"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

[ U22 ] Rouen - Amiens...

 

Il fut un temps où les derbys espoirs entre Rouen et Amiens étaient des matchs accrochés, à couteaux tirés, une vrai empoignade sur le glaçon. Au regard de la première période entre Rouen et Amiens, à l'occasion du premier derby de l'année, le temps des affrontements enflammés semblait bien lointain. En effet, à l'issue du premier vingt minutes, les deux équipes se séparaient sur le score de 5 buts à 0 à la faveur des Dragons.

 

Face à une équipe d'Amiens privée de l'essentiel de ses forces vives prises en otage par l'équipe senior, naive défensivement voire indolente à l'image de ses ailiers qui passeront leur temps à « papillonner » en zone neutre, l'équipe de Rouen n'aura guère eu à forcer son talent pour disposer ce premier match à domicile avec au passage une troisième victoire d'affilée sur l'Ile Lacroix face à Amiens sans encaisser de but soit 3 heures 33 minutes et 9 secondes qu'un gardien rouennais n'aura pas ramasser un palet au fond de ses filets de l'Ile Lacroix face aux Gothiques.

 

Ainsi sur une des premières offensives sérieuses de la rencontre, Maxime Joly admirablement servi par Quentin Berthon prenait une belle chance sur le portier picard. Sortant un premier arrêt, le gardien amiénois ne pouvait néanmoins rien sur le rebond habilement négocié par Anthony Goncalves (06'06) Le ton de la rencontre semblait d'ores et déjà donné et même si Amiens réagissait par l'intermédiaire de Rémi Fournier créant ainsi un court mouvement de panique au sein de l'arrière garde rouennaise, rapidement les Dragons prenaient leurs aises. Un lancer au dessus de Valentin Dumélié ricochait directement dans la bande pour revenir dans la palette de Peter Valier qui n'avait guère de mal à tromper l'infortuné Quentin Kello (06'38)

 

Quelques minutes plus tard, Rouen continuait son récital offensif, un débordement efficace du véloce Johan Saint-André permettait à Quentin Bourceaux de porter la mise à 3-0 tandis que sur un magnifique jeu à trois Valentin Dumélié se trouvait à la conclusion d'un mouvement organisé autour d'Anthony Rech et Peter Valier (11'10) Même à cinq contre trois (12'31), Amiens ne semblait pas en mesure de prendre en faute le portier des Dragons. Avant la fin de la période, Peter Valier d'un tir sans angle parviendra à porter la marque à 5-0 (15'25)

 

Même si en bon dragon une telle déconvenue chez l'éternel rival picard pourrait préter à sourire, il n'en sera finalement rien. Bien au contraire, à voir l'un des fleurons de la formation française, chef d'oeuvre en péril, tenter de bricoler tant bien que mal avec des bouts de ficelle sur l'Ile Lacroix, on serait presque pris de compassion. En tout cas, une chose est sure, sur son banc Olivier Duclos et son équipe faisaient du mieux qu'ils le pouvaient avec les moyens dont ils disposaient face à une équipe de Rouen bien supérieure.

 

En avantage numérique, sur une passe transversale d'Anthony Rech, Kévin Lorcher prenait le one-timer, converti au rebond par Florian Duval (23'33) Dans la foulée, suite à une occasion d'Alvin Matima (28'28), les Dragons rétorquaient sur un parfait jeu en triangle entre Romain Gutierrez, Anthony Rech et Kévin Lorcher à la conclusion (29'57) Abandonné par sa défense, le portier amiénois jouait même d'infortune alors qu'un de ses défenseurs contrait dans son propre but le palet (33'59) Avec un tel match à sens unique, on aurait même pu penser que Clément Hondier trouverait le chemin des filets. Même s'il y mettait du sien en jouant les défenseurs offensifs, l'humour avait ses limites, la tentative restera infructueuse. Les deux équipes regagneront le vestiaire sur ce score de 8 buts à 0.

 

Encore un tiers à jouer, un long vingt minutes à subir ce simulacre de match sous le regard intéressé des selectionneurs nationaux qui ne regretteront sans doute pas leur déplacement. Depuis longtemps scellé, le score n'évoluera guère durant ce dernier chapitre. Amiens était depuis bien longtemps résigné, Rouen avait depuis bien longtemps levé le pied. De longues minutes d'atermoiements peu propices à de l'excitation vu des tribunes. Un neuvième but paraphé par Anthony Rech (46'48) faisait sortir de sa torpeur une Ile Lacroix qui pourra néanmoins s'extasier devant cette merveille de passe break de Romain Gutierrez à destination de Quentin Berthon (58'47) Une septième merveille du monde qui sera le dernier fait marquant de cette partie qui se soldait sur la victoire des Dragons 9 buts à 0 face à une équipe d'Amiens finalement qui aura fait mieux que l'année dernière, les Picards, coutumiers des parodies, étant déjà venus s'incliner en Normandie 12 buts à 0 à l'occasion de la 20ème journée.

 

 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :