" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

Mauvaise main pour l'excellence...

 

 

Difficile entrée en matière pour l'excellence rouennaise à Mulhouse à l'occasion de la finale du championnat de France de leur catégorie. En dépit d'un joli chassé croisé au tableau d'affichage, les Dragons s'inclinent logiquement 7 buts à 4 face à l'entente Deuil – Garges. Face à une équipe parisienne motivée à l'idée de prendre ses premiers points, les Normands n'auront pas su se mettre à niveau pour enrayer les velléités offensives franciliennes, l'association Deuil-Garges ramassant le pot au passage.


Pourtant au terme des vingt premières minutes de la rencontre, en dépit d'un score nul et vierge, les Dragons semblaient en mesure de prendre le bon pli. Sans sortir pour autant la quinte flush, les jeunes Dragons avaient du jeu à l'occasion de ce premier tiers. Sollicitant, la « gardienne parisienne » Marion Mousseau à plusieurs reprises, la fin de tiers confirmait qu'un joli coup de bluff était possible pour les Dragons. Ainsi, après une première tentative avortée sur un lancer de pénalité consécutif à une dissimulation de palet (10'32), sur une jolie envolée d'Antoine Mony, son « frère de prénom » Antoine Alexandra se procurait une vraie opportunité de rafler la mise (14'36) Dans la foulée, c'est sur une sortie de palet en infériorité numérique de Théo Lanvers qu'Antoine Mony sortait les as en slalomant rapidement au sein de la défense deuilloise (16'40) Bien que glanant ici ou là quelques jetons, les Dragons n'étaient pas encore parvenus à poser une main gagnant sur le tapis en dépit d'une ultime tentative d'Antoine Alexandra seul au monde face à Marion Mousseaux, décidément fort contrariante (18'01) De fait, au terme des vingt premières minutes de jeu, les deux équipes se séparaient sur le score de 0-0.


Alors que durant le premier tour d'enchères, les parisiens s'étaient contenter de quelques bons coups ici ou là, « checkant » le plus souvent face à un gardien rouennais Théophile Dereux bien dans sa partie, à la reprise, le flop semblait favorable aux parisiens. Profitant d'une bonne main, l'association Deuil-Garges sortait un brelan d'as pour l'ouverture du score. Mélanie Thépot en combinaison avec John Trokay avec l'inévitable Maxime Langlois à la conclusion (1-0 à 20'42) Secoués les Rouennais ne tarderont pas à réagir. En l'espace de quelques minutes, les Dragons inversaient la tendance et retrouvaient leurs jetons égarés. Un « all-in » parfait qui leur permettait de marquer deux buts, sans doute pas les plus beaux coups de l'année mais les réalisations de Valentin Moreau (30'03) et Thomas Durand (31'57) permettaient aux Seino-Marins de virer en tête à la mi-partie. Malheureusement pour les Dragons, les Parisiens n'avaient pas prévus de jeter les cartes. En relançant parfaitement le jeu, Deuil-Garges mènera la vie dure aux Normands jusqu'à la deuxième sirène. En avantage numérique, dans un premier temps, Maxime Ribeiro ramenait le score à 2-2 avant que Vincent Crochet ne brouille les cartes en déposant le 3-2 sur le tapis glacé de la patinoire alsacienne (35'42)


Encore vingt minutes à jouer pour les Dragons et un but de retard au tableau d'affichage de la patinoire mulhouse. Encore à portée de tir, les Normands pouvaient espérer revenir. Hélas, le début du dernier tour n'entretenait guère l'espoir jaune et noir. Profitant d'une passe de Jordan Dana, Maxime Langlois ne tremblait pas face au gardien jaune et noir pour le 4-2 en avantage numérique (43'28) Réduite à la part congrue, la pile de jeton rouennaise devenait problématique. En dépit de quelques efforts éparses pour gagner de menus plis, les Dragons ne seront jamais en mesure de suivre les mises parisiennes. Certes, Antoine Mony ramenait le score à 5-3 (46'00) mais directement John Trokay donnait à nouveau le large aux siens (49'31) Oubliant quel emblème ils portaient au centre de leur maillot, les rouennais finissaient par se désolidariser définitivement. Sans doute émoussés physiquement, les normands n'auront ni les jambes, ni l'orgueil pour revenir. Coupant une passe à 3 contre 5, John Trokay portait la mise à 6-3 (52'02) Lessivés, les Dragons n'avaient plus grand chose à mettre sur le tapis et finiront par perdre leurs dernières billes dans la bataille. Certes, Antoine Mony en avantage numérique rédusait le score (53'19) mais là encore Valentin Barat en désavantage numérique pulvérisait les derniers espoirs jaunes et noirs (54'02) Décevant revers pour les Dragons rouennais qui finiront par se coucher 7 buts à 4. Derniers du classement de la table de cette partie finale du Cadet Excellence, le Dragon aura l'occasion de se remettre dans le jeu dès demain midi face à Mulhouse...

 

Samedi 23 avril 2011 (Patinoire de Mulhouse)

Finale U18 Excellence, Deuil / Garges - Rouen 7-4 (0-0 / 3-2 / 4-2) => Feuille de match détaillée // résultats & classement

20'42, 1-0, Entente Deuil Garges : Maxime Langlois (John Trokay, Mélanie Thepot)

30'03, 1-1, Rouen : Valentin Moreau (Antoine Mony, Théo Lanvers)

31'57, 1-2, Rouen : Thomas Durand (Valentin Moreau, Antoine Mony)

33'35, 2-2, Entente Deuil Garges : Maxime Ribeiro (Maxime Langlois)

35'42, 3-2, Entente Deuil Garges : Vincent Crochet (Maxime Ribeiro)

43'28, 4-2, Entente Deuil Garges : Maxime Langlois (Jordan Dana, Valentin Barat)

46'00, 4-3, Rouen : Antoine Mony (Téo Laurent, Valentin Moreau)

49'31, 5-3, Entente Deuil Garges : John Trokay (Maxime Langlois)

52'02, 6-3, Entente Deuil Garges : John Trokay (sans assistance)

53'19, 6-4, Rouen : Antoine Mony (sans assistance)

54'05, 7-4, Entente Deuil Garges : Valentin Barat (sans assistance)



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :