... " Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015 ...

6ème titre face à Amiens...

  

Sevrés de médailles pour l'opus 2012-2013, les Cadets Rouennais, orphelins de titres depuis 2011 auront retrouvé pour cette année 2013-2014 le goût de l'or en remportant une finale épique face à son éternel rival Amiens, apportant au palmarès du Club de Hockey Amateur de Rouen un sixième titre. En soulignant à l'issue de la victoire en finale que ce titre est « une heureuse surprise » et que Rouen « aurait signé pour la deuxième place » Nordine Mahdidi, entraîneur de ce « groupe qui fait plaisir à voir » ne s'y était pas trompé : bien placés mais loin d'être favoris, c'est au fil de la saison que les Dragons construiront leur aventure et franchiront pas à pas les étapes nécessaires avant la consécration de fin de saison.

 

Un mois de septembre, source de rêves en or...

Après une campagne de deux matchs amicaux mi-figues mi-raisins face à Reims ponctuée d'une défaite en champagne 6-7 et d'un match retour plus sérieux pour une victoire 4-2 sur l'Ile Lacroix c'est à domicile une nouvelle fois face à Reims que les Cadets Rouennais débuteront leur championnat officiellement. De ce début, que faudra-t-il retenir pour les Rouennais ? Sans doute une entame sérieuse face à Reims à domicile (9-0) mais surtout un enchaînement de trois matchs qui donnera aux Rouennais des envies de « lendemains qui chantent». En effet, sitôt passé l'obstacle champenois sans guère d'encombres, c'est un périlleux triptyque qui attendait des Dragons soucieux de se tester face à des équipes qu'ils retrouveront nécessairement au momentum de la saison. Amiens, Grenoble, Hockey 74 ni plus ni moins les trois premiers de la saison dernière à affronter et une bonne opportunité pour les joueurs de Nordine Mahdidi de se placer dans le bon wagon au classement de la saison régulière. En déplacement en Isère pour la première fois de la saison à la Patinoire de Pôle Sud, c'est sur la pointe des patins que les Dragons débuteront leur série folle de septembre. Comme un mauvais souvenir qu'il faut évacuer, les Rouennais s'emploieront à faire oublier le spectre de la série pour la troisième place perdue la saison dernière ici même (5-2 & 4-3) Certes, un seul but, celui de Robin Merlin venait garnir les filets grenoblois, mais ce petit but permettait aux rouennais de s'imposer 1-0 face à Grenoble. Si à ce moment là de la saison, les Dragons ignoraient encore que les Brûleurs de Loups vivront une saison calvaire avec à l'issue de la saison régulière conclue à une bien décevante 6ème place, le retour en Normandie sur ce succès permettait aux rouennais de faire le plein de confiance avant le traditionnel derby à Amiens disputé en Picardie.

 

Depuis la finale de 2011 et une victoire 3-2, jamais les Dragons n'étaient parvenus à s'imposer dans le temps réglementaire face à Amiens sur sa glace. Pire pour les Rouennais, une longue série de neuf défaites face à Amiens venait briser le cœur de tout Dragon qui se respecte. Et pour cette saison 2013-2014, le cœur du Dragon vibrera fort face à Amiens. Même si les Hauts Normands feront tout pour ne pas se griser au sortir de la rencontre, indéniablement en s'imposant 7-2 face à Amiens, Rouen venait de changer de statut au sein de ce championnat U18 Elite A. D'outsider à candidat au titre, il n'y a qu'un coup de patin que les Dragons franchiront en bouclant leur triptyque sur une victoire face à Hockey 74. Pour autant, loin d'être une machine implacable comme le fut Amiens les deux saisons précédentes, l'escouade jaune et noire continuait de balbutier ici ou là. Ce sont des mornes Dragons qui s'imposeront face à Hockey 74 sur le score de 3-2. Coupables d'arrogance face à une surprenante équipe de la montagne tenace et désireuse de poursuivre sa série de deux victoires consécutives sur l'Ile Lacroix (3-4 en 2011 et 2-5 en 2012), les Rouennais devront s'en remettre à leur portier Quentin Papillon, « marchant sur l'eau » tout au long de la rencontre, se permettant même l'outrecuidance de voler la victoire à une équipe de Hockey 74 qui méritait sans doute de prendre des points en Normandie.

 

Quoiqu'il en soit, sans forcément briller, les Rouennais seront parvenus à négocier le trio infernal avec trois victoires précieuses portant leur total à quatre sur la saison. Un début de saison en fanfare qui les emmènera jusqu'au mois de décembre avec une scintillante série de victoires.

1er : Rouen (24 matchs : 19 victoires, 1 nul, 3 défaites ap, 1 défaite)
2ème : Amiens (24 matchs :  17 victoires, 1 nul, 2 défaites ap, 4 défaites)
3ème : Briançon (24 matchs : 14 victoires, 1 nul, 9 défaites)
4ème : Hockey 74 (24 matchs : 14 victoires, 1 nul, 9 défaites)
5ème : Grenoble (22 matchs : 6 victoires, 2 défaites ap, 14 défaites)
6ème : Reims (22 matchs : 5 victoires, 1 nul, 1 défaite ap, 15 défaites)
7ème : Dijon (24 matchs : 9 victoires, 1 nul, 2 défaites ap, 12 défaites)
8ème : Angers (24 matchs : 7 victoires, 1 défaite ap, 16 défaites)
 
(Saison Régulière - Play Offs)
Meilleure attaque : Amiens 167 buts (6,96 b/mj) - Rouen 108 buts (4,5 b/mj)
Meilleure défense : Rouen 61 buts (2,54 b/mj)
Equipe la plus pénalisée : Briançon 574 mn (23,92 mn/mj) - Rouen 483 mn (20,12 mn/mj)
 
Meilleur compteur : Julien Guillaume (Amiens, 60 points)
Meilleur buteur : Julien Guillaume (Amiens, 29 buts)
Meilleur passeur : Loic Coulaud (Amiens, 33 passes)
Joueur le plus pénalisé : Alan Villand (Grenoble, 91 minutes)
Meilleur buteur en avantage numérique : Hugo Gallet (Amiens, 7 buts)
Meilleur buteur en désavantage numérique : Jeoffrey Couvat (Grenoble, 3 buts)
 
(Stats Saison Régulière - Stats Play Offs - Stats Globales)
Meilleur compteur : Julien Msumbu (34 points)
Meilleur buteur : Julien Msumbu (19 buts)
Meilleur passeur : Vincent Nesa (21 passes)
Joueur le plus pénalisé : Brieuc Houeix (72 minutes)
Meilleur buteur en avantage numérique : Vincent Nesa (5 buts)
Meilleur buteur en désavantage numérique : Victor Durand (1 but)
 
(Stats Saison Régulière - Stats Play Offs - Stats Globales)

 

Un « 13 » qui porte malheur aux Dragons....

 

Accusant le coup après un mois de septembre compliqué, le mois d'octobre des jaunes et noirs sera consacré à la tentative de trouver un nouveau souffle. Face à Reims, bien résumé par l'un des attaquants rouennais Justin Addamo « Nous n'avons pas fait un excellent match. On ramène les trois points c'est l'essentiel. », les rouennais, en dépit d'une victoire 4-2, devront se contenter de la portion congrue. Un objectif à « 3 points » que les jeunes Dragons décrocheront également dans la foulée, cette fois à Angers sur le score toujours étriqué de 5-4. Reçus 6 sur 6 depuis le début de la saison, leaders au classement du championnat devant Amiens et une surprenante équipe de Briançon, les Rouennais ne parvenaient, néanmoins, pas encore à élever leur niveau de jeu pour se montrer intraitable. A tel point qu'à chacune des rencontres jouées pour les Dragons, leurs adversaires pouvaient espérer décrocher des points à l'image du portier rémois Thibault Berdal avant la rencontre de la 7ème journée : « Si l'on met de coté les matchs amicaux, une évolution du coté rémois s'est faite sentir entre la première et la deuxième rencontre de championnat. Les matchs à venir entre les deux équipes comme le dernier joué à Reims, risquent d'êtres intéressants. Malgré un manque d'efficacité du coté rémois, ce fut un match intéressant. C'est un peu à l'image de notre début de saison encourageant en dépit d'un manque de constance qu'il nous faut acquérir pour obtenir de meilleurs résultats »

 

Rouen : colosse au pied d'argile ? Si la question restait posée y compris après la victoire face à Reims (1-4), une partie de la réponse sera trouvée dans les journées suivantes avec les derniers matchs aller avec la réception d'Amiens et Briançon. Enthousiastes après leur succès acquis à Amiens 7-2 plus tôt dans la saison, un revers amiénois qui laissera des traces dans les esprits gothiques à l'image de leur attaquant Kévin Tassery avant le deuxième rendez-vous face à Amiens

« Les rencontres face à Rouen sont toujours intéressantes sportivement, Rouen est une bonne équipe. Les gros matchs sont peu nombreux en championnat et celui là s'annonce intensif entre deux équipes qui s'y sont préparés. La dernière rencontre face à Rouen n'a pas été top pour nous. On a eu du mal à digérer une telle défaite. Face à un Quentin Papillon dans sa cage, nous n'avons pas fait les efforts nécessaires pour prendre le match dans nos mains. », les Hauts-Normands frapperont un joli coup en prenant la mesure à nouveau de leurs rivaux, cette fois « à la maison » pour une victoire difficile mais précieuse 3-2. Avec deux victoires face à Amiens désormais cantonnés à la troisième place, Rouen ne pouvait plus fuir son statut de favori désormais scotché au dessus de leurs casques. Une pression de leader assumée jusqu'au début du mois de décembre avec quatre nouvelles victoires importantes face à Angers (8-1), Briançon (2-1), Dijon (3-0) et Grenoble (5-2)

 

Sortis victorieux de leurs 12 travaux de la première partie de saison, les Dragons n'en restaient pas moins lucides quant à leur parcours : « nous avons un bilan certes satisfaisant mais nous avons perdu notre jeu depuis quelques matchs où on utilise beaucoup moins notre cahier de jeu. De même, si nous voulons aller loin, il nous faudra être plus discipliné avec moins de pénalités inutiles notamment en zone offensive. A nous de corriger cela et éviter tout relâchement même si nous sommes invaincus. C'est dans cet esprit là que nous abordons le match de samedi face à Angers : avec de l'envie et la volonté d'atteindre notre but commun, c'est notre cohésion de groupe qui nous fera aller loin ! » Malheureusement en dépit de l'analyse de l'orléanais Yoann Coubret, la dernière sortie des Dragons en 2013 ne sera pas souriante. Battus 4-3 par une équipe d'Angers en transe après avoir obtenu le scalp du Dragon, les rouennais devaient abandonner leur invincibilité en Anjou. Pas de treizième victoire et un coup d'arrêt pour les Rouennais avant les fêtes de fin d'année.

 

Janvier dans les turbulences...

 

Après avoir bouclé l'année 2013 sur une déconvenue à Angers et une défaite aux tirs aux buts 4-3 les Cadets Rouennais débutaient leur année 2014 avec un gros morceau. A domicile face aux Gothiques d'Amiens, la première étape d'une bien difficile quadrilogie de janvier pour les rouennais qui les emmènera à jouer par deux fois Amiens et négocier les périlleux déplacements alpins à Hockey 74 (4ème au classement) et Briançon (3ème au classement) Un mois de janvier délicat pour les joueurs de Nordine Mahdidi qui pourraient tout perdre au classement en cas de mauvais feeling durant ces quatre matchs décisifs. En attendant d'imaginer le pire avec un janvier sanglant pour l'étendard au Dragon, face à Amiens pour la première étape, les Rouennais auront sorti leur plus belle tenue de fête, au moins sur la première période pour venir à bout d'une équipe d'Amiens, un soupçon à court d'idée. Menant rapidement 4-1 dans la première période, même si les Gothiques feront les efforts nécessaires pour rester à portée de tir d'un Dragon euphorique, l'avantage acquis par les Normands en première période leur suffira pour s'imposer sur le score pour le moins prolixe de 9-6 à la faveur de la formation jaune et noire.

 

Bien que débutant l'année 2014 sur un joli rayon de soleil face à Amiens, de nuages sombres se profilaient au dessus de la tête des Dragons avec cette série de trois matchs où ils devront se passer du succulent goût de la victoire. « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé » jamais maxime n'aura été plus appropriée à une équipe de Rouen qui devait composer sans son dernier rempart Quentin Papillon, blessé pour de longues semaines. Si Erwan Jaouen n'aura de cesse d'élever son niveau de jeu pour assurer l'intérim avec efficacité, la machine jaune et noire semblait perturbée et s'enrayait. Une assise défensive bouleversée qui ne laissait pas insensible les adversaires des Dragons à l'image du défenseur de l'association Hockey 74, Henry Pepin, conscient désormais que Rouen sans son Papillon n'était plus la même formation. « Nous sommes passés tout prêt lors du match aller. C'était très frustrant pour nous en dépit d'un beau match. Nous savons que la rencontre contre Rouen sera un match très compliqué face au leader du championnat. L'équipe de Rouen est une équipe solide, ils ne sont pas premiers pour rien avec des très bons trios offensifs et un très bon gardien qui, je pense, les sauve contre nous au match aller. Nous espérons tout de même prendre les trois points. «  assurait-il avant de jouer la formation au Dragon pour le compte de la 15ème journée.

 

S'inclinant aux tirs aux buts 6-5 face à Hockey 74 au terme d'une rencontre rocambolesque dans la physionomie, Rouen largement mené revenant au score in extremis pour chaparder au moins un point, les Dragons se retrouvaient désormais sous la menace directe de leur prochain adversaire, l'inénarrable équipe d'Amiens. Taquinerie des calendriers, la 16ème et la 17ème journée du championnat Cadet Elite A sera sans nulle doute décisive pour le classement final de la saison régulière avec un programme intéressant qui réservera quatre rencontres entre les quatre premiers en deux journées. Si le quatuor de tête est plus ou moins connu entre Rouen, Amiens, Hockey 74 et Briançon, reste désormais à définir l'ordre des places. Premier épisode de cette « duologie » décisive la confrontation entre Amiens et Rouen conjointe au déplacement de Hockey 74 à Briançon. Et dans les rôles des vainqueurs de la soirée, Hockey 74 et Amiens se pareront des lauriers. En effet, tandis que Hockey 74 viendra à bout de Briançon 5 buts à 2 pour la troisième défaite de suite pour les Diables Rouges, les Dragons vivront l'enfer durant la première période en Picardie plombant copieusement le reste de leur rencontre pour une nouvelle défaite 6-3. Dès la journée suivante, Hockey 74 ayant la généreuse idée de faciliter la vie aux Rouennais en s'imposant 6 buts à 5 en prolongation face aux Gothiques d'Amiens, le précieux point ramené de la « Gargouille » de Briançon à force de solidarité et de courage à l'image de son gardien Erwan Jaouen, précieux et auteur d'une très belle partie, comptera sûrement dans le décompte finale de cette saison régulière qui arrive à son crépuscule. Certes, à voir la joie de l'équipe cadet de Briançon suite à son but inscrit durant la prolongation de ce match de la 17ème journée, accrocher à son tableau de chasse le club de Rouen reste source d'un bonheur intense (défaite 3-4), quoiqu'il en soit de fait, à trois matchs du classement final, pour les Rouennais, sept points à glaner sont nécessaires pour assurer le gain de cette fatidique première place.

 

Sept points en trois matchs face à Angers, Reims et Dijon le tout sur l'Ile Lacroix, c'est dans un fauteuil que les Rouennais étaient sensés boucler leur saison régulière. « Sensés » seulement encore fallait-il être en mesure d'assurer le travail à la maison. Après s'être rassurés face à Angers (6-3) après la trilogie des revers, les Seino-Marins boucleront leur parcours, finalement en affichant, néanmoins une certaine fébrilité, 8-4 face à Reims, 4-3 face à Dijon après avoir été mené un long moment par l'équipe de Jonathan Paredes, peu importe la manière, l'essentiel était là pour les Dragons : une première place au terme de la saison régulière synonyme de matchs à domicile pour l'ensemble des play-offs.

 

Solides face à la surprise de la saison...

Hockey 74 vs Amiens et Rouen vs Briançon, telles étaient les affiches des demi-finales pour cette saison 2013-2014. Une grande première pour le club des Hautes Alpes qui avait la possibilité de décrocher une historique place en finale du championnat de France U18 après la quatrième place décrochée en 2012 en Minime. Si l'histoire retiendra que les Diables Rouges décrocheront leur première en cadet aux dépens de Hockey 74 au terme des deux matchs pour la 3ème place, l'équipe jaune et noire, elle, de son côté, retiendra une double confrontation menée en toute sérénité en demi-finale. Il est vrai qu'au terme des deux confrontations en saison régulière soldées par une courte victoire sur l'Ile Lacroix (2-1) et une défaite à Briançon (4-3 ap), les joueurs de Nordine Mahdidi ne pouvaient se permettre le moindre relâchement face à la troupe de l'entraîneur slovène Edo Terglav, sans pression, la qualification en demi-finale étant déjà un objectif inattendu.

 

C'est donc dans un contexte à forte pression dans le camp rouennais que les Dragons aborderont cette opposition. Trouvant l'ouverture du score par son capitaine Vincent Nesa dans les premières minutes de jeu, l'égalisation en double avantage numérique de Lewis Vidal en fin de période sera le seul faux pas des rouennais dans cette primo rencontre. En effet, si l'astringente égalisation briançonnaise rendait le dragon agacé, les deux autres périodes lui permettront de se détendre un peu. Un but dans chaque période, Arthur Bichot pour le tiers médian, Yoann Coubret pour le troisième et c'est sur le score de 3-1 que les Dragons remporteront cette première manche.

 

Une seule solution pour Briançon pour inverser la tendance dans cette série : agresser les rouennais au sens propre comme au figuré pour le deuxième opus. Et le temps d'une période, les Briançonnais parviendront à faire trembler les rouennais. Sur la réserve, hésitant à se livrer avec leur avance de deux buts, les Rouennais, déjouant, se voyaient contraints de céder un premier but à Kévin Richard dans une certaine euphorie sur le banc des hauts-alpins. Toutefois, Rouen n'entendait pas se faire bousculer de la sorte sur son glaçon. Ramenant le score à parité par son inévitable capitaine avant la première sirène, Rouen fera la différence en deuxième tiers : deux buts (Coubret, Addamo) qui enfonçait le clou, Rouen refermant à 3-1 le cercueil des espoirs briançonnais. Vainqueurs par deux fois sur le score de 3-1, c'est en toute logique que les Rouennais décrochaient leur billet pour la finale face à l'éternel rival : Amiens, en roue libre lors de sa demi-finale face à Hockey 74 (victoire 5-2 et 11-4)

 

Un parfum particulier en finale..

La maxime étant devenue d'une banalité transcendantale, chacun sait qu'une finale ne se joue pas mais se gagne. En revanche, ce que l'on sait moins, c'est que du coté de Rouen ou d'Amiens, la victoire en devient une obligation tant la rivalité entre les deux formations est importante. Un doux parfum de rivalité entre deux formations qui se partagent les titres en cadet depuis 4 ans. En 2012, Amiens avait brisé le rêve de triplé des Dragons (2010 et 2011), dans un coin de leur tête, les rouennais espéraient bien en faire de même en 2014 en congelant la série amiénoise à deux titres (2012 et 2013)

 

Comme on pouvait s'y attendre la première manche de la finale du championnat de France U18 entre Rouen et Amiens aura été extrêmement serrée avec à l'issue du premier « soixante minutes » un score de parité à 4-4. Pourtant, même si les Gothiques étaient les premiers à se mettre en évidence par l'intermédiaire de Julien Guillaume (10'30) bien déjoué par le portier rouennais Quentin Papillon, les Dragons parvenaient à ouvrir le score sur une orfèvre de passe break de Julien Msumbu entre les deux défenseurs à destination de Jérémy Delbaere, décisif pour le 1-0 (11'00) C'est finalement dans la dernière minute de la période que les Dragons parviendront à doubler la mise sur une succession de tentative : Julien Msumbu puis Valentin Jacques pour enfin Robin Merlin et les Dragons menaient 2-0 à la première sirène (19'27)

 

A la reprise, Thibaut Thuillier, oublié dans le slot, parvenait à réduire la marque pour les siens sur une incongruité défensive rouennaise (2-1 à 21'03) Si dans la foulée, Rouen réagissait fortement par l'intermédiaire de Vincent Nesa puis Brieuc Houeix, c'est Jérémy Delbaere qui avait le dernier mot sur l'action d'un petit flip qui faisait sautiller le palet au dessus du gardien amiénois pour le 3-1 (24'18) Si les Dragons escomptaient que leurs adversaires avaient pris un coup de massue au dessus de leur tête, il n'en était absolument rien ! Bien au contraire. Alors que les Dragons pouvaient espérer profiter d'un avantage numérique, c'est un deux contre zéro, inattendu en contre qui permettra à Julien Guillaume de réduire la marque à la mi-match (30'42) et lorsque Loïc Coulaud en avantage numérique à cinq minutes de la deuxième sirène égalisait à 3-3 (35'15), la physionomie du match semblait avoir tourné à l'avantage des joueurs d'Anthony Mortas, plus sereins.

 

A l'amorce de la troisième période, la fébrilité rouennaise sera bien palpable et la mainmise psychologique sur le match clairement picarde. Il ne faudra guère longtemps à Gaetan Petrieux pour trouver le 4-3 sur un « but d'école », bien embusqué derrière l'unité spéciale rouennaise. Un « but back door » parfait qui offrait pour la première fois de la rencontre l'avantage aux amiénois (53'47) Déboussolés les Seino-Marins mettront un long moment à se remettre en selle, en attendant, ils pouvaient toujours compter sur la présence de leur portier Quentin Papillon, fort utile dans la foulée face à un Julien Guillaume, laissé libre comme l'air. Alors que la victoire picarde semblait se dessiner face à une équipe rouennaise au bord de l'apoplexie, un temps mort pris par le banc amiénois permettait aux Dragons de souffler un tantinet et se remettre en place. Hasard ou pas peu importe, treize secondes plus tard, Justin Addamo faisait exploser son banc de joie avec le retour à 4-4 (59'02) Score de parité logique à 4-4 entre les deux formations qui auront le plaisir inextricable de s'expliquer à nouveau demain sur le glaçon de l'Ile Lacroix avec cette fois, la nécessité absolue de désigner un vainqueur...

 

Contraints de se séparer sur le score de 4-4 la veille à l'entame de la deuxième rencontre, les Dragons prenaient rapidement les devants en première période, sur un dribble chaloupé au sein de la défense picarde, Romain Solloy était le premier à se mettre en évidence en trompant le portier picard pour le 1-0 (07'06) A l'instar du match de la veille, c'est l'indiscipline rouennaise qui remettra les Gothiques en position. A 5 contre 4 (09'47) puis à 5 contre 3 (10'11), l'occasion était trop belle pour les joueurs d'Olivier Duclos et Anthony Mortas pour ne pas revenir au score. Chose faite par l'intermédiaire de Hugo Gallet à la réception d'une passe de Julien Guillaume pour le retour à 1-1 dans une explosion de joie sur le banc amiénois (11'10) Reprenant les devants par Julien Msumbu à une poignée de minutes de la fin du tiers médian (35'37), les Dragons se voyaient récompenser d'un but au cours d'un tiers de haute volée sans doute le plus accompli de la saison. Toutefois, tantôt fébriles, tantôt maladroits, tantôt décontenancés par un portier amiénois Matthieu Depanian efficace dans son filet, les Rouennais n'avaient pas été mesure de creuser l'écart alors qu'en supériorité numérique, à nouveau, Hugo Gallet, cette fois à la baguette, servait Kévin Tassery pour le 2-2 (38'35)

 

Score de parité à 1-1 au premier tiers, bis repetita au deuxième, le dernier vingt minutes se devaient de consacrer un vainqueur au risque d'envoyer les deux équipes dans une angoissante prolongation voire dans une cruelle séance de tirs aux buts. De ce scénario là à la « Hitchcock », il ne sera finalement pas question, à une dizaine de minutes de la fin, en capitaine exemplaire, Vincent Nesa profitait d'un travail de Jérémy Delbaere et Justin Addamo pour inscrire le troisième but jaune et noir (51'51). Sans le savoir à ce moment là de la rencontre, le 108ème but de la saison U18 Elite à Rouen serait le plus important de l'histoire de cette équipe. Toutefois avant la délivrance, 8 minutes et 9 secondes étaient encore à jouer et sur le banc rouennais, on ne s'y était pas trompé, passée les quelques secondes d'exultation sur le troisième but, rapidement, on appelait au calme et au sang-froid pour gérer cette interminable attente avant la sirène finale. Et interminable, elle le sera cette attente. Bien que privés sur blessure de leur meilleur compteur Julien Guillaume, les amiénois se rueront sur la cage rouennaise tenue par Quentin Papillon. Une attitude de guerrier au sens noble qui donnera des frayeurs aux Dragons jusqu'aux dernières secondes de la rencontre. En désavantage numérique à 4 contre 5 (56'06) puis à 3 contre 5, les rouennais souffriront le martyr dans les dernières minutes de la rencontre alors que le portier picard était soustrait pour créer un nouveau surnombre sur la glace. Terrible attente, angoissante dernière minute mais jouissive libération à la sirène finale pour célébrer ce titre accompli pour les Dragons, le sixième jaune et noir (3-2)

 

Si tous les titres ont de la saveur, plus le combat est beau et héroïque, plus la médaille a cette charmante couleur dorée et face à Amiens, les deux épisodes livrés sur le glaçon de l'Ile Lacroix auront livré leur lot de suspense et d'émotions entre deux équipes si proches qu'un seul but les séparera à l'issue des 120 minutes disputées. Qu'elles seront savoureuses ces minutes qui suivent la sirène finale du deuxième match de la finale U18 Elite qui sacre les Dragons de Rouen, champions de France 2014 au terme d'une rencontre à suspense dénouée sur le score de 3-2. Le 19ème titre pour l'histoire de Club de Rouen en Hockey Mineur, le 6ème en Cadet pour le Club au Dragon, la 42ème médaille pour l'étendard jaune et noir mais surtout un océan de sourires, un raz de marée d'émotions pour cette équipe haut-normande fière de porter haut ses couleurs et de célébrer d'un seul Dragon ce titre 2014 au prix d'une finale à laquelle il faut associer le valeureux adversaire vaincu, Amiens qui aurait mérité tout autant de soulever la Coupe mais cette après-midi du 23 mars 2014, les Dieux du Hockey s'étaient parés le visage de « jaune et de noir ».

 

 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :