" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

[ U18 ] Rouen - Amiens...

 

A l'occasion du premier derby de la saison face à Amiens disputé sur l'Ile Lacroix en Cadet Elite, les Dragons de Rouen seront rentrés dans l'histoire du club en enregistrant la plus lourde défaite d'une équipe cadet sur la banquise jaune et noire. Humilié 9-2 face à des Gothiques méritants, nul Dragon cadet dans toute l'histoire du club n'aura subi pareil revers.

 

Passer à travers une rencontre est une chose, le faire par manque d'humilité en est une autre. Une chose est sure les Picards d'Amiens auront donné une belle leçon de modestie aux Dragons qui auront mis un tiers temps à dégringoler violemment de leur nuage. En effet, se présentant sur la glace en short à fleurs, débardeur et lunettes de soleil, les Rouennais manqueront de respect à leurs adversaires dès le début de la rencontre. Revanchards, les joueurs d'Olivier Duclos, la rage au ventre, n'auront pas de scrupule à faire plier les rouennais. En moins de dix minutes l'affaire était close. David Artano n'avait besoin que de deux minutes pour ouvrir la marque (02'07) relayé dans la foulée par Romain Carpentier (09'01) puis Guillaume Leclerc (11'06) 0-3 en dix minutes, une entame de match cataclysmique qui ne piquera même pas au vif les rouennais. Bien au contraire, le reste de la période sera mis à profit par l'équipe picarde pour corser l'addition.

 

Solidaires, efficaces, agréables à regarder évoluer sur le glaçon, c'est « la maison » que les Gothiques passeront l'essentiel de la partie. Peignant la glace de l'Ile Lacroix de rouge et de noir, la Picardie rayonnait au fil des minutes à l'image de Jason Thorrignac qui profitait d'une énième apathie jaune et noire pour porter la marque à 4-0 (12'38) Poursuivant par Romain Carpentier en avantage numérique (13'56), il fallait attendra les deux dernières minutes de la première période pour assister enfin à un « ersatz » de réaction haut normande par l'intermédiaire de Théo Lanvers au lancer toujours aussi foudroyant (18'30)

 

Injuste il serait de tout jeter coté rouennais dans cette rencontre. Ainsi, après un premier tiers navrant, les Dragons écriront une deuxième page un peu plus intéressante. Un soupçon plus à l'aise dans leurs patins, les joueurs de Nordine Mahdidi semblait sortir un peu la tête de l'eau. Il est vrai que les premières minutes de la période (26'19 & 28'41) passées en avantage numérique faisaient sans doute office de trompe l'oeil. Pacha dans sa cage, Clément Mindjimba n'avait guère à se montrer vertueux pour endiguer les assauts rouennais. Même si ces derniers auraient pu être récompensés d'un but, les Rouennais faisaient preuve d'ânerie sur la fin de la période en concédant un double avantage numérique meurtrier. Face à une telle cylindrée, inutile de se préoccuper du sort du palet. C'est au fond des filets rouennais qu'on le retrouvera sous l'égide une nouvelle fois de Romain Carpentier (1-6 à 37'29)

 

A ce sinistre tableau, il manquait encore la cerise sur le gâteau avec un troisième marqué par une ondée bien normande de pénalités. Avant cela, Marc Antoine Herbet y allait de son anecdotique but, le septième de la soirée (42'59) La messe étant dite depuis bien longtemps, il ne manquait plus que les pénalités pour clore la soirée cauchemardesque des Dragons. Célèbre chez les Dragons de Division 2, le zébré aux bandes oranges, « timide » dans ses décisions, voyait la partie lui échapper. Des dix minutes à tout va de part et d'autres, de l'ironie légitime chez les uns, de la frustration chez les autres, les débats devenaient musclés et pas moins de 148 minutes seront distribuées dans une troisième période aussi longue et ennuyeuse que l'intégrale de Proust traduite en russe. Entre deux altercations, Benoit Valier parvenait néanmoins à réduire le score (54'36) Un coup d'épée dans l'eau qui n'empêchera pas Marc Antoine Herbet (55'36) et Fabien Kazarine (55'48) de porter la marque à 9-2. Une dernière « crétinerie » pour la route avec une charge stupide contre la tête d'un poète samarien (57'26) et la rencontre se terminait enfin sur la logique victoire 9 buts à 2 des amiénois.

 

Le couteau entre les dents après leur défaite subie le week-end dernier sur leur terre, les joueurs d'Olivier Duclos auront livré un parfait récital face au Dragon aphone. Une bonne leçon qui arrive à point nommé pour les Rouennais avant un déplacement au Mont-Blanc où une réaction d’orgueil sera forcement attendue.

 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :