" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

Anglet ou...

Pour son ultime déplacement de la saison régulière, la Division 2 de Rouen se déplaçait en région parisienne chez les Elans de Champigny pour le compte de la 18ème journée. Un match face à la lanterne rouge de la poule A dont l’issue devait déterminer en partie la suite des aventures des dragons rouennais en play-offs. En effet, tandis que plus tard dans la soirée, les Diables Noirs de Tours assureront l’essentiel en s’imposant à Vanoise 4-0 et la Roche sur Yon à Anglet 4-2, les rouennais en s’imposant 8 buts à 3 chez les franciliens terminent donc à une très honnête 6ème place synonyme de premier tour de play-offs face à Anglet a priori. A priori seulement, le jugement prévu le 01 mars pour l’affaire de Tours et son interdiction de disputer les play-offs pouvant encore bouleverser le classement en faisant grimper les Dragons à la cinquième place avec une confrontation face à Evry. Loin de tous ces calculs et approximations mathématiques, les rouennais auront livré sur la glace une sérieuse rencontre face à des parisiens qui n’auront lâché l’affaire que durant la troisième période.

En effet, même si les Dragons prenaient le match par le bon bout à l’image de Jason Lorcher seul face au portier des Elans (02’04), les joueurs de Julien Guimard auront toute la peine du monde à se mettre à l’abri rapidement dans le match. Pourtant avant la barrière des cinq minutes, l’intenable Kévin Beziau avait su montrer la voie du succès en ouvrant le score. Alors que depuis sa zone défensive, Cédric Custosse temporisait avec le palet en attendant d’entrevoir la lumière, Kévin Beziau proposait une solution idéale. Un gri-gri plus tard sur son vis-à-vis défensif et l’attaquant rouennais pouvait tromper parfaitement Landry Labat surpris par le lancer précis du normand (04’15) Pourtant partis sous de bons auspices pour les Dragons, la suite de la période sera moins propice aux embrassades. Pire pour les Dragons, il fallait une fort judicieuse intervention défensive de Quentin Berthon de la crosse en infériorité numérique pour empêcher les franciliens d’égaliser (12’34) Après quelques moments d’atermoiements, les Dragons parviendront à reprendre le fil de la conversation offensive. Certes sans réussite à l’image de ce décalage de Thomas Dreyfus pour le lancer d’Alexandre Mulle puis de Alexandre Sucré (13’57) ou encore cet engagement gagné par Maxime Lefebvre suivi d’un lancer bien capté de la mitaine par le gardien parisien (16’40) Dominant son sujet sur les lancers (16-8), le Dragon se montrera toujours aussi peu opportuniste devant la cage jusquà la sirène de la première période. Pourtant, un joli service de Thomas Dreyfus sur la fin de la période laissait libre court à l’esprit offensif du capitaine rouennais Alexandre Sucré. Ce dernier ne parvenant pas à ajuster son palet, c’est Valentin Dumelie qui s’en chargeait toujours en vain (17’26) Bouclant la période sur une dernière frayeur, Gauthier Rauline ayant le loisir de tenter sa chance par trois sur Rodolphe Goechon avant de voir le palet partir loin de la cage rouennaise (19’36), les Dragons devront patienter jusqu’au premier engagement de la deuxième période pour doubler la mise.

effet, resté au vestiaire quelques secondes supplémentaires, le centre campinois oubliait de surveiller son homologue Dragon Valentin Dumelie. Bien mal lui en prenait puisque ce dernier filait vers la cage adverse pour prendre en défaut Landry Labat (20’05) Désormais titulaire de deux buts d’avance, les Normands auraient du se sentir rassérénés. C’est pourtant tout le contraire qui arrivait. En effet, en l’espace de deux minutes tous les efforts consentis par les rouennais pour se préparer un si joli pécule étaient réduits à néant. Le temps, en effet, pour Romain Lefebvre (20’42) et Julien Libat (22’34) de tromper Rodolphe Goechon pour ramener le score à 2-2. Même si en double avantage numérique (24'51) les Dragons secouaient fortement l'arbre campinois à l'image de cette séquence entre Alexandre Mulle et Alexandre Sucré qui conduisait à une puissante passe devant la cage pour le lancer de Thomas Dreyfus (28'42), le score restera en l'état le temps de quelques minutes. En effet, quelques secondes avant la mi-match, un lancer efficace de Nicolas Lehericey ricochait derrière le but du gardien francilien avant de revenir dans la palette de Kévin Beziau qui exécutait froidement Landry Labat (29'46) Pour autant bien que menant désormais 3 buts à 2, les rouennais n'étaient pas pour autant sortis d'affaire puisque quelques minutes plus tard au gré d'un double avantage numérique les Elans retrouvaient du souffle en égalisant à nouveau à 3-3. Ainsi, suite à une tentative sur le poteau de Hugo Delecour (32'40), Thomas Frachon poursuivant sur l'action donnait au portier rouennais un troisième palet à ramasser au fond de ses filets (32'45) Sainte colère sur le banc rouennais avec un capitaine jaune et noir furibard qui saura trouvé les mots justes pour remettre ses troupes dans le droit chemin. En guise de réaction, le « médaillé d'or » rouennais Maxime Lefebvre se démenait comme un beau diable sur le glaçon parisien pour envoyer dans les tribunes son adversaires avant de servir en tête à tête Arnaud Briand (36'50) Si la tentative n'était pas couronnée de succès, les Rouennais en affichant le sérieux des premiers tiers avec une pointe de « conquérant » en plus pouvaient envisager un dernier tiers souriant.

Ainsi, à l'orée de la troisième période, « big smile » de rigueur pour Thomas Dreyfus au lancer certes pour le moins tendancieux mais qui se relevait être le « gold game winning goal » (copyright N.Levasseur) avec un 4-3 crucial (40'45). Quoi de mieux pour lancer la période qu'un but des Dragons. Un brin démoralisés, les campinois finiront par se résigner à déposer les armes. Dépassés physiquement par l'enthousiasme des Dragons, les parisiens ne pouvaient plus suivre le rythme imposé et finissaient par se laisser aller à de coupables gestes. Sur Clément Hondier d'une part avec un « attentat gratuit » qui aurait pu occasionner plus de dégâts puis de façon moins grandiloquente emmenant les parisiens à devoir gérer une double infériorité numérique (46'48) De fait, dans ces conditions là, difficiles pour les dragons de ne pas faire frissonner d'émotion les filets parisiens à nouveau. En expert en la matière, Nicolas Levasseur sortait son lancer le plus intense pour décrocher le cinquième but de la rencontre (47'27) Cette fois, définitivement hors du coup, les Elans souffriront jusqu'à la sirène finale. Ainsi, une poignée de minutes plus tard, une parfaite passe de Thomas Dreyfus permettait à Kévin Beziau de parachever un sympathique trio de buts (53'02) tandis que Bryan Ten Braak récitait ses gammes en concluant un mouvement initié par Germain Raimbourg (54'42) En l'espace de quelques minutes, le tableau d'affichage s'était affolé à tel point que les franciliens accusaient désormais un retard de quatre buts. Quatre puis cinq puisque à l'approche de la dernière minute, le premier trio jaune et noire parachevait une rencontre sérieuse en ajoutant un but orgasmique sur un splendide « tic tac toe » devant la cage entre Alexandre Sucré, Thomas Dreyfus et Valentin Dumelie à la conclusion (58'55) Fin de la rencontre sur le score de 8 buts à 3 à la faveur des Dragons, une victoire qui les embarque donc à une méritée 6ème place au classement avant de disputer les play-offs dès la semaine prochaine.

Samedi 27 février 2010, match D2 (18ème journée)
Champigny – Rouen 3-8 (0-1 / 3-2 / 0-5)

04:15: 0-1 Rouen: 21: Kevin BEZIAU (16: Cédric CUSTOSSE)
20:05: 0-2 Rouen: 14: Valentin DUMELIE [4-5]
20:42: 1-2 Champigny/Marne: 17: Romain LEFEVRE (10: Fabien MARCON)
22:34: 2-2 Champigny/Marne: 42: Julien LIBAT
29:46: 2-3 Rouen: 21: Kevin BEZIAU (22: Quentin BERTHON; 4: Nicolas LEHERISSEY) [5-4]
32:45: 3-3 Champigny/Marne: 11: Thomas FRACHON (2: Laurent LABAT) [5-3]
40:45: 3-4 Rouen: 7: Thomas DREYFUS
47:27: 3-5 Rouen: 3: Nicolas LEVASSEUR (21: Kevin BEZIAU; 22: Quentin BERTHON) [5-3]
53:05: 3-6 Rouen: 21: Kevin BEZIAU (7: Thomas DREYFUS)
54:42: 3-7 Rouen: 6: Bryan TEN BRAAK (20: Germain RAIMBOURG)
58:55: 3-8 Rouen: 14: Valentin DUMELIE (7: Thomas DREYFUS; 18: Alexandre SUCRE)



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :