"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

Step one...

Moment important pour les cadets rouennais ce vendredi à Amiens qui avaient rendez-vous pour écrire leur histoire avec une demi-finale à jouer face aux Brûleurs de Loups de Grenoble. L'histoire d'une saison avec quelques fautes d'orthographes ici ou là, l'histoire d'une saison avec quelques chapitres électrisants ou irritants, l'histoire d'une saison qui comptera en son sein un nouveau chapitre, l'avant-dernier écrit avec émotion et solidarité se terminant sur une phrase annonçant l'heure de la finale à disputer face à Reims dimanche 02 mai à 18h00.

En effet, au terme d'une rencontre face à Grenoble où les émotions auront été diverses et variées, les Rouennais auront su décrocher leur ticket pour la finale. Tandis que Reims décrochera un peu plus tard dans la soirée sa finale en atomisant Amiens 9-4, les Normands, eux, abordaient leur écriture avec une bien jolie calligraphie. Soutenus comme il faut par un Jacques-Edouard Blin plus tonitruant que jamais, les Dragons mettaient une dizaine de minutes avant de lâcher les chevaux par l'intermédiaire de Kévin Lorcher en double avantage numérique. Idéalement placé face au portier grenoblois Antoine Bonvalot, l'attaquant rouennais prenait tout son temps pour ajuster un lancer précis entre les jambières (09'38) Sonnant à nouveau la charge sur la fin de la période par l'intermédiaire d'Alexandre Lubin en désavantage numérique (16'49), les Rouennais boucleront une première période de haute tenue en ajoutant un troisième but par Kévin Lorcher qui n'avait plus qu'à pousser la palet après un travail collectif de sa ligne (19'59)

En menant 3-0 après un excellent premier vingts minutes, la météo rouennaise semblait au beau fixe. Malheureusement pour eux, il faudra compter avec une indiscipline inappropriée qui leur coutera bien chère durant la deuxième période. Tandis que le capitaine rouennais retrouvait les siens après une pause au vestiaire pour tenter de sauver sa future progéniture, les Dragons se retrouvaient pris dans le viseur de l'arbitrage. A propos, le zébré sanctionnait fort justement les hauts-normands incapables de se tenir à leur discipline des vingt premières minutes. »Crosse haute », « cinglage », « dureté », « obstruction », « charge avec la crosse » Quasiment tout le panel des fautes disponibles était mis à exécution par les joueurs rouennais qui payaient le prix immédiatement. De quoi remettre parfaitement en place les Isérois qui n'en espéraient pas temps. William Pras dépucelait le compteur grenoblois en double avantage numérique (32'31) tandis que moins d'une minute plus tard, Florian Ibagnez de son coté ramenait le score à 3-2 (33'10) Panique intense sur le banc rouennais qui peinait à conserver la sérénité affichée. Même si en fin de période Raphaël Faure redonnait un semblant de quiétude en ajoutant un quatrième filet (36'55), Thomas Chapuis ne laissait pas le temps aux Dragons de prendre à nouveau leur aise (39'24) Finalement au moment de regagner le vestiaire en menant 4-3, les Normands n'étaient plus du tout à l'abri et le dernier tiers de cette rencontre s'avérerait décisif.

Avec en toile de fond le spectre des deux dernières demi-finales perdues face à Amiens la saison dernière et Grenoble il y a deux ans, les Rouennais se refusaient à vivre à nouveau une pareille désillusion. Juste récompense pour le travail défensif effectué jusqu'alors notamment à quatre contre cinq où il ira congeler le palet des longues secondes en territoire ennemi, Xavier Boissel-Dombreval délivrait un lancer, certes à la courbe hasardeuse, mais diablement efficace pour tromper à nouveau le portier isérois (40'34) Désormais titulaires d'une marge de deux buts à nouveau au tableau d'affichage, les Dragons retrouvaient un semblant de sérénité autant dans le jeu que dans leur attitude. Un retour au calme qui permettait à Damien Bourguignon d'ajouter un 6ème but (46'08) quelques minutes plus tard. A l'instar de la première période où les rouennais mèneront 3-0 avant de trembler devant le retour des isérois, là encore les Dragons laisseront une chance aux Grenoblois d'espérer. Louis Roy peu après le début des dix dernières minutes du match redonnait du souffle aux siens (51'52) alors qu'une nouvelle déferlante de prisons s'abattait sur le casque des Dragons (55'05, 55'09 & 55'59) En double avantage numérique puis en triple avec la sortie du gardien de but (56'11), les Brûleurs de Loups mettront une intense pression sur la cage tenue de main de maître par Thibault Maggi, efficace dans son filet, impertinent face à Joris Bedin en break pour l'arrêt crucial de la rencontre. Fort de l'appui de leur gardien de but, solide détenteur du trésor rouennais, le Dragon utilisait une autre de ses richesses pour boucler le match : la solidarité et l'abnégation au combat symbolisée par un Kévin Lorcher courageux qui se jetait au devant du palet pour empêcher que son gardien ne soit sollicité à nouveau. Finalement, le joli chapitre de cette histoire cadet 2009-2010 ne se terminera pas sur une note amère. Bien au contraire, c'est dans un sourire que les Dragons quitteront le glaçon de la patinoire de Coliséum : un sourire d'émotion après avoir décrocher une place en  finale qui leur échappait depuis deux saisons, un sourire de contentement après avoir réalisé une partie de ce qui leur était demandé... Une partie seulement... le plus beau restant à écrire désormais...

Xavier Boissel-Dombreval :
Nous aurions du mieux gérer le score. Si on ne les laisse pas revenir, le match aurait pu être beaucoup plus facile pour nous. Cela nous donne des leçons pour le match de demain qui ne sera sans doute pas pareil. Même si on a fait un premier tiers exemplaire qui doit nous servir de modèle pour la suite, nous nous sommes fait peur. Maintenant, c'est la finale contre Reims. Nous savons que cela ne sera pas un match facile. Reims est une bonne équipe avec de bons joueurs mais à nous de travailler tous ensemble comme on sait le faire.

Alexandre Verin :
Nous avons joué un bon premier tiers contre Grenoble. Après on a commencé à ne plus vraiment jouer et on les a laissé revenir au score. Finalement, nous sommes parvenus à nous remettre dedans et le score a suivi. Contre Reims en finale, même si  on sait que nous sommes capables de les battre et que nous avons fini premiers de la saison régulière, on s'attend à un match difficile. Il faut que l'on garde à l'esprit que c'est en ayant du plaisir que l'on gagnera.

Anthony Rech :
L'essentiel est là avec cette victoire et la qualification pour la finale en dépit d'une victoire serrée. On a bien abordé la rencontre avec un début de match discipliné et structuré. Ensuite, au fil du match, on s'est fait peur et on s'est mis dans la difficulté. On sait que contre Reims, il faudra se montrer encore meilleur. C'est un très gros match qui nous attend face à une bonne équipe composée de très bons joueurs. Ce genre de matchs se joue sur les détails, la discipline. A nous de jouer trois tiers, présence par présence à fond. Une finale ne se joue pas, elle se gagne...



½ Finale Carré Final U18 -
Rouen – Grenoble 7-4 (3-0 / 1-3 / 3-1) // Pénalités : Rouen 26 mn – Grenoble 22 mn
09:38: 1-0 Rouen: 9: Kevin LORCHER (18: Anthony RECH; 16: Florian CHAKIACHVILI) [5-3]
16:49: 2-0 Rouen: 19: Alexandre LUBIN (11: Florian DUVAL; 8: Léo PAILLIE) [4-5]
19:59: 3-0 Rouen: 9: Kevin LORCHER (4: Johan SAINT ANDRE)
32:31: 3-1 Grenoble: 13: William PRAS (12: Joris BEDIN; 9: Vincent LLORCA) [5-3]
33:10: 3-2 Grenoble: 10: Florian IBAGNEZ (13: William PRAS; 20: Alexis MYLY) [5-4]
36:55: 4-2 Rouen: 22: Raphaël FAURE (3: Damien BOURGUIGNON) [5-4]
39:24: 4-3 Grenoble: 25: Thomas CHAPUIS (10: Florian IBAGNEZ; 5: Mathieu PONS)
40:34: 5-3 Rouen: 21: Xavier BOISSEL DOMBREVAL (16: Florian CHAKIACHVILI)
46:08: 6-3 Rouen: 3: Damien BOURGUIGNON (13: Anthony Allan GONCALVES; 15: Mathieu BRIAND)
51:52: 6-4 Grenoble: 11: Louis ROY (12: Joris BEDIN) [Cage vide]
58:23: 7-4 Rouen: 3: Damien BOURGUIGNON (8: Léo PAILLIE) [4-5, Cage vide]




Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :