"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

U18 Neuilly vs Rouen...

 

Journée parisienne pour les Cadets de Rouen qui devaient se rendre en Ile de France pour y affronter leurs homologues de Neuilly sur Marne pour le compte de la 8 ème journée de Cadets Elite. Bien que leaders invaincus de leur Poule Nord, les Cadets d’André Svitac, contrariés dans leur préparation par une arrivée tardive à Neuilly suite aux sempiternels bouchons franciliens, tardaient à rentrer dans la rencontre.

 

En effet, un dépit de l’ouverture du score sur la première montée en supériorité numérique par Kévin Igier (0-1 à 00’59), les Normands tardaient à se mettre en route. Dominants dans le jeu, les jeunes Dragons ne se procuraient pourtant guère d’occasions franches, ne tirant qu’une dizaine de fois à la cage. De fait, avec un match calme de part et d’autre, le tableau d’affichage ne s’affolait guère même si à la mi-tiers Erwan Agostini doublait pour la mise pour les Dragons (0-2 à 10’46) A la reprise du deuxième tiers, le réveil des Dragons ne tardaient pas à survenir. Secoués à la pause dans le vestiaire, il ne fallait attendre que deux minutes pour voir « Romec » Moreau inscrire le troisième but des Dragons (0-3 à 22’06) La machine lancée, les rouennais s’illustraient sur le front de l’attaque en multipliant les lancers, quasiment le double du premier tiers. Conséquence directe, l’avance des rouennais s’accroissait sensiblement cette fois sur une intervention de Thomas Dreyfus qui terrorisait les filets parisiens pour la quatrième fois (0-4 à 27’00)

 

Surpris par un arbitrage juste mais strict, les Cadets pêchaient de la fougue de la jeunesse en s’exposant au courroux du zèbre sifflotant à l’image de Jérémy « Kazakh » Romand renvoyé prématurément au vestiaire pour coup de patin (37’02). Pour autant, loin de troubler la sérénité des Dragons, le jeu d’infériorité numérique leurs réussissaient plutôt bien à tel point que Kévin Igier ajoutait un cinquième but au tableau d’affichage (0-5 à 34’02) lui permettant ainsi de célébrer à sa façon sa réalisation ;o)

 

A l’amorce de la troisième période, l’issue de la rencontre semblait déjà bien entérinée. Même si les Bisons parisiens tentaient de réagir en choisissant systématique la tactique de la passe break à la bleue, la fameuse carotte !, les Rouennais comprenaient vite le manège et les lancers parisiens devenaient congrus. Avec une défensive solide, il était somme tout plus facile pour l’offensive de se tourner vers les filets pour aggraver un peu plus la marque. En bon attaquant, Lionel Tarantino montrait la voie pour un sixième but (50’23) qui déclenchait une volée de filets des Dragons. Les dix dernières minutes de la partie seront marquées par cinq buts rouennais.  A Nicolas Motreff, le talentueux minime toujours accompagné de son alter égo, le pugnace Antoine Roussel, sur une passe d’Armand Vilain Chantrier pour sa première montée de l’année plutôt réussie avec les Cadets (7-0 à 51’48), Lionel Tarentino répondait du tac au tac (8-0 à 54’42) peu de temps après que le banc rouennais sous la pression bienveillante de ses fidèles combattants, n’ai opéré un changement de gardien de but permettant à Jérémy Leloup de fouler le glaçon pour la première fois de la saison (53’11) Finalement, au jeu du « Qui marquera le dernier but ? » ce n’est pas Mathieu Hottegindre qui inscrivait pourtant la neuvième réalisation rouennaise (57’34) mais Germain Raimbourg qui raflait la mise pour un dixième et dernier but normand (58’29) sous les « acclamations » du public et de la table de marque parisienne, un tantinet énervés par les démonstrations d’affection des Cadets rouennais lors de la cérémonie de serrage de main, tout simplement heureux d’avoir remporter une nouvelle victoire ensemble au terme d’une rencontre diablement bien négociée.



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :