" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

U18 Les Cadets dans le rythme...

 

Premier match officiel de novembre pour les Cadets de Rouen qui retrouvaient pour l’occasion la Poule Nord du Championnat Cadet Elite sur leur glaçon de l’Ile Lacroix face à Neuilly sur Marne. Victorieux au début du mois d’octobre 9-1 des nocéens, les jeunes rouennais n’auront guère fait preuve de plus de courtoisie à domicile en étrillant les parisiens sur le même score. En effet, même si la première occasion de la partie était à mettre à l’actif des franciliens sur un palet perdu dans la zone défensive jaune et noire qui permettait à Ronan Quemener de se mettre sous les projecteurs (00’32) rapidement, les Dragons prenaient la mesure de leurs adversaires. Alors que le cap de la minute au tableau d’affichage n’était pas encore franchi, Lionel Tarantino depuis sa zone défensive excellait en trouvant la passe break en direction de Cyril Lambert. Ce dernier perdait son tête à tête face au portier nocéen mais provoquait un rebond que Julien Correia ne parvenait à transformer (00’47) Si l’alerte avait été chaude pour la défensive parisienne, l’occasion suivante ne leur permettait pas de souffler.

 

Sur un lancer initial de Julien Correia qui semait le trouble dans l’arrière garde parisienne, le cafouillage qui s’en suivait profitait à Martin Croguennec. Boum ! Le lancer était puissant et le portier ne pouvait empêcher l’ouverture du score rouennaise (1-0 à 05’12) Le score rafraîchi, on aurait pu envisager que le Dragon allait s’offrir une jolie promenade de santé. Loin s’en faut, même si le portier rouennais Ronan Quemener, inactif, pouvait tranquillement prendre le temps de siroter une Margarita sur la plage tant les palets qu’il touchera seront rarissime, l’offensive rouennaise, bien que monopolisant la rondelle, ne parvenait pas à prendre en faute l’équipe des Bisons frileuse mais besogneuse à l’arrière. Pour autant, même si Rouen se montrait dangereux sur quelques escarmouches en power-play par Jérémy Romand ou Julien Correia sur une passe de Thomas Baubriau, c’est sur la fin de tiers que le banc rouennais aura l’occasion de s’agiter. Sur un bon travail de Thomas Dreyfus, Nicolas Motreff se dégageait de la nasse nocéenne pour servir devant la cage un Germain Raimbourg idéalement placé. La reprise faisait mouche et Rouen menait 2-0 à la pause (2-0 à 16’34)

 

Au retour de la chambre, les affaires s’excitaient fortement chez les Dragons. Si la première période avait été « pleure-misère » en buts, le deuxième chapitre se montrait nettement plus prolifique. A commencer par une sortie de zone majestueuse du duo Philippe Bastian – Julien Correia en deux contre un qui profitait de la sortie de prison de Germain Raimbourg pour semer l’émoi dans la défense francilienne (24’50) Si le mouvement était limpide mais dénué de résultat, il n’en était pas même pour l’offensive suivante où Lionel Tarantino chapardait la rondelle pour transmettre à Cédric Custosse. Oublié, Julien Correia à la bleue récoltait la passe et s’enfuyait en échappée vers la cage adversaire. « Hé le gardien ! Attention à ta lucarne ! » Trop tard, le capitaine rouennais venait de porter la marque à 3-0 (28’53) Dès lors, la folie offensive s’emparait d’un Dragon dynamique. En avantage numérique, Kévin Marias-Magill tentait sa chance à la bleue, Alexis Gislette en embuscade déviait le palet et trompait le cerbère adverse (4-0 à 30’13) Dans la foulée, Jérémy Romand sur une passe de Loïc Lampérier, y allait de son coup de patte (5-0 à 31’47) peu de temps avant que le passeur Lampérier ne se transforme en « serial buteur » sur l’action suivante (6-0 à 32’19) Quatre buts en cinq minutes, l’ouragan jaune et noir venait de renverser tout sur son passage. Et encore, le tiers n’était pas échu. Il restant encore six minutes à jouer avant la « sirène délivrance » Suffisamment de temps pour ajouter un ou deux filets au passage. Lionel Tarantino par deux fois s’y essayait en vain. Obstiné le toulousain ne baissait pas les bras et trouvait en Julien Correia un parfait relais pour Cyril Lambert oublié devant la cage qui glissait habilement le palet entre les jambières d’un gardien nocéen dépressif (7-0 à 34’12) Un dernier filet paraphé par Mathieu Hottegindre sur un lancer solide dans la lucarne opposée (8-0 à 36’06) et les deux équipes regagnaient le vestiaire avec le sentiment que la partie était jouée.

 

Pour le dernier acte, les inspirations offensives rouennaises semblaient taries. Après l’envolée du second tiers, il devenait bien difficile pour les Nocéens de réagir même si les Dragons relachaient leur emprise. Comme un sursaut, les joueurs de Neuilly portaient néanmoins l’estocade en break. Entré au préalable (31’44), le gardien rouennais Louis-Adrien Sohier s’offrait une ovation du banc rouennais en stoppant l’offensive parisienne (47’22) De quoi redonner aux Dragons le goût de l’artillerie, sur une combinaison entre Kévin Marias-Magill et Edouard Dumouchel, Alexis Gislette profitait d’une bévue nocéenne pour rendre le score encore peu plus désobligeant (9-0 à 47’35) Neuf puis presque dix puisque sur un une deux entre Jérémy Romand et Mathieu Hottegindre, ce dernier bénéficiait d’une opportunité de marquer intéressante. Malheureusement pour « Cham », le portier adverse était décidé à contrarier une dernière fois les Dragons (49’27) Finalement, les Parisiens auront raison de continuer à se battre jusqu’au bout puisqu’ils obtiendront au bout du compte un précieux filet par Florian Baudin pour un lancer du poignet à mi-hauteur sur une passe en soutien de Clément Rey (9-1 à 54’16) L’honneur sauf, les Franciliens pouvaient profiter des dernières minutes de match pour se montrer audacieux par ce même Baudin qui chapardait la rondelle pour servir Clément Rey dont la tentative était avortée par Louis-Adrien Sohier (57’08) Quoiqu’il en soit, ce sont les Dragons qui auront le dernier mot dans cette partie par l’intermédiaire de Jérémie Romand même si ce dernier perdait son duel face au gardien ne jetant pas un froid sur la partie chaleureuse jouée par les jeunes normands (59’40) Sirène finale sur la victoire de Rouen 9-1 qui continue son mano a mano au classement avec les Gothiques d’Amiens tous deux invaincus avec une avance « grand canyon » sur leurs poursuivants. Prochaine rencontre des Cadets rouennais samedi prochain face aux Français Volants de Paris (16h30)

 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :