" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

De bon augure...

Soirée parisienne pour les Espoirs rouennais en ce mercredi pour y disputer une rencontre en retard du championnat face à Viry Châtillon. Face aux franciliens, lanterne rouge du championnat, les Dragons du Julien Guimard auront lancé parfaitement leur cruciale semaine en s'imposant sur le score de 11 buts à 2 en toute sérénité.

« Un shoot, un but » soulignait en bon mathématicien le capitaine rouennais Thomas Dreyfus sur le banc au moment où Valentin Dumélie regagnait son banc après avoir ouvert le score. Effectivement, sur l'une des toutes premières tentatives normandes, le dunkerquois trouvait la faille en plaçant le palet dans le sommet du filet parisien (04'02 ) Dès lors, le chemin de croix débutait pour le portier de Viry mis sous pression, bombardé de toute part par une artillerie rouennaise présente et avide de se mettre à l'abri le plus tôt possible. C'est ainsi qu'à peine quelques secondes plus tard sur l'engagement suivant le trio Lorcher – Berthon – Beziau mettait le feu au sein de la défensive locale. Un palet virevoltant qui finissait sa course au fond des filets adverses sous l'impulsion de Quentin Berthon (04'29). Après avoir connu la « rudesse des bandes parisiennes » sur une charge qui lui avait visiblement remis les idées en place, Germain Raimbourg, tout feu tout flamme, profitait des largesses défensive du jeu d'infériorité numérique parisien pour s'illustrer en convertissant une divine offrande de son capitaine (08'18) Un événement d'une portée mondiale pour le hockey français puisque l'attaquant rouennais, célèbre pour sa modestie devant le gardien, trouvait le chemin des filets après 19 heures 29 minutes et 49 secondes d'abstinence sur le glaçon, Division 2 et Espoir Elite confondus. Poursuivant sur la route du succès sur un bon jeu entre Kévin Marias-Magill et Anthony Goncalves pour le quatrième but de ce dernier (11'40), les Hauts Normands étaient désormais largement devant et pouvaient laisser venir tranquillement.

Dominateurs dans la plupart des secteurs du jeu en première période, les Rouennais perdront le fil de la conversation durant la deuxième période. Un soupçon plus laxistes, les joueurs de Julien Guimard se montreront moins présents dans le tiers médian. Déjà mis en déroute sur la première offensive parisienne de la période par Loic Lemoine (20'50), les rouennais répliquaient néanmoins par son premier trio. En effet, mis en action par Valentin Dumelie, le bloc se montrait à son son avantage sur un lancer de Quentin Bourceaux que Thomas Dreyfus effleurait tout en masquant le portier parisien (25'39) « Trop dare » le but du cadet rouennais portait la marque de la rencontre à 5 buts à 1. A peine le temps de remettre le palet sur le glaçon que déjà les rouennais se retrouvaient dans la difficulté. Revenant à nouveau au score par Nicolas Tarenberque en double avantage numérique (26'53), les parisiens faisaient plier à nouveau le portier rouennais Michaël Muller qui cèdera sa place quelques minutes plus tard. Si les castelvirois de retour à 5-2 espéraient faire douter le Dragon, rapidement ils devaient déchanter. Ainsi, Kévin Marias-Magill remettait le couvert avant la deuxième pause pour servir un sixième but aux siens (34'50) tandis que Valentin Dumelie se servait d'une passe de l'incandescent Germain Raimbourg et son « move Ovechkin » derrière le but pour porter la marque à 7 buts à 2 (39'01) Comme si cela ne suffisait pas pour l'infortuné gardien parisien Adrien Morel, Thomas Dreyfus y allait également de son but en chatouillant avec volupté le filet francilien sur un joli travail de charbonnier de Quentin Bourceaux (39'37) Un peu plus accrochée que la précédente, la période s'achevait néanmoins sur le score de 8-2 à la faveur des Dragons.

Face à une équipe de Viry parfois brutale voire dangereuse, les Rouennais à l'orée d'un « gros week-end de hocke » pouvaient désormais se contenter de gérer leurs affaires. En effet, même si Kévin Beziau signait son retour de blessure par un but à l'entrée de la période (41'32), les rouennais gèreront parfaitement l'avantage acquis. Evitant au mieux les blessures tout en profitant au maximum des opportunités de semer la zizanie au milieu de la défense parisienne à l'image de cette séquence impressionnante entre Anthony Goncalves, Germain Raimbourg et Kévin Marias-Magill qui faisait dire au banc rouennais que les Jets buvaient la tasse. Effectivement, la tasse sera bue comme il se doit avec en prime un petit supplément servi par Jason Lorcher (53'03) et Kévin Beziau (56'50) Pour les parisiens, l'addition était servait avec un violent 11-2 même s'ils ne lâchaient pas l'affaires se procurant même quelques franches occasions en milieu de troisième tiers qui permettaient au gardien rouennais Thibault Maggi de s'illustrer avec talent dans son filet. A la sirène finale, les deux équipes se séparaient sur le score de 11-2 à la faveur des Normands de quoi contenter l'assistant coach rouennais Bryan Ten Braak, toujours habile pour faire partager à ses disciples son incroyable science du hockey sur glace.

Mercredi 10 février 2010, match Espoir Elite (15ème journée)
Viry – Rouen 2-11 (0-4 / 2-4 / 0-3) // Pénalités : Viry 26 mn – Rouen 26 mn

04:02: 0-1 Rouen: 14: Valentin DUMELIE
04:29: 0-2 Rouen: 27: Quentin BERTHON (10:Kévin BEZIAU; 22: Jason LORCHER)
08:18: 0-3 Rouen: 24: Germain RAIMBOURG (7: Thomas DREYFUS; 32: Cédric CUSTOSSE) [5-4]
11:44: 0-4 Rouen: 9: Anthony GONCALVES (71: Kévin MARIAS-MAGILL; 20: Germain RAIMBOURG)
20:50: 1-4 Viry: 13: Loïc LEMOINE
25:39: 1-5 Rouen: 17: Quentin BOURCEAUX (7: Thomas DREYFUS;14: Valentin DUMELIE)
26:53: 2-5 Viry: 7: Nicolas TARRENBERQUE (6: Hugo CHAGNON) [5-3]
34:50: 2-6 Rouen: 71: Kévin MARIAS-MAGILL (10: Kévin BEZIAU; 27: Quentin BERTHON) [5-4]
39:01: 2-7 Rouen: 14: Valentin DUMELIE (24: Germain RAIMBOURG; 2: Damien BOURGUIGNON) [5-4]
39:37: 2-8 Rouen: 7: Thomas DREYFUS (17: Quentin BOURCEAUX)
41:32: 2-9 Rouen: 10:  Kévin BEZIAU (22: Jason LORCHER)
53:03: 2-10 Rouen: 22: Jason LORCHER
56:50: 2-11 Rouen: 10: Kévin BEZIAU (27: Quentin BERTHON; 5: Mathieu CHEVALIER)



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :