"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

U22 Rouen pour la 1ère manche

 

Première des deux confrontations en Finale U22 entre les Dragons de Rouen et les Brûleurs de Loups de Grenoble. Au lendemain de la victoire des « autres » Dragons en Ligue Magnus, la patinoire de Pole Sud retrouvait une confrontation entre le hockey des plaines et celui des montagnes (lire par ailleurs). La série de quart de finale de Ligue Magnus ayant été cruellement écourtée en prolongation la veille, c'est donc deux équipes quasi complètes qui se présentaient sur le glaçon isérois. Seuls Victor Goy (blessé) du coté de Grenoble et Brieuc Houeix (suspendu) manquaient à l'appel.


Rapidement projetés en avantage numérique (01'29), les rouennais ne parvenaient pas à se mettre en place et se mettaient même en danger sur deux occasions iséroises rondement menées. Pire pour les Dragons, une perte de palet défensive jaune et noir contraignait Quentin Papillon à un arrêt classieux. En péril sur les contre-attaques notamment par l'intenable Jordan Perret auteur d'un débordement sur un déboulé où il faisait admirer toutes ses qualités de patinage, la marge de manœuvre jaune et noir semblait réduite en ce début de rencontre. Pour autant, sérieux défensivement, besogneux en infériorité numérique (04'20, 13'29), les Dragons pouvaient espérer rallier le vestiaire sereinement pour la première pause. Malheureusement à une poignée de minute de la fin de la période, un étrange cinglage (15'47) suivi d'une dureté (16'17) offrait à Grenoble une grosse minute à cinq contre trois. Sur cette périlleuse séquence, Rouen ne concèdera guère d'occasions, Quentin Papillon s'occupant du reste. Un mauvais moment dans cette rencontre bien gérée par la brigade défensive au courage à l'image de Jérémy Delbaere qui n'hésitait à mettre son casque en opposition sur un gros lancer grenoblois. Solides défensivement avec un Quentin Papillon rassurant, les rouennais passaient l'écueil du premier 20 non sans difficulté mais sans rien concéder face à une équipe de Grenoble peu inquiétée défensivement mais qui n'aura pas apporté assez de danger pour concrétiser une domination s'accentuant au fil des minutes et des pénalités.


Plus enthousiastes offensivement à l'occasion du tiers médian, Rouen se montrait plus entreprenant mais restait dans l'incapacité de trouver la faille dans la défense érigée par le portier grenoblois Corentin Noré à l'image de cette première séquence en avantage numérique maladroitement gérée par la troupe jaune et noir (24'30) Pris à leur tour par la patrouille (30'40) Il faudra un double arrêt dans la confusion de Quentin Papillon pour garder la cage jaune et noir inviolée. Du déchet de chaque coté dans ces dix premières minutes, quelques rares occasions à cinq contre cinq hormis cette grosse tentative d'Antoine Mony (25'51) et le score se refusait toujours à évoluer se cantonnant à un bon vieux « 0-0 très footballistique » jusqu'à l'approche des cinq dernières minutes de la période. Alors que sur l'action, l'homme aux bandes rouges manquait de clairvoyance en laissant filer deux pénalités bien dangereuses du cerbère grenoblois, l'occasion était réelle pour les Dragons alors que Justin Addamo armait un lancer qui passait sous la barre transversale pour l'ouverture du score (0-1 à 34'12) Dès lors, tout s'affolait sur le glaçon de la patinoire de Pole Sud. En l'espace d'une minute, les événements se précipitaient. Une perte de palet jaune et noir (35'02) donnait des frayeurs au banc rouennais alors que dans la foulée, Julien Msumbu, sur une joli « move » donnait la réplique malgré un lancer hors cadre. En avantage numérique quelques secondes plus tard, 27 secondes seulement étaient nécessaires aux rouennais pour doubler la mise sur une tentative de Vincent Nesa bien appuyé par le travail de Justin Addamo à nouveau concerné (0-2 à 35'58) Bouclant la deuxième période sur une nouvelle séquence en avantage numérique (38'26) suite à un joli « petit pont » de Vincent Nesa digne des idoles parisiennes, les Dragons n'en profiteront pas, néanmoins, pour enfoncer le clou. Que diable ! Face à une équipe de Grenoble stressée, Rouen jouait un vilain tour aux locaux dans ce deuxième tiers avec un bien sympathique hold up sur la fin de période. Dominer n'est pas gagner avec une première partie de tiers à l'avantage des Brûleurs de Loups qui permettra au gardien rouennais de s'illustrer sur quelques belles parades gardant les siens la tête hors de l'eau, sans réalisme difficile de prendre les devants. Deux leçons à retenir dans cette période même si tout restait à faire dans la série alors que le troisième tiers se profilait à l'horizon.


Pas payés de leurs efforts, les Grenoblois tentaient de mettre de l'intensité d'entrée de jeu, histoire de revenir dans le jeu. Loin d'être récompensés les Isérois se feront punir sur un lancer anodin de Tony Allouchery qui finissait par tromper néanmoins le portier Corentin Noré, peu inspiré sur le coup (41'48) A voir la réaction de joie du défenseur rouennais, cela en disait long sur la détermination et l'envie de cette équipe jaune et noir de s'imposer sur la glace de Pole Sud. Et il en faudra de la détermination alors que l'arbitre cherchait à relancer Grenoble avec deux supériorités numériques consécutives (41'58 & 47'11) S'en sortant sans encombres ou presque, les Dragons basculaient dans les dix dernières minutes de jeu dans cette rencontre avec l'angoisse de relancer son adversaire alors que Grenoble craignait visiblement le chaos. Pour autant alors que les cinq dernières minutes s'annonçaient toute proche, l'intensité dans le jeu montait de quelques échelons, les charges se faisaient plus dures pour une équipe de Grenoble ayant la volonté d'accélérer le jeu dans les ultimes minutes. Et les opportunités seront là en fin de match avec deux nouvelles minutes de prison coté Dragon (57'08) Le cœur comme moteur, le sens du sacrifice comme carburant, les Dragons plieront sans rompre pour rallier la sirène finale de cette rencontre sur une probante victoire 3 buts à 0.


Première manche à l'avantage des Dragons, solide avance de trois buts avant une deuxième manche qui s'annonce toute aussi colorée entre deux équipes valeureuses. Rien n'est fait pour les rouennais qui devront batailler fort à nouveau demain sur la glace de la patinoire de Pole Sud.


Finale U22 Elite (28 & 29 février 2016)

Brûleurs de Loups de Grenoble vs Dragons de Rouen 0-3 (0-0 / 0-2 / 0-1)

Brûleurs de Loups de Grenoble vs Dragons de Rouen (18h40)



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :