imposer sur un magnifique shoot de Robin Merlin, cette année, ils sont plus forts, ils seront difficile à battre que cela soit à domicile ou à l'extérieur » avant de rappeler plein d'espoir « En tant qu'équipe de Rouen, chaque match se doit d'être transformé en victoire. Même si nous savons que cela sera difficile, nous irons à Grenoble avec l'objectif de prendre les trois points. Le titre de l'année dernière est désormais passé même s'il est difficile de tourner la page tant cet événement heureux partagé par un groupe fut intense. Lorsque l'on y a gouté une première fois, on a qu'une envie c'est de chercher à nouveau un titre. A nous de faire en sorte de trouver un groupe, de faire naitre une équipe pour espérer atteindre notre but »

 

Malheureusement pour les rouennais, le début de saison ne sera pas conforme aux attentes. En effet,  5mn et 34 secondes, c'est très exactement le temps qu'il manquera aux Dragons pour rééditer la performance de la saison dernière. En effet, amusant syllogisme dans les rencontres, là ou Robin Merlin la saison dernière était parvenu à marquer l'unique but de la partie, cette fois c'est Axel Benet qui, avec un peu de réussite, parvenait à ouvrir le score pour les Dragons (03'44) Ne parvenant pas à creuser l'écart en dépit de plusieurs situations avantages, le couperet finira par tomber pour les rouennais. A quelques minutes de la sirène finale, Alexandre Texier se jouait de l'arrière garde jaune et noire pour égaliser à 1-1 (54'26) Pire, c'est en courbant l'échine qu'ils retourneront sur la glace permettant ainsi à Benjamin Berard dans la foulée de porter la marque à 2-1 (56'06) En moins de deux minutes, l'affaire grenobloise était pliée et les efforts des Dragons étaient réduits à peau de chagrin. Le chagrin, celui de la défaite et de l'amertume du sentiment d'avoir laissé passer l'occasion de prendre trois points précieux au beau milieu de l'une des places fortes de ce championnat U18 Elite A.

 

 

Autant après le revers subi à Grenoble à l'occasion de la première journée, on pouvait y trouver quelques miettes de positivité tant les Dragons auront fait de la résistance jusqu'à l'amorce des cinq dernières minutes, cette fois, à domicile face à Angers, la donne est bien différente et la contre-performance bien réelle pour des Rouennais incapables de se faire respecter pour la première rencontre à la maison. Atomisée 7-2 à domicile par Briançon pour leur première match, nul doute qu'Angers, en se rendant sur les bords de Seine, aurait eu du mal à imaginer prendre les trois points de la victoire. Et pourtant à l'issue des soixante minutes que durera ce match, ce sont bien les ligériens qui lèveront les bras et célèbreront leur succès sur l'Ile Lacroix, le deuxième en 23 confrontations en Cadet Elite A. Bien que poussifs mais devant au score 2-0, quatre buts subis dans la troisième période pour un seul rendu auront raison des envies de victoires jaunes et noires avec une défaitre morbide 4-3. Deux défaites en deux rencontres dont une à domicile, lanterne rouge du championnat, rêver de titre voire même de médaille semblait désormais bien illusoire pour un groupe rouennais le moral en berne.

1er : Grenoble (24 matchs : 22 victoires, 1 défaite ap, 1 défaite)
2ème : Briançon (24 matchs : 16 victoires, 2 nuls, 1 défaite ap, 5 défaites)
3ème : Rouen (22 matchs : 15 victoires, 1 nul, 1 défaite ap, 5 défaites)
4ème : Amiens (22 matchs : 14 victoires, 1 nul, 7 défaites)
5ème : Hockey 74 (20 matchs : 9 victoires, 1 nul, 2 défaites ap, 8 défaites)
6ème : Dijon (20 matchs : 7 victoires, 1 défaite ap, 12 défaites)
7ème : Reims (20 matchs : 7 victoires, 1 nul, 2 défaites ap, 10 défaites)
8ème : Villard (20 matchs : 7 victoires, 13 défaites)
9ème : Angers (20 matchs : 6 victoires, 14 défaites)
10ème : Tours (20 matchs : 20 défaites)
 
(Saison Régulière - Play Offs)
Meilleure attaque : Grenoble 155 buts (6,46 b/mj) - Rouen 103 buts (4,68 b/mj)
Meilleure défense : Rouen 42 buts (1,91 b/mj)
Equipe la plus pénalisée : Briançon 673 mn (28,04 mn/mj) - Rouen 506 mn (23,00 mn/mj)
 
Meilleur compteur : Lucas Bonnardel (Briançon, 68 points)
Meilleur buteur : Rudy Matima (Amiens, 28 buts)
Meilleur passeur : Lucas Bonnardel (Briançon,40 passes)
Joueur le plus pénalisé : Alexandre Bertin (Briançon, 115 minutes)
Meilleur buteur en avantage numérique : Lucas Bonnardel (Briançon, 9 buts)
Meilleur buteur en désavantage numérique : Julien Msumbu (Rouen, 4 buts)
 
(Stats Saison Régulière - Stats Play Offs - Stats Globales)
Meilleur compteur : Justin Addamo (55 points)
Meilleur buteur : Julien Msumbu (28 buts)
Meilleur passeur : Justin Addamo (28 passes) 
Joueur le plus pénalisé : Justin Addamo (65 minutes)
Meilleur buteur en avantage numérique : Julien Msumbu (8 buts)
Meilleur buteur en désavantage numérique : Julien Msumbu (4 buts)
 
(Stats Saison Régulière - Stats Play Offs - Stats Globales)

 

Le souffle court...

C'est finalement sous le ciel de la Haute-Savoie à l'air pur de la montagne que les rouennais connaitront leur première victoire. Certes, pour les rouennais, l'équilibre reste fragile, les défauts encore bien perceptibles, la modestie de rigueur, mais les trois points engrangés permettront au moins de donner un peu de baume au cœur d'un Dragon atrabilaire. Menant 2-0 à la première pause face à Hockey 74 sous l'impulsion de Joran Reynaud et Justin Addamo, les rouennais mettront à profit le reste de la rencontre pour entériner leur victoire 3-0 avec un dernier but de Mathieu Mony. Si jamais dans l'histoire du championnat cadet élite jaune et noir, les Rouennais n'avaient débuté par deux défaites de rang pour leurs deux premiers matchs, ils n'étaient jamais non plus parvenu à s'imposer à blanchir une équipe de Hockey 74 que ce soit sur sa glace ou dans l'antre du Dragon. De quoi redonner un peu de sourire à une équipe jaune et noire qui enchaînent les résultats poussifs jusqu'à la confrontation attendue de la 5ème journée face aux Diables Rouges de Briançon. Avant cela, en Isére, cette fois chez les Ours de Villard-de-Lans, les rouennais resteront fidèles à leurs habitudes de début saison en livrant une partie hésitante. Cueillis à froid au bout de quarante secondes de jeu, les rouennais devront cravacher pour égaliser lors du tiers médian (25'18) avant de prendre la main à la mi-match. Sans réellement basculer, la rencontre restera à portée des deux équipes jusqu'à l'approche des dix dernières minutes où Rouen créera le break à 3-1. Bien que repris à 3-2  en fin de match, les Cadets, le souffle court, compileront une deuxième victoire de suite sur la route des Alpes. Au forceps face à Villard-de-Lans, le promu au quatre défaites de suite, il faudrait une toute autre équipe de Rouen pour aborder les deux rendez-vous à domicile face à Briançon et en Picardie face à Amiens pour le premier tournant de la saison.

 

Sur le devant de la scène depuis sa troisième place décrochée la saison dernière, la génération dorée de Briançon forte de ses quatre victoires en autant de match dont une probante à domicile face à Amiens (4-2) et son statut de leader du championnat faisait office de favori à l'heure de débarquer sur les bords de Seine. Si les rouennais espéraient faire fructifier leur deux derniers résultats en championnat rapidement ils devront déchanter face à une équipe de Briançon, sure d'elle et particulièrement véloce dans les duels. Rapidement débordés, surabondamment timorés, les Rouennais ne touchaient guère le palet à commencer par la première présence qui plombait directement l'ambiance sur le banc jaune et noir avec l'ouverture du score de l'inévitable Robin Colomban accompagné de son « tout aussi inévitable » acolyte Lucas Bonnardel (0-1 à 00'29) Un début de match placé sous le signe de l'apocalypse qui n'en restera pas là pour les Dragons. En effet, chamboulés et hors du coup, les Rouennais subiront tout au long de la période. Si une série de pénalités briançonnaises leur offrira une bouffée d'oxygène en fin de tiers, auparavant par deux fois en avantage numérique par l'intermédiaire de Mathieu Buttin (10'09) et par Aurélien Haaser (11'54), les Diables Rouges enverront les Dragons en enfer pour un saignant 0-3 au tableau d'affichage à la première sirène.

 

C'est dans les alcôves de la patinoire que le dénouement de cette pièce en trois actes se jouera. A l'entre-tiers, dans la moiteur du vestiaire des rouennais, les visages sont fermés et l'abattement palpable. Le temps de quelques minutes, le temps de reprendre son destin en main, de se regarder les yeux dans les yeux, le temps de prendre ses responsabilités et de monter à nouveau sur la glace pour un deuxième tiers où l'état d'esprit des Rouennais sera tout autre. A commencer par la première offensive jaune et noire symbolisée par la fougue des 9-9, Axel Benet lançant en échappée un Hugo Dumont qui s'en allait froidement crucifier l'excellent portier de Briançon Julian Junca (1-3 à 20'48) Plus agressif, plus guerrier dans les duels, Rouen sortait la tête de l'eau et se montrait solidaire. Astucieux par Julien Msumbu, auteur de l'action conduisant au deuxième but en infériorité numérique (29'11) tout en puissance pour Justin Addamo qui se servait du travail conjoint de forçat de Robin Merlin et Brieuc Houeix pour apporter le 3-3 à 14 secondes de la fin de la deuxième période (39'46), les Dragons revenaient dans le jeu jusqu'à l'estocade finale du troisième tiers.

 

Du terrible « Waterloo » du premier tiers à « l'Austerlitz » du tiers médian, il faudra ajouter un dernier coup de « Trafalgar » à cette rencontre, faisant passer de vie à trépas la « Bérézina » jaune et noire tant espérée du coté des Diables Rouges de Briançon. A quelques minutes de la fin de la rencontre, alors que les deux équipes s'étaient évertuées pendant de longues minutes à faire plier leur adversaire sans y parvenir, Quentin Papillon d'un coté, Julian Junca de l'autre se refusant à ouvrir la porte, la délivrance surgissait dans la palette de Julien Msumbu à l'approche de la dernière minute de jeu pour un 4-3 inespéré (58'47) Une fin de match tumultueuse où les enfants se chamailleront sur la glace, n'empêcheront pas les Dragons de goûter à leur première « vraie victoire » de la saison face au leader du championnat, vaincu pour la première fois de la saison. Avant cette rencontre face aux Hauts Alpins, dans chacune des têtes rouennaises, la perspective d'affronter sur sa glace Briançon puis Amiens en Picardie était l'occasion soit de rebondir vers le sommet du classement soit d'être irrémédiablement décrocher du wagon de tête. Dans une saison de hockey sur glace, quelque soit la catégorie, il est existe des actes fondateurs : la première pierre d'une aventure, premier pas vers une construction future intéressante. Cette victoire face à Briançon pouvait être cet acte fondateur à condition de le faire fructifier en Picardie dès la semaine suivante face à l'éternel rival amiénois.

 

Gagner en Picardie face à Amiens n'est jamais un acte anodin pour tout Dragon qui se respecte. Au sortir de leur probante victoire à domicile face à Briançon, à l'occasion de cette 55ème confrontation entre les deux équipes en championnat, les rouennais entendaient bien rester sur leur dynamique. Même si les chiffres ne plaidaient pas nécessairement en leur faveur avec trois victoires obtenues dont un mémorable 7-1 la saison dernière lors de leur dix dernières visites au Coliséum, les rouennais attaquaient forts sur l'initiative de leur meilleur atout défensif Brieuc Houeix. A la baguette sur le power-play pour l'ouverture du score de Justin Addamo (04'32), artilleur dans la foulée pour le 2-0 (05'00), le capitaine des rouennais en cinq minutes venait d'enlever une bonne épine du pied du Dragon. Forcément un soupçon déstabilisée, la formation amiénoise aura toute les peines du monde à se remettre dans le bon train. La faute en grande partie à un Quentin Papillon de feu et de glace qui gelait l'ensemble des tentatives amiénoises jusqu'à celle de Loïc Coulaud à l'entame de la troisième période (46'48) pour la réduction du score à 1-2. Jusqu'alors assez friables mentalement, les rouennais, animés par le déclic briançonnais, tiendront le fort jusqu'à la sirène finale emportant au passage un précieux succès à Amiens, le quatrième de suite.

 

Saison lancée, enfin...

Sortis vainqueurs de ce duel face à Briançon et Amiens, un climat de sérénité semblait s'être installé au dessus des casques rouennais qui abordaient une série plutôt abordable de six matchs dont cinq à domicile. De quoi faire tourner les compteurs, engranger les points et poursuivre la remontée au classement avec une deuxième place partagée entre trois équipes : Briançon, Hockey 74 et Rouen, Grenoble se promenant avec six points d'avance au soir de la sixième journée. Sans se tourmenter outre mesure, Rouen entamait un premier triptyque à domicile sur une victoire aisée 7 buts à 1 face à Dijon avant de signer son premier blanchissage 8-0 face à Tours. Décidément à l'aise en ce mois de novembre, les rouennais bouclaient la série de trois matchs à domicile sur un nouveau blanchissage cette fois 5-0 face à Reims. Après avoir fait payer en déplacement à Angers son affront sur l'Ile Lacroix de la deuxième journée en s'imposant au Haras d'Anjou 7-0, les Rouennais retrouvaient l'Ile Lacroix avec une confrontation face à Hockey 74 pour le compte de la 11ème journée. Après trois heures cinquante et une minutes et quarante-trois secondes sans encaisser le moindre but face à Dijon (victoire 7-1) et surtout Tours (13-0), Reims (5-0) et Angers (7-0), une minute et seize secondes seulement auront été nécessaire à l'équipe de Hockey 74 pour briser la muraille défensive jaune et noire. Pour autant, bien que parvenant à prendre en faute la meilleure défense du championnat rapidement, les Hauts-Savoyards n'auront pas pu mettre à genou une équipe de Rouen qui s'imposera logiquement sur le score de 7-2 à la sirène finale. Désormais seuls deuxièmes au classement dans le sillage de Grenoble et à portée de tirs d'Amiens troisième, un seul match restait à pourvoir pour les Dragons pour cette année 20014 à domicile face à Tours. Une formalité pour les rouennais et leurs deux portiers Quentin Papillon qui prenait les deux premiers tiers, Erwan Jaouen le dernier pour un score sans appel de 14-0.

 

Après un début de saison, on ne peut plus poussif, les rouennais restaient sur une série de neuf victoires et une deuxième place intéressante. Un joli redressement qu'ils devront en partie à leur duo d'attaquants Julien Msumbu et Justin Addamo toujours aussi important dans le dispositif offensif rouennais mais également et surtout à leur portier Quentin Papillon. S'il est coutume de dire que le gardien au hockey sur glace est une pièce maitresse, cela était d'autant plus vrai lorsque l'on évoquait le rôle du gardien jaune et noir au sein de cette équipe U18. Déjà passé maître dans l'art du blanchissage la saison dernière avec trois matchs sans prendre de but, cette saison le portier rouennais s'affirmera un peu plus tout au long de la saison avec cinq blanchissages au total loin devant les deux du quatuor Baldin (Grenoble), Quiqueret (Villard), Souchère (Amiens), Junca (Briançon) Encore plus criant lorsque se l'on penche sur les statistiques du portier rouennais, ce dernier en disputant sur la saison régulière en moyenne 16,36 des 18 matchs rouennais loin devant les 10,25 de Caroline Baldin, n'accorda que 1,834 buts par match faisant de lui le meilleur à son poste sur l'ensemble du championnat devançant largement Gaetan Richard de Briançon avec 2,106, Baldin (2,34), Junca (Briançon, 2,61), Depanian (Amiens, 2,70) et Souchère (Amiens, 2,78) Sur une autre planète le portier jaune et noir est indispensable pour la suite de la saison des Dragons, sa blessure de janvier de l'année dernière et les défaites qui s'amoncelèrent confirmant que quand le « Papillon » va, tout va !

 

Le traditionnel « trou d'air de janvier »

A l'instar de la saison dernière, c'est face à Amiens que les Dragons entameraient la nouvelle année. Si la saison précédente, ils étaient parvenus à s'imposer sur le score de 9-6, le scénario de 2015 sera tout autre. Force est de constater que l'équilibre de cette équipe cadet était bien fragile et ne reposait que sur quelques piliers indispensables. Quentin Papillon, le mur infranchissable dans les cages, le duo offensif Julien Msumbu – Justin Addamo, auteur de 50 des 91 buts compilés tout au long de la saison régulière et le pilier défensif Brieuc Houeix passeur à la précision chirurgicale pour ses avants et capitaine maitre d'oeuvre de l'arrière-garde jaune et noire. Et c'est justement ce dernier qui manquait à l'appel sur blessure pour la reprise. Un vide à la défense dans lequel s'engouffreront avec allégresse les attaquants amiénois et briançonnais, les deux premiers adversaires des rouennais en 2015. Face aux gothiques, la partie s'annonçait rude dès l'entame alors que Théo Kalisa ouvrait le score avant la première pause (15'27) Si l'égalisation ne tardera pas en infériorité numérique par Justin Addamo, les joueurs d'Anthony Mortas creuseront l'écart durant le tiers médian par Gibert et Coulaud pour une seule réponse rouennaise Julien Msumbu. Enterrés en toute fin de match par un dernier but de Loïc Coulaud, c'est la tête basse que les rouennais regagneront leur vestiaire, vaincus 4-2 sur leur Ile. Embarqués dans la foulée dans les Hautes-Alpes à Briançon, les affaires se corseront copieusement pour les Hauts-Normands. Balayé tel un fétu de paille en première période (3-0), Rouen hors sujet ne pouvait que constater les dégâts. Dans la même situation au match aller sur les bords de Seine, les rouennais avaient trouvé les ressources nécessaires pour revenir au score et s'imposer au finish 4-3. Cette fois, c'est Briançon qui ayant retenu la leçon ajoutait un quatrième but dès l'entame de la deuxième manche. Certes, les dragons auront le cœur pour revenir en mettant à profit le temps restant pour rentrer à 4-3 mais cela ne suffira pas pour empêcher une deuxième défaite de suite.

 

En l'espace de deux matchs et deux défaites, même s'ils l'ignoraient encore, les rouennais venaient de perdre toute chance de décrocher la deuxième place du classement et l'avantage de jouer les demi-finales à domicile. Si la victoire au match aller face à Briançon avait été le premier pas d'une belle série, au soir d'une défaite dans les Hautes-Alpes, les rouennais venaient d'hypothéquer complètement leurs chances de créer l'exploit en finale face à l'intouchable équipe de Grenoble. Patratas ! Moribonds avec leur désormais quatrième place synonyme de demi-finale à Grenoble, les rouennais auront l'occasion de se changer les idées en déplacement en Bourgogne chez les Ducs de Dijon avec une honnête victoire 6-0. Si d'ores et déjà, la calculette est de sortie en Normandie, les trois points pris à Dijon offriront aux rouennais un moment de répit avant le rush final des trois derniers matchs avec entre autres une succulente dernière rencontre à domicile face au leader grenoblois .A trois journées de la fin, Rouen pointait toujours à la quatrième place au classement avec une manne de derniers matchs à jouer à domicile face à Villard de Lans et Grenoble et à l'extérieur à Reims. Dans le même temps, les deux adversaires directs des rouennais : Amiens et Briançon s'affrontaien tavant que les Diables Rouges ne reçoivent pour conclure Grenoble, Reims et Angers, les Gothiques amiénois, eux de leur coté, s'offrant un final face à Hockey 74 et à Tours.

 

Sans sourciller à domicile face à Villard-de-Lans et une victoire 9 buts à 3, les Dragons pour l'avant-dernière journée auront toutes les peines du monde pour venir à bout des modestes rémois. Tandis que dans le même temps, Amiens cédait un point à domicile en s'imposant en prolongation face à Hockey 74, Rouen ne faisait guère mieux face à Reims en décrochant une poussive victoire 3-2. Profitant au passage du revers de Briançon 6-1 face à Grenoble, avec cette victoire étriquée, Rouen chapardait au classement la deuxième place à Briançon qui comptait un match en moins. C'est ainsi qu'au crépuscule de la saison régulière et à l'aube de la 18ème et dernier journée, l'ordre des demi-finales était loin d'être connu. Si Grenoble était d'ores déjà assuré de boucler à la première place, Briançon et Rouen ex-aequo à la deuxième place et Amiens à trois points derrière pouvaient encore s'écharper à distance une dernière fois. Pour les Dragons l'équation était relativement simple s'imposer dans le temps réglementaire pouvait leur offrir la deuxième place à la différence de but, prendre un point en prolongation leur assurait au moins la troisième place tout autre scénario leur donnait le « rôle du dindon » avec une dégringolade à la quatrième place.

 

Ambiance play-offs avant l'heure pour les rouennais pour cette ultime manche face à un leader du championnat solide avec ses quinze victoires pour deux seules défaites. Avec le spectre de se faire doubler au finish par Amiens, Rouen abordait sa rencontre face aux Brûleurs de Loups de la pire façon possible. Balayé sur un but en avantage numérique d'Alexandre Pascal en première période, Rouen subissait un deuxième but d'entrée de jeu lors du tiers médian. Menés 2-0, il faudra tout un « moral » pour revenir dans la partie alors que Justin Addamo relançait la machine en réduisant le score à 1-2 avant que son capitaine ne montre la voie en égalisation à 2-2. Tandis qu'Hugo Quignard au courage ajoutait dans la foulée un troisième but, on se prenait à rêver d'exploit du coté des Dragons. Si dans la foulée Alexandre Texier douchait les espoirs rouennais en ramenant le score à 3-3, cette ultime manche complètement débridée n'en avait pas fini avec le suspense. A sept minutes de la sirène finale, Hugo Blum pensait donner la victoire à Grenoble en portant le score à 4-3 mais dans la foulée Julien Msumbu trouvait l'égalisation à 4-4. Cinq minutes à jouer et toujours pour les Dragons la nécessité absolue de s'imposer dans le temps réglementaire pour avoir la chance de jouer sa demi-finale à domicile. Cinq minutes au cours desquelles Rouen se jètera à l'abordage dans un climat électrique sur le blanc, une vive poussée jusqu'aux dernières secondes où tout le monde égoïstement cherchait à marquer en solitaire à l'image de Justin Addamo sur une dernière tentative à la dernière seconde de la rencontre où le palet pourtant désireux de franchir la ligne de but grenobloise s'en allait mourir ailleurs. Tout sourire au moment de rentrer sur le banc rouennais après son incroyable manqué, l'attaquant jaune et noire mesurait-il seulement que l'ultime chance pour les Dragons de se mettre dans les meilleures conditions possibles pour les play-offs venaient d'être grillée lamentablement. Quoiqu'il en soit, le match désormais sans incidence au classement se jouera non pas en prolongation mais lors d'une séance de tirs au but disputée avec légèreté, Grenoble s'imposant par Jeoffrey Couvat 5 buts à 4.

 

En route pour les play-offs...

Particularité de cette saison 2014-2015, alors que traditionnellement le premier tour des play-offs était consacré aux demi-finales, cette fois un premier tour se jouait en quart de finale en deux manches chez le mieux classé. Pour les Rouennais, l'occasion était donnée de rebondir après une fin de saison décevante face à Dijon pour les quarts de finale, premier acte des play-offs, morceau de la saison particulièrement courtisé par les rouennais. Tous frais au sein du championnat Cadet Elite A avec trois saisons disputées (2010-2011, 2013-2014 et 2014-2015), les Ducs de Dijon vivaient leurs premiers matchs de play-offs de leur récente histoire. Une confrontation pour le coup inédite en play-offs qui s'ajoute à un manque de repère entre les deux formations en saison régulière. Ainsi, cette saison, au mois d'octobre, les Dragons prenaient les points à la maison (7-1) avant de récidiver le larcin en janvier avec une victoire 6-0 à la patinoire de Trimolet. Pour autant, si Rouen partira avec les faveurs des pronostics, la méfiance étiait tout de même de rigueur dans le coin des Dragons avides de se lancer comme il se doit dans cette campagne 2014-2015 des play-offs « Dijon est une équipe solide avec de belles individualités comme les deux internationaux Maxime Ritz, Louis Petit et un gardien qui peut-être décisif sur un week-end. Ces deux matchs sont un bon test pour savoir si nous sommes aptes à aller chercher quelque chose de plus grand dans les jours à venir » confiait, prudent, le capitaine des U18, Brieuc Houeix au sortir du dernier entraînement de vendredi après-midi alors que le dijonnais Louis Petit avant de prendre la route de la Normandie se montrait nettement moins enthousiaste « Nous sortons d'une saison médiocre. Nous savons que l'équipe de Rouen possède de très bons joueurs et que cela va être dur pour nous mais avec nos quatre blocs homogènes, nous sommes prêts à aller à la guerre »

 

Le décor planté, la première manche tournera à l'avantage des Dragons. Alors que Joran Reynaud ouvrait le score en première période, les rouennais mettaient à profit le deuxième tiers pour ajouter sur un doublé de l'inévitable Julien Msumbu. Ajoutant un quatrième but à cinq minutes de la fin par Hugo Quignard, les rouennais pensaient bien avoir fait le plus gros dans cette série en mettant hors course leur adversaire dès le premier match mais un but à neuf secondes de la fin de Jonathan Estienne en avantage numérique réduisait la marque à 4-1 et changeait la donne pour le match du lendemain. Ainsi dès le lendemain les affaires jaunes et noires viraient au cauchemar. Pourtant titulaires d'une marge de trois buts suite à la rencontre de la veille, les Dragons connaîtront une première partie de rencontre bien difficile. Non pas sur les dix premières minutes de la partie où Rouen attaquait fort et imprimait un rythme intense à une équipe de Dijon obligée de subir mais sur la fin de période où peu à peu les Hauts Normands se montraient moins agressifs sur le filet dijonnais et moins prompt à seriner leur douce mélopée offensive. Et Dijon se fera un malin plaisir à profiter des largesses rouennaises en menant 3-0 à la mi-match ! En 25 minutes, les Ducs étaient parvenus à faire oublier le match de la veille et les rouennais se mettaient en danger bêtement par nonchalance. Certes à la fin de la deuxième période, Rouen avait accéléré sensiblement en revenant à 3-2 mais la fin de rencontre sera tout sauf probante dans l'état d'esprit, les Dragons face à des dijonnais désormais démobilisés mettant néanmoins un point d'honneur à s'imposer 5-4

 

Alors qu'il aurait été de bon aloi de clore tout suspense le plus tôt possible, avec des hauts et des bas qui auraient pu laisser aux Dragons un goût amer, les rouennais prendront la direction de Briançon pour les demi-finales. C'est dans ce contexte clairement délicat que les Dragons avaient à charge de tenter de décrocher une place en finale au terme d'un week-end qui s'annonçait haut en couleurs. Si lors des dix confrontations entre Rouen et Briançon dans leur histoire commune, la balance penchait clairement en faveur des Rouennais avec 8 victoires pour 2 défaites, il serait trompeur de s'appuyer sur cette statistique pour évoquer une demi-finale où clairement les rouennais n'étaient pas favoris. Même si la saison dernière au même stade de la compétition, Rouen sur sa glace était parvenus à évincer de la course au titre Briançon (3-1 et 3-1), l'histoire pourrait être tout autre cette année tant les deux confrontations entre les deux formations auront été tendues au tableau d'affichage.

 

Et de fait, l'issue de cette série épique se jouera sur des détails, sur un état d'esprit, sur une envie de faire la différence en équipe. « La cohésion comme clef du succès » soulignait le capitaine rouennais avant le quart de finale face à Dijon et sur cette série face à Briançon, les lacunes mentales entrevues par intermittence lors des moments difficiles de la saison régulière ne seront que plus criantes lors de ces deux manches face à Briançon. Dans une série de deux matchs où le cumul des scores à toute son importance, c'est Rouen qui prenait les devants en première période sur un jeu parfait en avantage numérique orchestré entre Brieuc Houeix et Julien Msumbu offrant ainsi le premier but de la rencontre à Joran Reynaud (08'09) Alors que dans les précédentes confrontations en saison régulière, c'est à 0-3 que les Dragons avaient commencé à jouer, cette fois, les rouennais ne connaissaient pas de retard à l'allumage, s'offrant même un long temps fort quasiment tout au long du premier tiers. C'est ainsi que face à une équipe de Briançon engoncée dans son costume de favoris de la série, Rouen poussait pour tenter de prendre son destin en main sans toutefois parvenir à trouver la faille une deuxième fois dans le premier vingt minutes. Et comme souvent dans pareil cas, la relative domination jaune et noire se retournait contre eux alors que sur une contre-attaque rondement menée Kévin Richard trouvait l'égalisation à 1-1. C'est un tout autre match qui débutait alors. Malmenés, dans la tourmente, les Dragons avaient beau faire front, Briançon se présentaient un ton au dessus et se verra récompensé d'un but de Robin Colomban aussitôt annulé par Justin Addamo (2-2) Alors qu'à la reprise Brieuc Houeix donnait le but du 3-2 en avantage numérique, Rouen avait beau se procurer les occasion jamais ils ne parviendront à creuser l'écart. Pire à force de se ruer à l'attaque et d'oublier de revenir en défense, les rouennais se feront gifler en fin de rencontre avec l'égalisation briançonnaise à 3-3 au plus fort de la tempête haut-alpine où les Diables auraient pu envoyer très profondément les Dragons en enfer. Un 3-3 heureux pour les Dragons qui restaient en vie avant le deuxième match joué dès le lendemain face à des Briançonnais plus que jamais favoris sur leur glaçon.

 

Le lendemain à l'issue de la rencontre dans la moiteur de leur vestiaire, les Dragons pourront nourrir des regrets tant ils auront eu leur chance dans cette deuxième rencontre. Non pas sur la première période où les Diables Rouges attaquaient la rencontre tels des morts-de-faim obligeant le portier jaune et noir, Quentin Papillon à sortir son costume scintillant de superhéros mais sur la deuxième période où les rouennais, enfin dans la rencontre, hausseront leur niveau sans jamais parvenir à trouver la fissure dans le mur dressé parle gardien briançonnais Julian Junca. Si la première période se révélait être un fiasco jaune et noir, la rencontre aurait pu, aurait du tourner à leur avantage par la suite. Tantôt maladroits, tantôt nonchalants, tantôt indisciplinés, les occasions se multiplieront durant les vingt minutes sans jamais parvenir à desceller le tableau d'affichage fermement vissé à 0-0. Pire pour les rouennais au plus fort de leur domination, sur une contre-attaque, Robin Colomban dans la dernière minute parviendra à ouvrir le score, plongeant Rouen dans le doute (39'20) A la reprise, si on pouvait espérer une réaction jaune et noire, force est de constater que la cohésion jaune et noire n'était pas suffisante pour que tout le monde tire dans le même sens. A un moment où 22 joueurs et un staff auraient dû être révolté. prêt à suer, prêt à saigner, pour permettre au dragon de voler, ces 15 minutes ressemblèrent plus à une mise à mort, où cou et pattes du dragon furent enchaînés. Entre la volonté farouche des uns à ne pas mourir comme ça sur la glace de Briançon et les autres à l'indolence navrante, les affaires ne pouvaient aller dans le bon sens et de fait, la partie échappera aux Dragons y compris dans les dernières minutes où une prison pour le moins stupide empêchera les rouennais de jeter leurs dernières forces dans la bataille en soustrayant leur gardien. A la sirène finale, Briançon pouvait savoir son succès en célébrant dignement sa victoire sur un Dragon qui devra se contenter de la médaille de bronze pour la saison 2014-2015. Sans gloire. Alors que la neige inondait le ciel des Hautes-Alpes, la route du retour sera bien longue pour des rouennais à l'amertume tenace.

 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :