"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

[ U18 ] Grenoble - Rouen...Acte I...

 

 

 

Six tiers pour faire la différence et s'envoler vers la finale tel est l'objectif pour Grenoble et Rouen pour cette demi-finale du championnat de France Cadet Elite. A l'issue de la première manche, les deux équipes n'auront pas réussi à se départager se séparant sur le score de 1-1. Avant de se retrouver ce dimanche pour en découdre pour trouver la solution à l'énigme de la qualification, les uns et les autres pourront profiter du sommeil du juste pour récupérer tant les deux formations se seront répondues du tac au tac sur le glaçon de la patinoire de Pôle Sud.

 

Ainsi, comme un avertissement à son adversaire normand, les Brûleurs de Loup de Grenoble attaquaient la rencontre tambour battant plantant leurs crocs dans la gorge d'un Dragon acculé sur sa cage durant les vingt premières minutes. Pour autant, en dépit d'une franche domination iséroise, l'ensemble de l'équipe rouennaise travaillait dans le bon sens pour défendre son précieux trésor. Symbole de cette abnégation rouennaise, le portier jaune et noir qui se montrait particulièrement affairé dans la défense de sa cage. Décisif, multipliant les arrêts, Tom Aubrun permettait aux siens de se maintenir dans le match durant le premier tiers. Si les Grenoblois auraient sans doute mérité d'ouvrir le score, le gardien seino-marin décidait le contraire et verrouillait la maison à double tour en empêchant les artificiers grenoblois de dynamiter la cage jaune et noire. Pliant sans rompre, il fallait à un moment que le diable sorte de sa boite pour jouer un mauvais tour à son rival grenoblois. C'est Téo Laurent qui se chargeait de taquiner le portier grenoblois en déviant un lancer son capitaine Aurélien Dorey pour l'ouverture du score à cinq minutes de la première sirène (15'30)

 

Euphorique au moment de rentrer au vestiaire, l'équipe au Dragon restera sur une excellente dynamique en début de deuxième tiers. Face à une équipe de Grenoble, perplexe et un soupçon déboussolée, les Rouennais s'enhardissaient et s'accaparaient un peu plus de glace à l'offensive. Même si les actions normandes n'étaient pas si tranchantes que l'on aurait pu l'espérer, il n'en restait pas moins qu'avec un soupçon de réussite supplémentaire, le score aurait pu être breaké. Malheureusement, le divin du hockey en décidera autrement. Même si dans les tribunes, la joyeuse troupe de parents rouennais redoublait d'encouragements, le palet se refusait à violer une nouvelle fois l'espace protéger du gardien isérois Antoine Bonvalot. Du coup, au fil du temps, le regain de forme jaune et noir s'étiolait et le jeu s'équilibrait jusqu'à la cruelle conclusion de la période soldée par un but de Fabien Bourgeois à trente secondes de la clôture du tiers médian (39'27)

 

Il serait injuste de considérer l'égalisation grenobloise illogique tant les deux équipes étaient proches. Si proches que même la troisième période ne suffira pas à les départager. En effet, au fil de l'avancée de la troisième période, les deux formations hésitaient à se livre de peur de prendre un contre assassin. Résultat, c'est sur les séquences en supériorités numériques qu'il fallait tenter de trouver la brèche. A ce jeu là et les uns et les autres auront les opportunités de marquer. A une dizaine de minute de la fin (48'20), les rouennais se retrouvaient pris d'une envie subite de partir à l'assaut de Bonvalot. En vain, le portier grenoblois répondait présent tout comme son alter ego normand sur la séquence suivante (51'23) Et même lorsque le « prix nobel » grenoblois se montrait à nouveau nigaud et dangereux (54'46), les attaquants au Dragon ne trouvaient pas la faille. Bilan des courses, les trois périodes de cette première manche ne servaient le dessein ni des uns ni des autres, le billet pour un aller simple en finale ne pourra être délivré qu'au terme d'une deuxième partie ce dimanche entre deux belles équipes. Deux prétendants, un seul élu reste à savoir qui grimpera au sommet du mât de cocagne pour décrocher l'oie de la finale.

 

½ Finale U18 Elite (première manche) – Samedi 17 mars 2012

Grenoble – Rouen 1-1 (0-1 / 1-0 / 0-0)

15:30: 0-1 Rouen: 8: Teo LAURENT (12: Aurélien DOREY; 13: Benoit VALIER)

39:27: 1-1 Grenoble: 20: Fabien BOURGEOIS (19: Fabien COLOTTI)

 

Pénalités : Grenoble 8 mn – Rouen 10 mn



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :