"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

U20 Impossible n'est pas français


Impossible n'est pas français, plus que jamais l'équipe de France U20 se sera approprié ce slogan au terme des Championnats du monde U20 qui se seront terminés le week-end dernier à Megève. Une semaine folle pour les bleuets où les émotions auront été nombreuses entre l'inquiétude d'un premier match poussif, le retour des certitudes sur le deuxième match, la douche froide angoissante après le troisième match et un final en apothéose sur le dernier match.


Rarement « Marseillaise » n'aura été chantée avec autant de joie et de fierté au soir du dernier match de ces championnats du monde par une équipe de France U20 électrisée par son succès sur la Pologne 7 buts à 2 lui offrant le cinquième titre de son histoire en U20, le quatrième dans cette division, le troisième échelon mondial. Parmi les tricolores présents sur la glace de Megève, six rouennais avaient troqué leur habituelle tunique jaune et noir pour un bien scintillant bleu blanc rouge. Nul doute que chacun d'eux en gardera un lumineux souvenir à l'image du capitaine des bleuets Vincent Nesa « De ces deux semaines, je garderais en tête chaque détail de chaque journée avec des moments d'équipe inoubliables. Beaucoup d'émotions et de fierté de gagner le titre avec une difficulté supplémentaire » commente-t-il alors que la France pour glaner la première place se devait de s'imposer avec au moins quatre buts d'écart face à la Pologne « Il est clair qu'une des clés de notre réussite à été notre mentalité. Pour moi, c'est une fierté d'avoir été capitaine de cette équipe, je n'y aurais pas pensé car il y avait d'autres joueurs avec plus d'expérience pouvant prétendre à porter le C de capitaine. J'ai essayé de rester calme tout au long du mondial et rester moi-même d'autant plus que dans le vestiaire tout c'est passé parfaitement bien avec des leaders qui se sont affirmés avec des supers moments dont je me souviendrais toujours »


Un sentiment d'unité et de famille U20 que l'on retrouve dans les discours des autres Dragons engagés dans cette aventure en tricolore « une vraie cohésion d'équipe et une vie de groupe qui nous a permis d'aller au titre, la plus belle preuve est ce dernier match face à la Pologne » souligne Justin Addamo, l'un des deux joueurs nés en 1998 avec Vincent Melin et surclassé « Ce rôle de jeune je l'ai beaucoup apprécié, les plus vieux et les leaders m'ont pris un peu sous leurs ailes, toujours des conseils des choses à corriger qui m'aident a progresser, j'apprécie beaucoup d'être leur "poulain" comme ils disent » ou encore du coté du toujours souriant Jérémy Delbaere « Une équipe en or pour laquelle j'ai essayé d'apporter de l'énergie et ce dernier match a tout simplement été incroyable avec les dernières secondes inoubliables avant de tout jeter sur la glace »

 

Un concert de joie, une sérénade de sourire, une symphonie du bonheur pour ces Dragons là qui conserveront longtemps en tête ces moments passés y compris pour celui qui aura partagé le filet avec son éternel partenaire Raphaël Garnier « Je pense que ce que l'on retient tous de ce mondial c'est avant tout l'esprit d'équipe et l'énergie qu'il y avait au moment de ce dernier match contre la Pologne, ce qui nous a permis de décrocher l'or. Nous étions tous focus sur l'objectif de gagner par quatre buts d'écart et pas une seule fois nous avons pensé à la médaille d'argent. » commente Quentin Papillon, le portier jaune et noir avant d'enchaîner sur la concurrence instaurée avec Raphaël Garnier « chaque année, c'est compliqué, un coup c'est lui dans le but, un coup c'est moi. Ce n'est jamais évident à gérer pour l'un comme pour l'autre mais on donne le meilleur de nous même lorsque l'occasion nous est donnée sur la glace et on encourage l'autre lorsque nous sommes sur le banc avant de pouvoir monter à nouveau sur la glace pour prouver qui est le meilleur »

   
Pour son compère défensif Brieuc Houeix avec lequel il aura partagé au fil des années et des catégories beaucoup de « première fois », l'émotion et la joie est encore bien palpable quelques jours après d'autant plus que suite à sa fracture de la mâchoire subie il y a quelques semaines, le jeune entraîneur du Club de Hockey Amateur de Rouen aurait très bien pu passé à coté de cette formidable aventure « Ce fut un énorme coup dur avec une phase jusqu'à l'opération où l'idée même de participer m'était devenue impossible. Depuis mon premier coup de patin après l'opération, j'ai tout fait pour être apte et me donner les moyens et une infime chance d'y participer jusqu'à la découverte de la convocation avec une énorme satisfaction et une réelle reconnaissance de l'opportunité que m'offrait le staff de l'équipe de France. » se souvient-il avant d'insister également sur l'état d'esprit tricolore et sur cette « équipe qui aura été à part du début à la fin dans l'ambiance , dans les résultats, dans la performance. On a du aller chercher des résultats exceptionnels dans un contexte exceptionnel. Si je devais citer qu'un vrai souvenir, c'est l'état d'esprit entre le moment où on a su quel résultat on devait faire et le moment ou on l'a fait, je n'ai jamais ressenti que ce soit dans l'équipe, le staff ou moi-même un seul doute s'installer, tous tourné vers un seul objectif, surs de notre future réussite »


Six rouennais présents sur la glace de Megève auquel on pourra ajouter les anciens de la maison Dragon : Raphaël Garnier, Bastien Maia, Tom Pajonkowski et l'assistant coach en charge des défenseurs Alexis Billard, rouennais d'origine qui aura fait toutes ses classes à Rouen avant de prendre son envol et sitôt sa carrière de joueur terminée se tourner vers le métier d'entraîneur à Clermont, Montpellier puis à Briançon. Actuel entraîneur des U18 des Diables Rouges, Alexis Billard gardera également un souvenir ému de cette semaine bleue « C'est un vrai soulagement d'avoir pu décrocher cette première place. Notre mission était de hisser l'équipe de France U20 dans la division supérieure afin de poursuivre le développement des jeunes français. C'est désormais chose faite. Quand tu gagnes, c'est toujours plus facile d'être coach. J'ai beaucoup appris aux cotés de Dany Gelinas que cela soit dans la gestion humaine ou de l'extérieur. Nous savions sur le dernier match ce que nous devions faire pour gagner. Nous en avions discuté avant, nous devions remonter quatre buts mais nous ne savions pas réellement comment l'équipe réagirait si on prenait le premier but ou si nous nous faisions égaliser. Le retour à 5-2 de la Pologne nous a fait mal sur l'instant, j'ai senti de mon coté un coup d'arrêt mais le sixième but arrive rapidement et ne nous laisse pas le temps de tergiverser. Ensuite ça déroule jusqu'au quatre minutes d'infériorité au court desquelles Quentin Papillon sort de gros arrêts. Si on prend un but à ce moment, sans doute la fin de match aurait bien été différente » souligne celui qui a la particularité d'avoir participé à l'une des plus belle épopée de l'équipe de France U20 en 2000-2001 « C'est totalement différent. Déjà parce que c'était en Allemagne, loin de la France, c'est tout de suite plus facile à gérer mais si là nous avons réussi à rester à peu prêt dans notre bulle. On se met plus de pression en tant que coach avec ce sentiment de ne pas pouvoir tout contrôler, tout gérer. Quoiqu'il en soit, ces championnats du monde resteront un souvenir important pour moi notamment les trente dernières secondes de folie sur le banc avant la fin du match. De la joie à l'état pur. »

 

 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :