"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

De la fierté d'être un Dragon...

Face à des lions calculateurs finalement pas si rois de la jungle que ça, les Dragons de Division 2, avec leur fougue et leur grain de folie auront su à nouveau bousculer la hiérarchie du classement de la saison régulière en secouant fortement les joueurs du Rhône dans une patinoire de l'Ile Lacroix électrisée par les démonstrations d'enthousiasmes des cadets rouennais dans les tribunes. Solidaires sur la glace, les Rouennais profitaient des premières minutes le rencontre pour montrer que l'Ile Lacroix était bien une terre hostile pour les Lions. De fait sur la première offensive rouennaise, les Dragons parvenaient à ouvrir le score. Sur un travail dans la bande d'Alexandre Mulle, Anthony Rech cantonné derrière le but, parvenait à éviter la chage de son vis à vis défensif d'un joli mouvement qui lui permettait de transmettre plein axe pour Jason Lorcher lancé tel un missile.  Excités par le premier but, les hauts normands continuaient d'imprimer un rythme élevé dans cette rencontre. Bousculant leurs adversaires, les joueurs de Julien Guimard se faisaient violence pour doubler la mise le plus rapidement possible. C'est ainsi qu'une poignée de minutes plus tard, Paul Séraudie temporisait dans sa zone avant de décaler le palet pour Cédric Custosse. Inspiré, depuis sa zone, le défenseur rouennais mettait sur orbite Lionel Tarantino qui doublait la mise alors que la barrière des cinq minutes n'étaient pas encore franchie. Si l'on aurait pu croire que l'inexpérience et le stress d'une telle partie aurait pu engendrer un début de match calamiteux pour les Dragons, ces cinq premières minutes idylliques normandes incitaient à l'enthousiasme d'autant plus que le rythme imprimé par les Dragons permettaient à Kévin Beziau et Quentin Berthon de filer en deux contre un (09'19) Malheureusement la rondelle sautillante n'offrait pas aux Rouennais l'occasion de creuser un peu plus la tombe du Lion. Bien au contraire, audacieux il aurait été de prononcer le décès du lion après seulement dix minutes de jeu. En effet, le reste de la période sera nettement moins souriant pour les Dragons qui devaient faire à face à la réaction d'orgueil des rhodaniens. C'est ainsi que peu après la mi-match, bien aidé par Arnaud Magallon efficace au bloc devant la cage, Kim Wikström profitait d'une passe issue du coin de la défense rouennaise pour réduire la marque (12'18) Reprenant espoir, les Lyonnais se montraient nettement plus insistants sur la cage tenue de main de maître par Rodolphe Goechon. Les rouennais se préparaient à vivre une fin de tiers trouble se contentant d'exploiter la moindre opportunité de contre à l'image de cette envolée de Lionel Tarantino qui voyait le toulousain prendre un lancer pour un rebond d'Alexandre Mulle (16'52) Achevant la première période sur ce score de 2-1, les Dragons pouvaient apprécier leur avantage honnêtement acquis.

Reprenant le fil de la conversation offensive, le courageux Lionel Tarantino qui sortait son quatrième match de la semaine, mettait tout son coeur sur la glace pour servir Anthony Rech seul devant la cage lyonnaise. Le gamin rouennais plein d'audace, certes, ne parvenait pas à prendre le lancer mais la maison lyonnaise avait encore tremblé sous l'impulsion du cadet rouennais (21'45) Sentant qu'il ne fallait pas laisser espérer trop longtemps les rouennais au risque de perdre définitivement la partie, les Lions de Lyon accéléraient sensiblement le rythme dans cette période. Face à des Dragons émoussés par un premier tiers très intense, les Gones, cette fois, prenaient le match à leur compte. S'en remettant à leur portier su cette violente incursion de Baptiste Frioux (31'10) ou à leurs défenseurs à l'image de ce plongeon de Paul Seraudie (28'59), les Rouennais tentaient tant bien que mal de laisser passer l'orage. Puisant densément dans leurs ressources, le retard de jeu concédé par le portier lyonnais (33'41) arrivait à point nommé pour faire souffler les Dragons et leur offrait la possibilité de prendre à nouveau un bol d'air au tableau des scores. Malheureusement, si Thomas Dreyfus tentait la passe devant la cage pour Jason Lorcher dont le tir était repoussé par le portier puis par la défense lyonnaise, (33'55), au lieu de creuser l'écart, les Normands laisseront leurs adversaires revenir au score sur une contre attaque initiée. Alors que l'unité spéciale rouennaise se préparait à installer son jeu de puissance, sur une passe aléatoire un taquin palet ricochait dans l'arrière du patin de l'ailier rouennais dans la zone neutre lançant ainsi l'offensive d'Anthony Kodyjasz. Seuleface à la pointe du power-play rouennais, Kodyjasz prenait un lancer précis qui contournait les jambières du dernier « défenseur » rouennais avant de prendre en défaut Rodolphe Goechon (35'35) 2-2 score de parité à la deuxième pause, les deux équipes disposaient encore d'une période pour trouver un éventuel vainqueur à cette rencontre.

Sentant sans doute que le moral rouennais baissait après le retour en verve des Lions, les Cadets rouennais profitaient de l'entre-tiers pour redoubler d'efforts et de créativité dans leurs encouragements. Mettant littéralement le feu à la patinoire avec leurs chants, la preuve d'affection et de respect adressée par les jeunes  hockeyeurs donnait un second souffle à un Dragon marqué par l'effort de deux périodes éprouvantes. Hélas pour les Rouennais, cela ne suffisait pas pour tenir face à un Lion aux dents longues qui prenait la main dans cette rencontre en double avantage numérique par Mathieu Combe après une série incroyable de sauvetages défensifs (45'06) Pour la première fois de la rencontre menée au score, la formation jaune et noire semblait en délicatesse avec ses aspirations. Sentant le moment opportun pour enfoncer le poignard plus profondément encore dans le coeur du dragon, Alexander Olsson bénéficiait d'une passe de derrière la cage de son homonyme Robert pour porter la marque à 2-4 (49'09) Pas une fois dans le regard des Dragons sur le banc on pouvait croisé un pointe de résignation. Pas une fois, le Dragon ne baissera la tête dans cette rencontre à l'image de son capitaine Alexandre Sucré exemplaire sur le banc qui incitait les siens à continuer de se battre. Des paroles aux actes, sur l'engagement suivant, les Dragons par l'intermédiaire de Thomas Dreyfus contrariait fortement la sortie de zone lyonnaise. Le palet ainsi chapardé, Alexandre Sucré dans la bande relayait derrière la cage pour Thomas Dreyfus.  Clairvoyant au moment de faire la passe, le jeune rouennais envoyait le palet  scrupuleusement à l'endroit parfait pour que Valentin Dumelie  transporte de bonheur tout un banc (3-4 à 49'20) De retour aux affaires, à nouveau l'espoir renaissait pour les Dragons, à nouveau l'énergie était jaune et noire, à nouveau les lyonnais endiguaient le flot joyeux des dragons par leur fusil à double canon. Olsson pour Olsson, Robert pour Alexander et Lyon à peine quelques minutes après le retour en feu des Dragons, trouvait à nouveau une marge de deux buts au tableau d'affichage (53'05) Au regard de la rencontre, il aurait été inconvenant d'imaginer les Dragons s'incliner de deux buts. Face au glacial réalisme lyonnais, les Dragons répondront à nouveau avec leur fougue. Il est vrai que la machine rhodanienne était belle et bien huilée et sans doute plus expérimentée mais quoiqu'il en soit, les rouennais parviendront à revenir à nouveau au score préservant ainsi toutes leurs chances pour le match retour. Se ruant à l'assaut du but gardé par le suédois Svédin, le premier trio jaune et noir à l'image de Valentin Dumelie se battait comme un beau diable dans la bande pour sortir le palet pour son capitaine. Le relais était efficace, la passe du dunkerquois à destination de Thomas Dreyfus ne l'était pas moins et lorsque le palet franchissait la ligne de but lyonnaise, les Rouennais exultaient à nouveau. Finissant la rencontre en infériorité numérique, les seino-marins jetteront leurs dernières forces dans la bataille pour tenir le 4-5 jusqu'à la sirène finale.... En attendant la suite des aventures le week-end prochain à Lyon.

 

Match Division 2 (1/4 de finale Aller), Samedi 20 mars 2010 (Ile Lacroix, 20h00)
Rouen – Lyon 4-5 (2-1 / 0-1 /2-3) // Pénalités : Rouen 14 mn – Lyon 10 mn

01:46: 1-0 Rouen: 9: Jason LORCHER (8: Anthony RECH; 11: Alexandre MULLE)
04:58: 2-0 Rouen: 13: Lionel TARANTINO (16: Cédric CUSTOSSE; 21: Paul SERAUDIE)
12:18: 2-1 Lyon: 90: Kim WIKSTROM (17: François Henri DESERABLE)
35:35: 2-2 Lyon: 21: Anthony KODYJASZ [4-5]
45:06: 2-3 Lyon: 71: Mathieu COMBE (21: Anthony KODYJASZ; 8: Geoffrey PAILLET) [5-3]
49:09: 2-4 Lyon: 92: Alexander OLSSON (91: Robert OLSSON; 88: Baptiste FRIOUX)
49:20: 3-4 Rouen: 14: Valentin DUMELIE (7: Thomas DREYFUS; 18: Alexandre SUCRE)
53:05: 3-5 Lyon: 92: Alexander OLSSON (91: Robert OLSSON)
54:01: 4-5 Rouen: 7: Thomas DREYFUS (14: Valentin DUMELIE; 18: Alexandre SUCRE)



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :