" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017


A l'arrachée pour le derby...

 

Dans le duel au sommet du championnat Espoir Elite entre les deux équipes invaincues avec 4 victoires, Rouen et Amiens, difficile de désigner un vainqueur tant les deux équipes se seront livrées à une étroite partie d'échec. Stratégique à souhait, le traditionnel derby entre la Normandie et la Picardie devait désigner un vainqueur sur le glaçon du Coliséum et à ce jeu là, la fortune choisira les Dragons en prolongation sur une belle tentative victorieuse d'Anthony Rech. Auparavant les deux formations en découdront durant soixante minutes sans parvenir à se départager.
 
Pourtant partie sous les meilleurs auspices pour les Dragons avec une ouverture du score en première période paraphée par Kévin Marias-Magill sur un service parfait de derrière la cage de Thomas Dreyfus, les rouennais prenaient les devants au tableau d'affichage (07'32). Fin mathématicien espiègle, Anthony Rech pouvait noter les cinq points au passage de son capitaine dont quatre de suture sur une charge dans le dos picarde bien appuyée. Quoiqu'il en soit tandis que Thomas Dreyfus passera l'essentiel de la période à se faire recoudre, les Rouennais poursuivaient le forcing sur la cage tenue par Sébastian Ylönen. Quelques minutes plus tard, après avoir pénétré dans la terre sacrée, Loïc Lampérier pivotait sur lui même pour relayer avec Lionel Tarantino. Ce dernier combinant avec Bryan Ten Braak embusqué derrière la cage, prenait un savant plaisir à doubler la mise (08'40) En quelques minutes, l'équipe au Dragon faisait plier son homologue rouge et noire. Pour autant, un derby n'est succulent que s'il est accroché et cette version là le sera. En effet, à quelques longues encablures de la première pause les gothiques réduisaient la marque sur une mauvaise communication rouennaise à la bleue picarde. Chapardant le palet, Marius Serrer prenait le couloir pour se présenter face à Adrien Fenart. En dépit de l'intense repli défensif de Lionel Tarantino, l'attaquant amiénois parvenait à déjouer le gardien rouennais de retour sur ses terres (1-2 à 12'50)
   
 
En regagnant le vestiaire avec un avantage d'un but, les affaires normandes étaient certes bien engagées sans pour autant être luxuriantes. En effet, difficile d'imaginer une équipe d'Amiens lâcher aussi facilement le morceau qui plus est face à une équipe de Rouen. Ainsi, dès la reprise, les joueurs d'Olivier Duclos trouvaient l'énergie pour provoquer l'égalisation. Récupérant le palet dans sa zone, Maxim Belov sortait le palet sur une passe transversale dans la zone neutre en direction d'Anthony Panto. Bien que mal ajustée, Panto récupérait néanmoins le palet pour servir plein axe Florent Neyens pour l'égalisation (2-2 à 21'39) Réagissant dans la foulée, les Dragons ne transigeaient pas avec le tableau d'affichage. Sur une combinaison quelque peu heureuse entre Alexandre Mulle et Lionel Tarantino, presque comme un miracle le palet atterrissait dans la palette de Bryan Ten Braak alors que le portier picard semblait tout déboussolé. Tout heureux de glisser avec délicatesse le morceau de caoutchouc au fond des filets de Sebastian Ylönen, le néo rouennais rentrait sur le banc non sans jeter un coup d'oeil vers le tableau d'affichage qui donnait un avantage de 3-2 aux Dragons. Les Rouennais ne parviendront à tenir ce score qu'une poignée de minutes. Juste avant la mi-match, Grégory Beron déposera une troisième offrande au fond des filets d'Adrien Fenart pourtant à son aise dans son filet. Ainsi, pendant que l'ailier rouennais tentait de sortir le palet dans la bande, Yannick Offret surgissait pour lui subtiliser. Intervention réussie pour le picard qui s'engouffrait jusqu'au fond de la zone seino-marine avant d'envoyer le palet en direction de Grégory Beron au lancer précis pour le 3-3 (29'53)
 
Toujours menés au score ou à parité, les Gothiques finiront par prendre la main dans cette rencontre au destin indécis. En effet, après avoir vendangé un double avantage numérique (38'36 & 39'45), les rouennais se faisaient prendre par surprise à l'entame de la troisième période. Sur une sortie de zone hésitante rouennaise, la pression gothique sur l'arrière garde normande permettait aux locaux de récupérer le palet. Campé à la bleue, Florent Neyens anticipait la tentative d'interception de Thomas Dreyfus en effectuant une parfaite passe levée pour Maxim Belov. En position idéale pour le lancer, le défenseur armait un gros lancer que ne parvenait pas à dévier le cerbère normand (43'00) Désormais au pied du mur, les Dragons se retrouvaient en position de galoper après le score au risque de connaître leur premier revers de la saison. C'est sans compter sur le coup de folie de Loïc Lampérier à huit minutes de la fin. Sortant de sa douce torpeur, le numéro 9 rouennais, sur une passe pleine d'astuce de Florian Chakiachvili, remontait toute la glace en infériorité numérique avant de tenter de se mesurer à deux gothiques. Pas assez visiblement pour le talent d'un Loïc Lampérier qui parvenait à prendre un lancer dans un angle obstrué pour attraper la lucarne opposée (52'49) De quoi émoustiller un banc rouennais prêt à en découdre pour la fin de la rencontre. Coupés dans leur élan, les Dragons n'auront guère l'occasion de se mettre en valeur sur la fin de la rencontre si ce n'est défensivement. En double désavatange numérique, les Rouennais multipliaient l'ouvrage à l'image de Florian Chakiachvili, intense et courageux. Tenant le choc ne cédant pas sous la pression, les rouennais manquaient même le hold-up sur la fin de la rencontre avec deux palets de matchs dont celui de Loïc Lampérier en trois contre deux peu avant la sirène. Même si nécessairement il fallait un vainqueur à la rencontre, la prolongation à négocier ne semblait pas injuste tant les deux équipes méritaient de prendre des points. Malheureusement pour les joueurs d'Oliver Duclos, cette prolongation en mort subite ne durera pas une minute. A quatre contre quatre, Loïc Lampérier tournoyait derrière la cage picarde avant de servir avec un peu de réussite Anthony Rech. Ce dernier ne manquait pas la cible et snipait parfaitement Sebastian Ylönen pour le but de la victoire.
   
Dimanche 18 octobre 2009, match U22 (5ème journée)
Amiens-Rouen 4-5 (1-2 / 2-1 / 1-1 / 0-1)  // Pénalités :  Amiens 16 mn - Rouen 10 mn

 
07:32: 0-1 Rouen: 71: Kevin MARIAS - MAGILL (7: Thomas DREYFUS)
08:40: 0-2 Rouen: 23: Lionel TARANTINO (17: Bryan TEN BRAAK; 9: Loïc LAMPERIER)
12:50: 1-2 Amiens: 22: Marius SERER
21:39: 2-2 Amiens: 16: Florent NEYENS (14: Anthony PANTO)
23:29: 2-3 Rouen: 17: Bryan TEN BRAAK (10: Alexandre MULLE; 23: Lionel TARANTINO)
29:53: 3-3 Amiens: 3: Grégory BERON (15: Yannick OFFRET)
43:00: 4-3 Amiens: 19: Maxim BELOV (16: Florent NEYENS)
52:49: 4-4 Rouen: 9: Loïc LAMPERIER [4-5]
60:57: 4-5 Rouen: 42: Anthony RECH (9: Loïc LAMPERIER; 2: Aurélien GREVEREND)
 
Tirs : Amiens 33 (11 / 11 / 8 / 0) - Rouen 41 (12 / 15 / 12 / 2)
Engagements : Amiens 17- Rouen 34
Power-play : Amiens 0/4 (0.00%) - Rouen 0/7 (0.00%)
 
20 dernières confrontations entre Rouen & Amiens : 17 victoires – 1 défaite en pr. - 2 défaites
A domicile : 7 victoires - 0 défaite (Plus large victoire : 9-2 le 16 novembre 2003)
A l'extérieur : 8 victoires - 1 défaite (Plus large victoire : 11-1 le 11 novembre 2003)
Carré Final :  2 victoires - 1 défaite - 1 défaite en prolongation
Série de victoires en cours : 5 (du 30 septembre 2007 au 18 octobre 2009)



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :