... " Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015 ...

16ème journée U18...


 

Avec un bilan de quinze victoires en autant de rencontres, l'ogre cadet amiénois, fort de de son avance immensurable au classement, avait de quoi faire trembler les Dragons à l'aube d'une troisième confrontation en championnat. Étrillés à Rouen en ouverture du championnat 1-5, battus au Coliséum 4-2, les Dragons de Nordine Mahdidi n'étaient parvenus à faire plier la machine amiénoise que durant la finale du tournoi cadet d'Amiens au mois de décembre. En championnat, les jeunes Gothiques restaient invaincus avec un différentiel de but de 100 tout rond. Pourtant en dépit d'un pronostic fort défavorable, les Normands seront parvenus à faire plier la formation de Guillaume Mennessier lors de la séance de tirs aux buts.


Face à des amiénois curieusement apathiques en début de rencontre, les seino-marins ne cédaient pas leur part aux lions. Ainsi, captant efficacement le palet proche de la zone neutre, Mathieu Briand était le premier à se mettre en évidence en provoquant le break de Quentin Bourceaux (03'18) Une première alerte sur le but de Quentin Kello qui avait le don d'exciter les Dragons. Continuant le forcing par l'intermédiaire de Victor Houeix qui profitait de son samedi rouennais avant de pleurer à chaudes larmes le lendemain lors de la finale de la Coupe de France, la formation jaune et noire faisait scintiller le Dragon sur son maillot face à un portier picard intraitable y compris sur la double tentative de Robin Lambart (04'10) A force d'être sollicité, l'ex-gardien du caillou devait se résoudre à céder sous les coups de boutoir rouennais. Une première tentative repoussée puis convertie par Quentin Bourceaux avait raison des envies de blanchissage du gardien rouge et noir (05'50) Dans la foulée, c'est un moment intense de panique devant le but amiénois qui donnait des frayeurs au banc picard. S'essuyant le front de peur, le duo Mennessier – Duclos pouvait respirer enfin au moment où Simon Barbero fracassait le palet sur un puissant lancer dans la masse de joueurs obstruant la vue du gardien amiénois (07'18) Passée la barrière des dix minutes, les jeunes Gothiques rappelaient à tous que leur première place était tout sauf usurpée. Giflant le portier rouennais, Marius Serer se chargeait de faire redescendre les Dragons de leur nuage après un début de match puissant (11'24) Il ne faudra que deux minutes à des Normands appliqués pour reprendre l'avantage dans la rencontre. Nul doute que dans les tribunes, « papa Briand » affichait un sourire de fierté, Mathieu Briand de son coté, lui regagnait son banc tout sourire après avoir profité d'une passe de derrière la cage de Johan Saint-André pour le 2-1 en avantage numérique (13'11)


Fort logiquement devant au tableau d'affichage, la rencontre finira par tourner. Les « mouches changeant d'âne », les Picards se montraient nettement plus véhéments sur la cage tenue par Guillaume Duquenne. Profitant d'un relâchement rouennais, Fabien Kazarine y allait de son égalisation au passage (23'50) Une joie de courte durée puisque quelques secondes plus tard, Florian Duval offrait une réplique parfaite. « Au charbon » dans la bande amiénoise, l'international rouennais à la base de la sortie du palet se retrouvait, grâce au concours d'Antoine Mony et Alexandre Lubin, à la conclusion d'un jolie but marqué à l'énergie (24'34) A nouveau sur le devant de la scène en menant 3-2, les Dragons allaient sentir violemment poindre le vent de la révolte picarde. Bousculés, les Normands se recroquevillaient devant leur gardien. Ainsi, d'un puissant lancer Alvin Matima touchait le poteau (29'55) tandis qu'il fallait un gros portier rouennais pour endiguer proprement les assauts de Guillaume Leclerc puis Fabien Kazarine (33'00) Au plus fort de la tempête, les Rouennais ne pliaient pas. Le ciel avec eux, Nicolas Leclerc (36'23) et Marc-Antoine Herbet (38'00) voyant leur tentative respective heurter le poteau rouennais, les Normands, avec un soupçon de chance regagnaient le vestiaire avec un avantage d'un but au tableau d'affichage (3-2)


Entamant la troisième période comme ils avaient bouclé la précédente, les Amiénois, logiquement, trouveront le chemin du filet rouennais. Un tantinet égarés sur la route jusqu'alors, le « gps offensif picard » indiquait par trois fois la bonne voie pour faire franchir au palet la ligne de but jaune et noire. Maurin Bouvet (45'41) égalisait dans un premier temps (45'41) avant que Guillaume Leclerc (51'26) et Rémi Thomas (52'25) ne mettent à mal le moral du gardien jaune et noir. Désormais relégués à 5-3, l'électrochoc devenait nécessaire pour les Normands. Echangeant ses gardiens suite à un temps mort, Guillaume Duquenne cédant sa place à Thibaut Gelmi, Nordine Mahdidi essayait de remettre de l'ordre dans une maison rouennaise proche du chaos. Une sainte idée puisque dans la foulée, les normands combleront leur retard. Alexandre Lubin se chargeait de réduire la marque tandis que Raphaël Faure d'un précis lancer à la bleue en avantage numérique remettait tout le monde à égalité (56'23) A 5-5, ce derby cadet tenait toutes ses promesses et le dénouement de l'histoire semblait désormais tout proche à quelques minutes de la sirène finale. Pris à revers par deux fois dans la troisième période, le gardien amiénois Quentin Kello sortait l'arrêt de la rencontre à trois minutes de la fin du match. Incroyable gardien picard qui parvenait à contrarier un deux contre zéro rouennais, Florian Duval dans un premier temps, Alexandre Lubin au rebond, on frolait l'écoeurement pour l'offensive normande (57'19) Un arrêt de grande classe qui permettra aux deux équipes de disputer une prolongation. 5 minutes de surtemps qui offriront l'occasion à Thibaut Gelmi de se placer dans la lumière. Déjà fort à son aise lors de sa rentrée à une poignée de minute e la fin de la troisième période, l'ex-portier rouennais rivalisera d'adresse durant la prolongation. De la jambière, du plastron, du blouclier, le gardien jaune et noir sortait tout l'attirail pour protéger tendrement son jardin secret jusqu'à la séance de pénaltys.


Dans le duel final d'une rencontre qui tardait à trouvait son favori, ce sont les Dragons qui tireront leur épingle du jeu. Alors que les deux formations auraient sans doute mérité la victoire, les Rouennais disposaient de l'aléatoire séance de tirs aux buts grâce à l'imperturable Théo Lanvers qui fusillait le portait picard pour le « game winning goal » Victorieux 6 buts à 5 en fusillade, les Rouennais étaient parvenus à faire plier sur le glaçon de l'Ile Lacroix l'imposant machine gothique qui aura l'occasion de se venger dès la semaine prochaine avec la réception des Dragons au Coliséum. Une autre histoire à écrire pour les jeunes rouennais avides de récidiver la solide performance accomplie dans leur antre.



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :