" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

Rendez-vous précieux à la patinoire de Saint-Gervais pour les Espoirs Rouennais avec une double confrontation face à l'association Hockey 74 avec comme leitmotiv le titre de champion de France Espoir 2013. Deux rendez-vous, deux chocs, deux combats sur le glaçon alpin à commencer par le premier épisode de cette « duologie » entre les deux poids lourds de cette édition du championnat Espoir 2012-2013.
 

« Merci Boiss » « Hockey 74, une année en or » Les banderoles affichées fièrement dans les tribunes de la patinoire de Mont-Blanc ne laissaient planer que peu de doute sur les ambitions affichées par les locaux. Un statut de favori revendiqué par la montagne qui n'effrayait néanmoins pas les Dragons. Une chose est sure, à attendre le volume sonore du cri de guerre des Dragons, il faudra compter avec eux sur cette rencontre. Ainsi, après quelques tentatives pour échauffer les différents gardiens notamment du coté de Hockey 74 par Robin Garnier qui voyait son lancer effleurer le poteau de la cage de Sebastian Ylönen, les affaires sérieuses débutaient sur les séquences en avantage numérique. Premiers à se mettre en évidence étaient Hauts Normands avec ce lancer d'Anthony Rech repoussé par le portier montagnard dans la palette de Loup Benoît qui ne parvenait pas à attraper le cadre (6'43) Dans la foulée, c'est une pluie de sourires qui inondait le banc rouennais avec l'ouverture du score pour les Dragons. En travaillant fort dans la bande, Damien Bourguignon provoquait un parfait deux contre un organisé autour de Johan Saint-André et Mathieu Chevalier. Le premier cité faisait le bon choix en prenant un lancer précis qui trompait le portier du Mont-Blanc peu inspiré sur le coup (0-1 à 09'03). Un manque de réussite encore plus criant dans la foulée alors que Anthony Rech décochait une flèche sertie d'or qui s'en allait perforer en plein cœur la lucarne de Hockey 74 (0-2 à 10'34) Pour les Dragons, difficile de rêver d'une meilleure première période avec deux buts qui laissaient les locaux de la montagne bien sonnés. Pire en fin de tiers, sur un échange de palet entre Maxime Griet et Anthony Rech sur un trois contre un , sans l'intervention salvatrice de la jambière de Luc Saccomano, l'addition aurait pu être portée à 3-0 (18'22)

 

Au retour sur le glaçon pour la deuxième période, nul doute que sur le banc rouennais, on craignait la réaction de Hockey 74 sur son glaçon. Optant pour la sagesse en pressant moins en attendant la bonne opportunité, la stratégie semblait payante pour les Dragons. Ainsi, face à une équipe montagnarde toujours congelée par la pression, les rouennais profitaient des atermoiements de leurs adversaires pour se procurer quelques occasions saignantes. Dimitri Thillet, au prix d'une lourde besogne derrière le but, parvenait à servir plein axe Damien Bourguignon pour un lancer qui flirtait tendrement avec le poteau alpin (24'00) Décidément peu en phase avec leurs chakras à l'image d'Arthur Coulon, pourtant en break, qui voyait le palet lui échapper sur un rebond taquin de la glace (28'40), Hockey 74 devra patienter jusqu'à la mi-match pour retrouver un semblant de sérénité notamment en avantage numérique. Malheureusement pour les locaux, alors qu'ils semblaient en mesure de sortir de leur cafard, Anthony Rech profitait d'un disgracieux raté de Clément Colombin pour filer en break et marquer le 3-0 (33'56) Au comble de la déprime alpine, il faudra la rage de vaincre de Jérémy Ares pour réduire la marque, seul devant le portier rouennais. Un premier arrêt, un deuxième, le gardien jaune et noir, Sébastian Ylönen n'avait guère de reproche à se faire alors que la patinoire de Mont Blanc copieusement garnie exultait pour la première fois de la rencontre (34'52) Joie de courte durée alors que les affaires alpines semblaient moins périclitantes. En effet, en dépit du regain net de vivacité des locaux, un « one timer » en zone défensive rouennaise complètement achoppé pour Raphaël Ranzoni, donnait l'occasion à Anthony Rech, de chaparder le palet puis de filer en échapper pour tromper, presque amoureusement, le portier du Hockey 74 à nouveau mystifié (37'06) Des cauchemars le portier du Hockey 74 en fera toute la nuit en pensant à ce diable de numéro 18 jaune et noir. « Saint Toto » Priez pour nous. Dans la continuité, une puissante accélération permettait à Anthony Rech de continuer de marcher sur l'eau avec un quatrième but, assassin pour le moral de Hockey 74 (38'58)

 

Menant 5 buts à 1 à l'orée de la troisième période, les Dragons solides, enthousiastes, réalistes possédaient désormais une marge intéressante au tableau d'affichage. Encore fallait il parvenir à tenir cet écart en l'état pour les vingt dernières minutes. Sur leur glace, il ne fallait pas compter sur l'équipe de Hockey 74 pour lâcher prise. Ça serait bien mal connaître l'esprit guerrier qui a nimé cette équipe tout au long de la saison. Force est de constater que porter le numéro 18 ce dimanche soir porte bonheur. Après les quatre buts du numéro 18 jaune et noir, celui de Hockey 74 s'adjugeait le doublé, Jérémy Ares profitant d'un cinq contre trois pour réduire la marque à 5-2 (48'42) Même scénario quelques secondes plus tard avec un deuxième cinq contre trois consécutif infligé à l'équipe de Rouen. Dans une patinoire devenue chaude bouillante, les rouennais étaient pris sous une pluie drue de pénalités. Les plus belles histoires sont celles que l'on écrit au courage, avec le cœur, en se livrant sur chaque palet. Les Dragons n'auront de cesser de défendre la cage de Sebastian Ylönen. Diable qu'ils avaient du cœur ces Dragons là à se jeter sur chaque palet pour tenir le score en l'état. En dépit des tentatives d'Ares (51'00) et Terrier (51'32) aiguisés tous les deux, les Seinomarins pliaient sans rompre y compris sur un nouvelle séquence en infériorité numérique (52'27) Deux cinq contre trois de suite, deux cinq contre quatre d'affilée, les cinq dernières minutes de cette rencontre seront interminables pour les Normands. Ainsi, Mathias Terrier trouvera l'énergie nécessaire pour réduire à nouveau le score sur un lancer précis qui contournait le portier des Dragons (57'28) Avec désormais une avance de deux buts nettement moins « prolixe », les Normands feront front jusqu'aux dernières encablures de la rencontre alors que la tension montait crescendo sur la glace. Longues, très longues dernières secondes où les prisons pleuvaient, excitant les tribunes et laissant le zèbre aux bandes rouges comme à son habitude se noyer progressivement.

 

Sous le regard bienveillant de la Coupe de champion de France joliment installée entre les deux prisons en face des deux bancs, les deux équipes se séparaient sur ce score de 5-3. Certes la première manche est jaune et noire mais tout reste à faire pour les deux équipes avec le deuxième volet programmé dès demain. Une autre histoire, un autre combat avec au bout un titre de champion de France pour l'une des deux équipes. Une chose

 

Finale U22 (Dimanche 24 février 2013 – Match 1)

Hockey 74 vs Rouen : 3-5 (0-2 / 1-3 / 2-0)

0-1 à 09'03 : Rouen, Johan Saint-André (Damien Bourguignon, Raphaël Faure)

0-2 à 10'34 : Rouen, Anthony Rech (Sebastian Ylönen)

0-3 à 33'56 : Rouen, Anthony Rech (Léo Guillemain)

1-3 à 34'52 : Hockey 74, Jérémy Ares (Arthur Coulon)

1-4 à 37'06 : Rouen, Anthony Rech (-)

1-5 à 38'58 : Rouen, Anthony Rech (-)

2-5 à 48'42 : Hockey 74, Jérémy Ares (Mathias Terrier, Arthur Coulon)

3-5 à 57'28 : Hockey 74, Mathias Terrier (Jérémy Ares)



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :