"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

Victoire du coeur pour les U18...

A deux journées du baisser de rideau de la saison régulière du championnat Cadet Elite, l'incertitude reste de mise pour les trois prétendants aux accessits de deux premières places du classement. Entre Reims, Amiens et Rouen la bataille fera rage une nouvelle fois à l'occasion de la 18ème journée avec à distance le déplacement de Reims à Angers et en direct la confrontation entre Rouen et Amiens sur le glaçon de l'Ile Lacroix. Si par ailleurs, les rémois ne connaitront pas un deuxième faux pas face à Angers (victoire 13-1), les Dragons, de leur coté feront oublier leur gros revers subi la semaine dernière au Coliséum (défaite 7-4) en s'imposant cette fois dans leur taverne 6 buts à 5 au terme d'une rencontre placée sous le signe de l'émotion. En effet, c'est à un incroyable passionné de hockey sur glace que le Club de Hockey Amateur de Rouen souhaitait rendre hommage avant la rencontre avec une minute de silence chargée d'émotions afin de saluer la mémoire d'Ilde Gutierrez, père de Romain tragiquement décédé récemment. Dans un contexte difficile émotionnellement, comme un symbole, c'est Anthony Rech qui aura le coeur de dédier le premier but de la rencontre à son ami Romain présent dans les tribunes. Sur un service de Damien Bourguignon, le capitaine rouennais trouvait l'ouverture du score en trompant le gardien picard Quentin Kello (1-0 à 04'06) Au cours d'une première plutôt accomplie, les Dragons parviendront à dominer leur adversaire gothique durant vingt minutes. Malheureusement pour les joueurs de Jonathan Paredes, ils ne parviendront pas à se mettre à l'abri au tableau d'affichage.

De façon évidente, comme souvent face à Amiens, les Dragons finiront par prendre le retour de manivelle. Ainsi, à l'orée de la deuxième période, plus rien n'allait pour les Rouennais. Tout chamboulé, le Dragon jusqu'alor serein et altier, ne parvenait plus à réciter ses gammes. Ainsi, Paul Adrien Grasser pour les siens (22'21) semait le trouble au sein de l'arrière-garde rouennaise en égalisant. Dans la foulée, sur un inconvenant surnombre jaune et noir, Louis Boucherit prenait plaisir à fusiller Thibaut Maggi pour le 1-2 à la faveur des picards (25'28). Fort heureusement pour les seino-marins lorsque les attaquants balbutient, la défense reste capable de s'exprimer courtoisement offensivement. Ainsi, précieux en avantage numérique, Léo Guillemain ramenait le score à parité (28'02) tandis qu'une poignée de secondes plus tard, Florian Chakiachvili se jouait de Quentin Kello pour le 3-2 (28'46) De retour dans le bon sens de la marche, le train jaune et noir pensait pouvoir arriver à bon quai. Hélas, une erreur d'aiguillage en fin de période fera dérailler une nouvelle fois la douce locomotive normande. En moins d'une minute, les gothiques d'Olivier Duclos  mettait à bas les efforts rouennais par l'intermédiaire d'Alexis Besson (37'32) et Maurin Bouvet (37'56) En rentrant au vestiaire à la fin de la deuxième période avec un déficit d'un but (3-4), les Dragons avaient la mine basse. Pour un temps seulement, la révolte grondera dans le troisième tiers.

Certes, d'entrée de jeu, les Picards breakaient le tableau d'affichage par Maurin Bouvet (43'12) et pensaient sans doute avoir fait le plus gros du chemin face aux Normands. Douces et vaines illusions pour les jeunes Gothiques qui verront le vent de la révolte rouennaise soufflé au dessus de leur casque. A entendre l'énergie déployée lors d'un cri de guerre symbole de rébellion, Quentin Kello tapi sous son masque pouvait frémir d'effroi en imaginant une fin de partie orageuse. De fait, quelques minutes après le cinquième but rouge et noir, Anthony Goncalves sortait sa crosse de tueur de gardien pour dynamiter le but picard pour un retour en grâce des Dragons (44'33) Relancée, la « Team Jon Jon «  profitera d'un cinq contre trois (46'29) pour égaliser par l'intermédiaire de Damien Bourguignon (5-5 à 47'52) Pour que l'histoire soit belle, que la rencontre soit accomplie, il ne manquait plus qu'un but aux Dragons pour clore ce chapitre face à Amiens. Trois minutes après l'égalisation à 5-5, c'est Florian Duval qui se chargeait d'apporter le « game winning goal » à ses coéquipiers. Lancé par le défenseur Xavier Boissel Dombreval et relayé par Mathieu Briand, l'attaquant rouennais pouvait esquisser un sourire en rentrant sur le banc pour recevoir les félicitations des siens (50'46), il venait tout simplement d'entériner la victoire des Normands 6 buts à 5 face au meilleur ennemi des Dragons. Une jolie victoire pour les Dragons, importante au classement, importante pour la suite du championnat avant de se déplacer à Angers pour finir par la réception de Reims pour la dernière journée.

Samedi 27 février 2002, match U18 (18ème journée)
Rouen – Amiens 6-5 (1-0 / 2-4 / 3-1) // Pénalités : Rouen 10 mn – Amiens 18 mn

04:06: 1-0 Rouen: 18: Anthony RECH (3: Damien BOURGUIGNON)
22:21: 1-1 Amiens: 7: Paul Adrien GRASSER
25:28: 1-2 Amiens: 12: Louis BOUCHERIT (6: Alexis NICOLAY; 4: Maurin BOUVET) [5-4]
28:02: 2-2 Rouen: 8: Léo PAILLIE GUILLEMAIN (21: Xavier BOISSEL DOMBREVAL; 11: Florian DUVAL) [5-4]
28:46: 3-2 Rouen: 16: Florian CHAKIACHVILI (13: Anthony Allan GONCALVES)
37:32: 3-3 Amiens: 18: Alexis BESSON (20: Romain CARPENTIER; 14: Marius SERER)
37:56: 3-4 Amiens: 4: Maurin BOUVET
43:12: 3-5 Amiens: 4: Maurin BOUVET (17: Jean Loup CARDON)
44:33: 4-5 Rouen: 13: Anthony Allan GONCALVES (18: Anthony RECH; 22: Raphaël FAURE)
47:52: 5-5 Rouen: 3: Damien BOURGUIGNON [5-3]
50:46: 6-5 Rouen: 11: Florian DUVAL (15: Mathieu BRIAND; 21: Xavier BOISSEL DOMBREVAL)



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :