"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

U20 En finale !


Au lendemain de la première confrontation de la ½ finale U20, Dragons de Rouen et Gothiques d'Amiens se retrouvaient sur les bords de Seine pour l'acte 2 de cette duologie.


Avec deux buts de retard à l'amorce des soixante minutes, Amiens, vaincu samedi 2-4, n'avait d'autre choix que de forcer son destin en pressant fort d'entrée de jeu. Et dès le premier engagement de la rencontre, le scénario s'avérait juste alors que les Gothiques mettaient sous pression une équipe rouennaise qui présentera quelques signes de nervosité tout au long de la première période. Récompensée de sa bonne entame de match par une séquence en avantage numérique (02'59), il ne faudra guère de temps pour voir surgir Rudy Matima mis sur orbite par son portier Kévin Déliac. Après avoir effacé dans la zone neutre son vis à vis, l'attaquant amiénois avait tout le loisir de pourfendre la ligne bleue jaune et noir et prendre un lancer flottant qui trompait la vigilance du gardien rouennais (04'10) Alors que dans la foulé, un vicieux lancer picard sur engagement contraignait, le gardien rouennais Erwan Jaouen à se coucher sur un palet déposé délicatement sur sa ligne de but (05'51), les affaires rouennaises ne semblaient guère réjouissantes jusqu'à cette géniale inspiration d'Arthur Nadaux qui s'engouffrait dans l'arrière garde rouge et noir pour glisser dans dos à un Julien Msumbu laissé seul face au gardien amiénois. Il n'en fallait pas plus pour que le sniper rouennais égalise à 1-1 (09'11)


Manquant l'occasion dans la foulée de relancer la partie en avantage numérique, Victor Durand manquant le cadre sur une bonne combinaison entre Brieuc Houeix et David Fritz-Dreyssé (11'03), les Dragons, décidément très joueurs, se laisseront bousculer sur la fin de la période. Tantôt Rudy Matima, tantôt Thomas Suire, les deux attaquants amiénois se relayaient pour mettre sous pression une équipe de Rouen qui restera de longues secondes confinées dans sa zone défensive sans parvenir à sortir. De fait, au bord de l'apoplexie, c'est sur une pénalité que la séquence se conduira, laissant les rouennais à nouveau en infériorité numérique (13'19) Même si sur l'action, Joran Reynaud en contre-attaque se montrait particulièrement inspiré en trouvant en « spinorama » (copyright #3) la passe pour Julien Msumbu butant sur le gardien amiénois (13'40), ce sont bien les amiénois qui profiteront de l'opportunité pour prendre à nouveau l'avantage par l'intermédiaire de Rudy Matima qui passait en revue toute la défense jaune et noir pour marquer (13'57)

 

De cette course échevelée après le score dans cette première période, sans nul doute faudra-t-il retenir la nervosité rouennaise et le manque d'entrain. « Bougez vous ! «  Bougez-vous ! » pouvait-on entendre sur le banc rouennais, symbole d'une noire mais juste colère alors que les rouennais venaient juste de revenir au score à 5 contre 3. En effet, pourtant en double infériorité numérique, Rudy Matima parvenait à subtiliser le palet pour se dégager. Au moins dans la logique, c'est ce qui aurait du être fait. Un brin gourmand, l'attaquant amiénois s'enhardissait en forçant le jeu et mal lui en prenait. Le palet perdu, tandis que sa ligne changeait, c'est un trois contre un qui permettra à David Fritz-Dreyssé d'égaliser à 2-2 en deux temps (16'18)


Là où la veille, Amiens avait particulièrement subi le jeu face à une équipe de Rouen accélérant sensiblement, cette fois, la deuxième période de cette rencontre sera proche du diamétralement opposé. Procédant par contre-attaque, Rouen n'avait que d'autres solutions que de laisser passer l'orage mais dans l'ensemble les Gothiques prendront peu à peu l'ascendant au moins pour le premier dix minutes du tiers médian. Concrétisant leur domination par Louis Olive en avantage numérique sur un palet perdu derrière la cage rouennaise (26'57), les Gothiques se rapprochaient sensiblement du graal avec toujours une unité de retard au cumul des deux matchs. Là où en première période, les rouennais étaient parvenus par deux fois à égaliser, cette fois, les Dragons n'y parviendront pas. Oubliant toute construction logique pendant un long moment, les deux équipes jusqu'à la deuxième sirène pratiqueront un jeu totalement débridé qui laissera perplexe. Les occasions se succédant de part et d'autres notamment sur des contre-attaques où le trio Joran Reynaud – Julien Msumbu – David Fritz-Dreyssé s'illustrait par sa vitesse de patinage et son sens du hockey, bon an mal an, indéniablement Amiens semblait en meilleure inspiration sur cette fin de tiers continuant à mettre la pression et sur la défense jaune et noir et sur son portier qui pliaient peu à peu, inexorablement. Sans rompre néanmoins. Confondant vitesse et précipitation à l'image de ce surnombre alors qu'une situation de trois contre un se présentait à eux (31'27), les amiénois ne parviendront pas à crucifier les Dragons sur cette période mais laissaient néanmoins l'impression d'être en mesure de le faire sur un dernier tiers s'annonçant décisif notamment sur les séquences à venir en avantage numérique, Amiens ayant marqué ses trois buts dans cette situation de jeu.


Et ce qui valable pour les uns, l'est également pour les autres. C'est justement sur les séquences en avantage numérique que les amiénois perdront la rencontre et la série. A peine quelques minutes de jeu tuées dans la dernière période que les Dragons, au bénéfice d'un power-play trouvait l'égalisation à 3-3 par l'intermédiaire de Victor Durand (44'41) Un but « Ô combien » important qui redonnait aux rouennais une bien belle bouffée d'oxygène à un quart d'heure de la fin du match. Pour autant, la réaction amiénoise ne sera pas attendre. Antonin Plagnat parvenait à se débarrasser tel un fétu de paille de son vis à vis défensif pour solliciter le portier rouennais librement (46'43), dans la foulée c'est une déviation de Rayan Belharfi qui venait heurter le poteau avant de mourir sur la ligne de but rouennais (47'03) Tentant de renouer avec la tempête rouge et noir des tiers précédents, les amiénois jèteront leurs forces dans la bataille notamment sur une énième séquence en avantage numérique (47'17)

 

Un dernier effort à fort pour les rouennais, des derniers sacrifices à faire à l'image d'Enzo Cantagallo qui mettait en opposition sa jambe sur un puissant lancer amiénois. Cette équipe rouennaise, bien que malmenée une bonne partie de la rencontre aura raison de son adversaire qui finira par céder. Se frustrant peu à peu, les Gothiques amiénois face à une équipe de Rouen étonnamment plus sereine finiront par concéder la pénalité de trop pour « banc mineur » De quoi terminer la série en beauté avec la tentative de Jules Lefebvre, une première fois contrée, a que cela ne tienne, la deuxième sera la bonne, depuis la ligne bleue, le défenseur rouennais inscrivait le 4ème but rouennais et plus rien ne sera marqué dans cette rencontre (52'48) en dépit de deux dernières occasions, l'une rouennaise avec une envolée de Brieuc Houeix qui servait seul devant la cage un Joran Reynaud un brin maladroit sur l'affaire;) , l'autre amiénoise avec ce puissant lancer qui venait exploser l'équerre du but tenu par Erwan Jaouen. 4-3 score final. Les rouennais pouvaient se laisser aller à leur joie alors que les traditionnels « on est finale ! » surgissaient des tribunes. Restera à écrire un dernier chapitre à l'histoire 2016-2017 des U20 rouennais, la conclusion en finale sans doute à Grenoble dès la semaine prochaine.



½ U20 (match 2, Dimanche 19 mars)

Dragons de Rouen vs Gothiques d'Amiens 4-3 (2-2 / 0-1 / 2-0)

04'10, 0-1, Amiens : Rudy Matima (Kévin Déliac) [ 5 contre 4 ]

09'11, 1-1, Rouen : Julien Msumbu (Arthur Nadaux)

13'57, 1-2, Amiens : Rudy Matima (Axel Prissaint, Kévin Déliac) [ 5 contre 4 ]

16'18, 2-2, Rouen : David Fritz-Dreyssé (Joran Reynaud, Brieuc Houeix) [ 5 contre 3 ]

26'57, 2-3, Amiens : Louis Olive (Antonin Plagnat) [ 5 contre 4)

44'41, 3-3, Rouen : Victor Durand (Joran Reynaud, Brieuc Houeix) [ 5 contre 4 ]

52'48, 4-3, Rouen : Jules Lefebvre (Enzo Cantagallo) [ 5 contre 4 ]



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :