" Ici c'est ROUEN ! "
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U18: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U22: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

U18 Mont Blanc en amical...

 

Avec quatre matchs en trois jours, c’est une grosse semaine qui attend les Cadets de Rouen qui reçoive pour l’occasion leurs homologues d’Amiens et du Mont-Blanc. Pour palier un manque cruel de rencontres officielles, les joueurs d’André Svitac et de Frédéric Robinet profitent de cette semaine de vacances scolaires pour densifier leur calendrier de matchs. En ouverture de leur semaine folle, les jeunes rouennais recevaient en ouverture hier soir leurs homologues du Mont-Blanc. Vainqueurs le matin des Gothiques (10-3), en tête de la Poule Sud B avec une différence de but de +60, il était intéressant de voir à quel niveau se situait les Dragons par rapport au ténor du Sud.

 

Et le moins que le puisse dire, c’est que la résistance proposée par les joueurs du Mont-Blanc aura été à la hauteur de leur réputation. En effet, même si la partie amicale ne se tenait sur un rythme grandiloquent, il n’en restait pas moins que les Alpins donnaient du fil à retordre aux Dragons pendant deux tiers extrêmement serrés. Bien en place, collective, la formation du Mont-Blanc était la première à se mettre en évidence sur la première offensive de la rencontre sur un lancer non cadré de Jordan Revel après seulement cinq secondes de jeu. Le ton de la partie était donné, il faudra compter sur les montagnards dans cette rencontre d’autant plus qu’en contre Revel et Orset se trouvaient en position d’ouvrir la marque quelques minutes plus tard. La passe devant la cage du premier pour le second était déviée par Germain Raimbourg vers son gardien, écartant ainsi le danger (05’09) Si l’on pouvait donner un avantage aux points aux Alpins à la première sirène avec une légère domination des blancs et bleus pendant le premier vingt minutes, il n’en restait pas moins que les Dragons se procuraient quelques solides opportunités de remplir les filets. Maladroits sur un trois contre un avorté (06’48), en manque de réussite sur une passe transversale de Loïc Lampérier pour Nicolas Motreff (07’29) ou peu opportunistes devant la cage sur une sortie de zone de Martin Croguennec relayé par Alexis Gislette pour le tir de Julien Correia (10’13), les Normands ne profitaient pas de leurs quelques rares occasions pour déflorer le tableau des scores.

 

A la reprise, le réalisme sera au rendez-vous pour les Normands. Toujours face à une équipe du Mont-Blanc contrariant défensivement, les Rouennais se montraient plus alertes à l’offensive à l’image de cette passe coupée par Loïc Lampérier qui lui permettait de s’échapper en break (24’47) Si Loïc ne parvenait pas à déjouer le portier adverse, il sonnait néanmoins la charge jaune et noire dans cette deuxième période. Lui emboîtant le pas, Erwan Agostini et Julien Correia se montraient pugnaces à la bleue alpine pour récupérer le disque. Au jeu du grattage du palet, le capitaine rouennais s’en tirait à merveille et filait à la cage du Mont-Blanc. Courtoisement, les taupes restaient tapies sous la glace de l’Ile Lacroix et c’est sur ses deux patins que le rouennais pouvait armer son tir. Propulsé le palet s’en allait déjouer le cerbère alpin avant de mourir au fond des filets adverses pour la première fois de la rencontre (1-0 à 25’53) En réaction au premier but des jaunes et noirs, le Mont-Blanc proposait un contre emmené par Gaetan Jeannin qui ne troublait pas outre mesure Ronan Quemener solide (29’41) Légèrement décontenancés par un jeu plus efficace des rouennais, les Avalanches se montraient parfois maladroits au moment de relancer le jeu depuis leur défensive. De quoi mettre en appétit le gourmand Germain Raimbourg qui se jetait comme un mort de faim sur une hasardeuse relance alpine. L’interception était belle, le mouvement devant le gardien aussi mais la finition n’était pas au rendez-vous pour le numéro 20 rouennais qui ne parvenait pas à doubler la mise (30’55) Le banc rouennais devra patienter quelques minutes pour voir enfin le deuxième filet s’inscrire sur le tableau d’affichage. Sur une passe devant la cage issue de la bande, le portier du Mont-Blanc perdait ses repères. Pensant pouvoir geler la rondelle, il ne s’inquiétait pas outre mesure d’autant plus que la présence d’un de ses défenseurs avait de quoi rassurer. Point du tout ! Ni le portier, ni le défenseur ne parvenait à s’accaparer le palet au contraire de Nicolas Motreff vif qui glissait la rondelle au fond des filets pour le deuxième but jaune et noir (2-0 à 37’20)

 

Pour le dernier acte de la partie, les échanges vont tourner une nouvelle fois à l’avantage des Dragons. Pourtant, les joueurs du Mont-Blanc faisaient preuve d’une solide résistance en mettant en action le portier rouennais qui s’en sortait avec la mention très bien face à Jeannin (41’03) puis de la mitaine face à Auvitu (41’08) Même sanction sur l’opportunité alpine suivante avec une intervention fort à propos de Ronan Quemener face à Romain Orset (43’20) Une bonne période pour le Mont-Blanc qui multipliait les occasions sans parvenir pour autant à déjouer le gardien de la maison rouennaise. A force de camper en défensive jaune et noire, les montagnards finissaient par s’épuiser et le Dragon semblait reprendre peu à peu le dessus à l’orée des dix dernières minutes à l’image de cette passe dans la neutre de Thomas Dreyfus pour le break de Jérémy Romand (47’05) Si le Saint-Gervolais manquait de réussite pour l’occasion, il n’en était pas de même pour son compère de bloc Mathieu Hottegindre qui combinait devant la cage avec Nicolas Motreff, ce dernier trouvant le troisième but rouennais sur un trou de souris (3-0 à 53’02) On dit le Montagnard obstiné et il va le prouvé dans les dernières minutes de la partie en ne se résignant pas à la défaite. Pourtant mené 3-0, le gardien du Mont-Blanc était soustrait pour créer le surnombre en fin de match (58’12) Effectivement, le surnombre était crée pour les Alpins mais pas comme ils le souhaitaient. A 6 contre 4, un septième joueur du Mont-Blanc embarquait sur la glace par erreur. Un de trop pour Monsieur Bocquet qui sifflait le surnombre dans les deux dernières minutes de la rencontre. La sanction était inévitable : tir de pénalité. « Rageux » toute la partie, c’est Jérémy Romand qui s’y collait. Cette fois, « Kazakh » ne maugréera pas au moment de retourner sur le banc rouennais. Le rouennais s’élançait pour le tir de fusillade et parvenait à faire franchir au palet la ligne de but pour la quatrième fois de la soirée (59’37), célébrant ainsi la victoire des Dragons sur le score de 4-0

 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :