" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

[ U22 ] Rouen - Angers...

 

Lancés sur un train de sénateur, les Espoirs Rouennais avaient à charger d'écrire le quatrième chapitre de la saison face à Angers en six semaines dans un championnat plus ou moins décrépi. Même si on pourra toujours se rassurer en se rappelant que le samedi est consacré aux cadets pour les uns, à la division II ou à la Ligue Magnus pour les autres, difficile avec un rythme de jeu aussi peu stressant de garder le bon tempo. Quoiqu'il en soit, après trois victoires en trois matchs face à Reims, Amiens et Mont-Blanc, les Dragons de Rouen auront profité de la réception d'Angers pour allonger sa liste de victoire en s'imposant face aux jeunes ducs sur le score de 9-1.

 

Donnant le ton de la partie en à peine quatre minutes sur un acrobatique lancer en déséquilibre d'Anthony Goncalves qui venait attraper la lucarne opposée (1-0 à 03'41), les seino-marins ne prendront guère de gants pour mettre hors jeu les ligériens. Dans la foulée, c'est le « Drago-Duc » rouennais Victor Houeix qui punissait ses anciens coéquipiers en déposant tendrement le palet au fond des filets d'Alexis Neau (03'41) Et lorsque Quentin Berthon parfaitement placé en position par Anthony Rech apportait le troisième but des rouennais (13'19) dans les tribunes, on pouvait déjà réfléchir au programme télévision du dimanche soir sans s'inquiéter de l'issue d'une rencontre déjà quasi glanée par les Dragons.

 

Force est de constater que la reprise de la deuxième période ne changeait guère la tonalité de la rencontre. Même s'il fallait patienter jusqu'à la mi-match pour voir à nouveau le panneau lumineux de la patinoire de l'Ile Lacroix s'émoustiller, rapidement la note s'alourdissait pour des Ducs timorés. Ainsi, le « néo-magnussien » Maxime Joly profitait d'une séquence en infériorité numérique pour y aller de son but (28'11) tandis qu'en avantage numérique, le capitaine Cadet Aurélien Dorey se montrait vertueux au moment de porter la marque à 5-0 (30'54) Malheureusement pour les angevins, l'énumération des buts de cette joute ne se terminait pas là. En effet, avant que le klaxon de la patinoire ne retentisse pour la deuxième fois, l'artillerie haut normande faisait parler à nouveau la poudre par l'intermédiaire de l'un de ses plus fiers canonniers Anthony Rech pour le 6-0 (37'48) Si Norbert Abramov dans l'anonymat d'une patinoire assoupie, réduisait la marque pour les siens (37'58), Peter Valier se montrait contrariant en reprenant le flambeau du flot offensif des seino-marins (38'51)

 

Encore vingt minutes à jouer pour les deux formations dans un match fort peu électrisant. Quoiqu'il en soit, excitant ou pas, les Dragons rendaient une bonne copie et faisaient le travail à l'image de Maxime Joly qui profitait d'une passe de Romain Gutierrez pour placer la mise à 8-1 (46'31) Plutôt discret jusqu'alors, Monsieur Dehaen marquait la fin de la rencontre de son empreinte zébrée en remplissant son quota de pénalités obstruction, méconduite, crosse haute, toute la palette y passait jusqu'à ce que Valentin Dumélié à 3 contre 4 ne vienne pourfendre une dernière fois la défense angevine sur une passe de Romain Gutierrez pour le 9 buts à 1 final. Une victoire honnête pour les Dragons face à un adversaire coriace titulaire depuis le début de la saison d'une excellente fiche de deux victoires pour une défaite en prolongation, bonne pour la confiance avant la réception le week-end prochain du « gros morceau » du championnat, les brûleurs de loups de Grenoble et son armada, à l'instar des Dragons, invaincus depuis le début de la saison.



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :