" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

CHAR Rest in peace D2...

 

Il y a des décisions à prendre parfois difficiles au sein d'un club. Celle qui aura été prise par le conseil d'administration du Club de Hockey Amateur de Rouen fait partie de celles là. Au regard des effectifs de plus en plus faméliques, il apparaît désormais suicidaire de maintenir l'engagement d'une équipe de Division 2 à Rouen par respect pour les joueurs, pour le club à l'étendard au Dragon et pour les équipes adverses engagées au sein du troisième niveau national. Au sein de la maison Dragon, il n'a jamais été dans l'esprit de galvauder un championnat et participer dans les conditions actuelles reviendraient à mépriser la Division 2 tant le nombre de joueurs à Rouen devient insuffisant pour y figurer correctement. Ce samedi, au siège de la Fédération Française de Hockey sur Glace lors de la réunion des Présidents de Club de Division 2, le CHAR a confirmé qu'il retirait son équipe en Division 2. Reste désormais à tirer les enseignements de ce revers et se poser les bonnes questions.

 

Le point sur les derniers jours de la Division 2 en compagnie de Christian Caillot, actuel président de la ligue de Haute Normandie, tout fraichement élu également Président du Club de Hockey Amateur en remplacement de Philippe Maggi lors du dernier conseil d'administration du club.

 

Quelles sont les raisons de la suppression de la Division 2 ?

Par rapport à ce qui avait été envisagé au mois de juin lors des différentes réunions et la situation actuelle au mois de septembre, les effectifs ont diminués en nombre. A ce jour, nous sommes passés de 22 joueurs d'âge espoir et 8 seniors à 12 espoirs pour 8 seniors pouvant évoluant en Division 2. Avec aussi peu de joueurs, il était difficile de maintenir une Division 2 à Rouen sans prendre le risque de l'arrêter en cours de chemin notamment au gré des blessures ou éventuellement des joueurs appelés à évoluer avec l'équipe de Ligue Magnus.

 

On a pu entendre qu'il s'agissait d'un problème de budget ?

En aucun cas. Au mois de juin, le Club de Hockey Amateur de Rouen avait pris le partie tout comme la saison dernière d'assumer seul le budget de la Division 2 à Rouen. Comme tous les clubs, nos finances sont fragiles notamment avec la baisse constante des subventions mais nous avions fait le pari financier de maintenir la D2 à Rouen par intérêt pour la formation.

 

Ici ou là, on a pu lire que la décision de Rouen était tardive.

Il nous tenait à cœur de la maintenir. Nous avons essayer de trouver des solutions, tenter de passer des accords avec d'autres clubs pour se faire prêter des joueurs pour honorer notre présence au sein de la D2. Nous avons tout tenté pour que nos jeunes ne se retrouvent pas sans rien. Effort vain malheureusement.

 

Comment a été accueillie la nouvelle lors de la réunion des Présidents du Club de Division 2 ?

Ce n'est évidement pas avec joie que la nouvelle a été accueillie par les autres présidents, nous sommes conscients que la disparition de Rouen représente un manque à gagner pour eux en billetterie avec un match en moins qui plus est face à une équipe de Rouen qui attire souvent du monde. En revanche, ils ont trouvé honorable que le club de Rouen se déplace pour annoncer un forfait.

 

Quelle a été la position de la Fédération sur ce dossier ?

La Fédération, de part sa neutralité, a pris acte de notre décision. Nous les avions tenu au courant quelques jours auparavant que le dossier D2 à Rouen était en péril. Sur le principe, Rouen était dans une poule de 10 équipes alors que l'autre poule n'était que de 9 après le retrait de Toulon, cela équilibre finalement les poules au sein du championnat.

 

Un tel coup d'arrêt pose tout de même quelques questions sur la formation à Rouen ?

La vraie question est de savoir si Rouen est toujours attractif. Avec cette règle des dix joueurs bloqués, le club de Rouen et ses espoirs sont devenus un centre d'intérêt important pour les autres clubs qui ont fait leur marché au sein de nos équipes.

 

Est ce vraiment la seule raison ?

Non bien sur. Depuis le départ de Julien Guimard, le RHE 76 a souffert d'un grand manque de communication au niveau de ses espoirs. Il n'y a pas vraiment eu de prises de conscience que les jeunes il faut savoir s'en occuper, discuter avec eux, s'intéresser à eux et surtout leur rappeler que l'on compte sur eux. Le RHE 76 était habitué à ce que Julien Guimard s'occupe de tout, personne n'a repris le flambeau visiblement. (ndlr : l'équipe de Ligue Magnus et l'équipe Espoir est gérée par le Rouen Hockey Elite 76, le reste des équipes par le Club de Hockey Amateur de Rouen)

 

Peut-on pratiquer l'autopsie de la formation à la Rouen ?

Sans parler de fin de la formation à la rouennaise, on pourrait parler d'un gros coup de frein. Il faut désormais remettre en route la machine pour attirer à nouveau des jeunes et surtout les gardes. Ne pas miser sur quelques jeunes incorporés à l'équipe de Ligue Magnus mais également sur les autres. Si on regarde pour cette saison en Espoir, avec aussi peu de joueurs d'âge espoir, il faudra compter sur nos cadets pour boucler la saison dans de bonnes conditions.

 

Et si l'on rentre dans le détail. Pourquoi les espoirs partent de Rouen, pourquoi n'ont-ils plus envie de rester ?

Il faudrait poser la question au Rouen Hockey Elite 76.

 

Et si l'on regarde devant désormais, que voit-on pour la formation à Rouen ?

Les deux ou trois prochaines années seront difficiles, il faudra se retrousser les manches pendant 2 ans pour compléter les effectifs, se remotiver pour aller chercher encore et encore des jeunes dans les écoles de Rouen et de l'agglomération pour avoir enfin un jour une équipe à 90% rouennaise.

 

Editos archivés de la Division 2 -> Cliquez ici



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :