"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

U18 Les rouennais au finish...

 

C'est une grosse partie qui attendait les Cadets Rouennais face à son dauphin au classement de la Poule Play-Off, Mont-Blanc 1. Alors quelques semaines plus tôt les montagnards étaient parvenus à obtenir le point du match nul (8-8) à Amiens, l'équipe de Mont-Blanc 1 n'aura pu obtenir le moindre de point sur l'Ile Lacroix. Pourtant, ils s'y seront employés en transformant une situation épineuse à la fin du second tiers en une fin de match à suspense où les Dragons pouvaient pousser un "ouf" de soulagement à la sirène finale. Un match enlevé au score farfelu qui aura donné lieu à une solide empoignade entre les deux formations. Pourtant le début de la partie ne laissait pas entrevoir une telle joute. Sur la réserve, les Dragons hésitaient à se livrer dans la bataille et se montraient même maladroits dans leur défesnive en supportant difficilement la pression mise par l'avant-garde montagnarde. Quelques mauvaises passes, quelques hésitations des deux cotés, c'est un début de match timide auquel l'Ile Lacroix assistait même si une passe du coin de Schaller pour Mont-Blanc mettait en panique la défensive rouennaise avec Chabot et Janin seuls devant Ronan Quemener (00'51) ou une sortie de zone pour Rouen de Nicolas Motreff renversée par Julien Correia pour le lancer de Thomas Dreyfus (03'21) tentait de ranimer la flamme du Dragon. Mis en difficulté le Dragon avait toute les peines du monde pour développer son jeu. Il est vrai qu'en face, ce n'était pas le premier adversaire venu. Equipe pétrie de talents placée parmi les favoris du championnat, le Mont-Blanc semblait en mesure de mettre à mal les jaunes et noirs. A tel que point que les montagnards étaient les premiers à faire mouche sur la feuille des buteurs. Sur une passe de Romain Orset, l'international moins de 18 ans, Johann Auvitu enflammait la défense rouennaise avant de faire sauter la pipette du portier rouennais après avoir propulser le palet dans le haut du filet normand (0-1 à 13'41) Dans le trouble, le Dragon balbutiait son hockey jusqu'à la fin de la première période où les Rouennais artillaient en avantage numérique. En power-play, une pénalité différée permettait aux normands d'évoluer en double avantage numérique. Un bon jeu à trois devant la cage permettait à Loïc Lampérier de ramener le score à 1-1 à la première sirène (1-1 à 19'41)

 

Après un premier tiers molasson des jaunes et noirs, c'est un autre visage que les Dragons proposeront au cours de la deuxième période. Fichtre ! Quel changement d'attitude pour les Normands. Totalement libérés, les Rouennais livraient la marchandise au cours du deuxième vingt minutes. Avec des ailes incandescentes aux patins, Kévin Marias-Magill profitait d'une passe d'Arthur Barrau pour passer en revue la défensive alpine avant de tromper astucieusement Thibault Saez (2-1 à 22'44) "On fire" les Dragons soufflaient le chaud et le froid sur le glaçon de l'Ile Lacroix. Un ouragan bariolé de jaune et de noir qui mettait en émoi la formation du Mont-Blanc. Sur une énormé remontée de Jérémie Romand, Loïc Lampérier se brisait les dents sur le portier (24'14) Dans la foulée, un joli jeu à deux de Julien Correia pour Lionel Tarantino offrait à Erwan Agostini une position de lancer (25'14) Mont-Blanc tentait bien de réagir par l'intermédiaire de l'intenable Auvitu mais ce dernier se voyait contrarier par "Big Ronan" intraitable dans sa cage (24'58) Après les bonnes intentions de début de tiers, les Rouennais passaient aux actes. Une fin de deuxième tiers de folie où les Rouennais compileront les buts. Ainsi, sur un gros travail du trio Agostini - Correia - Tarantino, Martin Croguennec héritait de la rondelle. Le "canonnier de la bleue" frappait fort un palet qui s'en allait mourir derrière la ligne de but alpine (3-1 à 28'07) Dans la foulée, c'est Matthieu Hottegindre qui chaussait ses plus patins pour une entrée de zone volontaire avant de servir magnifiquement en soutien son compère Jérémie Romand. L'ex-joueur du Mont-Blanc avait tout à loisir de porter la marque à 4-1 (31'18) A peine une minute plus tard, c'est un deux contre un ravageur qui laissait de glace le portier des montagnes. La passe de Thomas Dreyfus à destination de Nicolas Motreff faisait mouche et la samba offensive des Dragons continuait (5-1 à 32'17) Même sanction dans la foulée avec cette fois Nicolas Motreff à la passe à destination de Germain Raimbourg, désormais auteur du sixième but des normands (6-1 à 32'51) 5 buts dans le deuxième tiers, la tornade normande venait de souffler bien fort dans la patinoire rouennaise. Fallait-il pour autant quitter l'Ile Lacroix avec le sentiment que le match était d'ores et déjà plié ? Non sans doute pas, même si Jérémie Romand et Thomas Baubriau trouvaient chacun leur tour le poteau (33'37 & 38'46), les joueurs du Mont-Blanc ne semblaient pas encore avoir abdiquer à l'image de Guineberteau qui offrait une nouvelle occasion au portier rouennais, Ronan Quemener de briller (38'10)

 

Après un deuxième tiers copieusement jaune et noir, permettant au passage de mettre en sourdine l'insupportable hurleur des tribunes, la troisième période pouvait débuter dans un calme relatif. En effet, le Mont-Blanc n'en avait pas fini avec leur espoir de ramener quelque chose de la Normandie. D'ailleur sur un palet chippé à la bleue montagnarde, c'est à nouveau Quentin Guineberteau qui semait le trouble en échappée (41'38) Imperturbable sur le break, Ronan Quemener se montrait une nouvelle fois décisif face à Auvitu (43'39) puis face à Pognant (44'34) A force d'être sollicité le portier rouennais allait devoir déposer les armes. Même si une nouvelle fois, Ronan sortait le grand jeu face à Jouannin et Croz (46'08), il ne parvenait pas à intervenir sur le deuxième filet du Mont-Blanc enlevé par Maxime Schaller (6-2 à 45'23) Un but loin d'être anecdotique puisqu'il redonnait du baume au coeur à l'équipe visiteuse à l'image de ce très joli mouvement à trois entre Sacha Jean, Romain Orset et Johan Auvitu qui voyait ce dernier inscrire le troisième but des Alpins (6-3 à 47'37) Coup de froid sur le banc des jaunes et noirs subitement interloqués par ce retour de flamme des joueurs du Mont-Blanc. Comble de malheurs pour les spectateurs de l'Ile Lacroix, la sirène hurlante de la tribune du Mont-Blanc avait repris du service ! Et ce n'est pas ce magnifique but de Jérémie "The Archer" Romand qui lui clouait le bec. Pourtant il y'avait de quoi ! Sur une passe de Matthieu Hottegindre plus habile pour donner le palet que face à une cage vide ;o), le numéro 17 rouennais passait en revue la défensive du Mont-Blanc avant de loger "pucky" au fond des filets alpins (7-3 à 48'06)

 

Diantre ! Avec ce septième but, on aurait pu croire le match plié. Et non ! Il ne fallait que deux minutes aux attaquants de l'Avalanche pour reprendre du service devant la cage rouennaise. Sur un jeu rapide devant la cage qui décalait le portier rouennais, l'ex-rouennais Pierre Sorin se chargeait de compiler le quatrième but de son équipe (7-4 à 50'08) Un incroyable scénario semblait se dessiner sur la patinoire de l'Ile Lacroix. Une nouvelle fois, Ronan Quemener sauvait la maison jaune et noire sur un palet perdu en zone défensive montagnarde profitant à Guineberteau décidement peu en réussite dans ses entrevues avec le portier rouennais (52'02) Cette partie décidement bien folle ne pouvait se conclure de la sorte. Sur une offensive rouennaise, Erwan Agostini était victime d'un violent cinglage qui lui brisait le pouce (55'23) Dans la foulée, Lionel Tarantino ulcéré s'en allait expliquer au coupable les bonnes manières. Tandis qu'Erwan Agostini continuait de se tordre de douleur, l'arbitre de la partie désignait le banc des pénalités de Rouen pour un cinq minutes plus pénalité de match pour le toulousain. De quoi aiguiser l'appétit des joueurs du Mont-Blanc qui profitait de l'aubaine pour ramener le score à 7-5 par l'intermédiaire de Gaetin Jeannin pour le plus grand bonheur de papa, toujours aussi vociférant (57'06) 7-5 puis 7-6 ! Alors que la bataille était rude dans la bande pour prendre le contrôle du palet, la rondelle se trouvait gelée illicitement par un Dragon. Retard de jeu selon l'arbitre (59'16) Dans la dernière minute de la partie, conséquence directe lancer de fusillade à la faveur du Mont-Blanc. Johan Auvitu s'élançait et trompait superbement Ronan Quemener pour le 7-6 (59'16) "Mont Blanc ! Mont Blanc ! Mont Blanc !" les tribunes de l'Ile Lacroix commençaient à résonner des encouragements des Alpins qui trouvaient en écho un timide "Rouen ! Rouen ! Rouen !" Les Montagnards auront beau se briser la voix dans les estrades, les Dragons parvenaient in extremis à conserver le score en l'état pour une importante victoire qui leur offre au passage une marge de quatre points au classement sur son homologue de Mont-Blanc 1.



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :